Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 novembre 2009

tout pour plaire

18402654.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20041224_105811.jpg

J'ai passé ce week-end, coup sur coup, deux soirées presque identiques. Deux soirées avec trois femmes chacune. Eh oui !...

Trois femmes élégantes, charmantes, séduisantes, trois femmes de caractère. Drôles toutes les trois. Trois femmes en quête d'amour, pas toujours bien servies, ce qui est incompréhensible car elles ont tout pour plaire. Trois femmes à caprices.

Samedi, c'était dans un resto du 14è arrondissement, autour de bonne chère. Hier, c'était devant ma télé, avec Anne Parillaud, Judith Godrèche et Mathilde Seigner.

Ce parallèle n'était évidemment pas prémédité, mais peut-être intuitif : pendant tout le film, dimanche, je faisais des liens dans ma tête, les rapprochant les unes des autres, d'instinct. Du coup, je me suis bien marré. Et mes copines pourront toujours essayer de me torturer, je ne leur livrerai aucune de mes fantaisies.

Tiens, à propos de trois drôles de dame, Charlie et la chocolaterie - dont on a un peu parlé dimanche car ces dames sont fans de Tim Burton - est sorti la même année que Tout pour plaire, en 2004.

J'avais ma petite maman à côté de moi, qui ne comprenait pas toujours les raisons de mon ricanement.

C'est devenu une denrée rare, les soirées télé avec ma maman. Elle repart mardi, après deux semaines à la maison. C'est bien une maman chez soi, pour se faire choyer, pour déguster de bons petits plats, pour retrouver quelques saveurs de l'enfance, pour mettre les pieds sous la table après le boulot... Mais ce n'est pas propice à la tenue d'un blog. Je pense que je vais pouvoir m'y remettre tranquillement bientôt.

Allez ciao bonne semaine !

15 octobre 2009

le blogueur n'est pas qu'un animal paranoïaque (4 et fin)

IMG_2347.JPG

Pour clôturer une série de rencontre inter-blogueurs commencée , Bougrenette avait donc pris l'initiative d'un brunch, dimanche matin. Elle est comme ça, la Bougre. Elle aime le social, elle le provoque, elle y cache ses peurs et ses fragilités, elle s'y glisse à petits pas ou organise les choses en grand, avec son air de pas y toucher.

Nous étions donc onze autour de la table, chez Joe Allen. Pour attirer le chaland, si cela ce fut avéré nécessaire, elle mit donc un Bruno aux enchères, avec ses un mètre quatre-vingt-dix-huit, une belle charpente, quelques arguments de l'ordre du charme ajusté, souriant, souligné de subtiles pâtes d'oie, une voix des profondeurs... bref tout pour plaire. Et pas qu'à ces dames. Un homme aux enchères ? Ben c'était pour rire, évidemment, de toute façon, il aurait été hors de la portée de toutes nos bourses réunies. Et puis ces dames sont toutes engagées dans je ne sais quel programme où les hommes sont ramenés, consentants, au rang d'objets à adopter. Quand je te dis que c'était un plan de nanas.

Alex, Deftones, Bruno et moi, on sentait bien qu'on était là un peu en alibis. Voire en faire-valoir ou en amuseurs publics. Je parle de Deftones, là, qui s'y connait dans le domaine.

Donc, retour aux nanas, il y avait Fiso, qui tout comme Bougre avait été empêchée au Paris-Carnet et au Kremlin des blogs, et que je retrouvais là après - wouah !... - une bonne dizaine de jours sans la voir. Véro, entre sorties cul et sorties spectacles - mon équilibre idéal - que j'avais déjà croisée chez Bougre, tout comme Princess on Line. Petite Française, déjà un brunch à notre actif - en compagnie de Gicerilla un mois plus tôt. Multi-sourire, celle qui ne dégaine qu'avec des rimes - en repos momentané. Et Quine, qui m'avoua me suivre depuis longtemps, et qui conçoit le blog comme une façon de se réconcilier avec elle-même, assumant sa part intime grâce au doux confort de l'anonymat.

L'avantage d'être avec des nanas, c'est que si tu croises Edouard Baer sur un Vélib, près de l'Église Saint-Eustache, il te décoche un joli sourire et te salue amicalement de la main. Autrement, ça n'a que des inconvénients : arrêt chaque 10 mètres devant les devantures de magasins, rires putassiers indécryptables... d'autant que chassés vite du Joe Allen - on ne rigole pas avec le petit commerce - il nous fallut trouver une terrasse plus hospitalière pour finir l'après-midi. J'avais projeté de m'éclipser en douce pour faire quelques longueurs de piscine, et me décrasser de la semaine, mais je fus kidnapé sans ménagement.

Note que d'un point de vue anthropologique, je n'ai pas tout perdu à ce rapt : par exemple, j'ai appris qu'on faisait beaucoup dans le bi, chez ces dames. Le bi y est en effet fort bien côté, à ce qu'il paraît : on me demanda si je pouvais entremettre dans ce rayon, je dis sans vouloir décevoir qu'à ma connaissance, le bi préférait quand même surtout le mâle, ce qui n'incommoda pas Véro car elle n'est pas seule dans sa quête...

J'appris aussi que la fellation pouvait être, chez certaines, un moyen de contrôler la cuisson des œufs à la coque, mais que malheureusement, dans de nombreux cas, il fallait plutôt viser le mollet ou même carrément l'œuf dur ! (tu ne comprends pas ? C'est normal, un truc de nanas, je te dis, et je n'ai moi même pas bien saisi si la faute en incombait à l'homme, à la fille ou à la mouillette)

Plus que perturbé par le contexte, Deftones tenta une diversion autour d'une recette de cocktail sexuel, où il y faut un nain bi passé dans un agrégateur de flux RSS. J'espère qu'il développera bientôt dans un prochain billet. En tout cas, il les fit bien rire, ces dames. Et moi aussi, il faut bien le dire.

Voilà. En quatre billets, j'ai mis plus de liens qu'en vingt-trois mois de blogs réunis. Il ne faut plus m'en demander jusqu'à l'année prochaine. D'ailleurs, maintenant, il faut me laisser ou bien je meurs sur place.

Merci mesdames (Bougre, tu me fais signe quand Bruno en est à sa deuxième décôte !)

09 août 2009

le temps des caprices

brutos14197_SamDevries.jpg

Gicerilla : "Dites donc, je rêve. Il suffit de demander pour voir son voeu exaucé. Alors moi, la Boug', je rêve de découvrir, étendu lascivement sur mon lit, un beau mec glabre et musclé, intelligent et sensible de surcroit, vêtu d'une peau de bête et qui me dirait "I love you Gicerilla !"... Z'avez ça avec Oh!91 en magasin ?"

(commentaire publié , sur le blog de Bougrenette, toute honte bue, le 3 août dernier)

Eh bien oui, Gicerilla, nous avons ça. Et ça se trouve ici. Résultat d'une coopération sans faille avec "la Boug'" !

Je prends même l'initiative, pour l'occasion, d'ouvrir dans ces colonnes une Boîte à caprices ouverte à toutes et à tous. Parce que après tout, il n'y a pas de raison...

02 août 2009

la boîte à caprices

Toi aussi tu as un caprice ? Cette rubrique est intemporelle. Les commentaires te sont ouverts, exprime-toi ! On verra ce qu'on peut faire...

7 février 2010 : caprice de Gicerilla (n°2)

7.jpg
"C'est maintenant qu'il s'agit de ne pas se planter. Quel sera mon caprice de début d'année ? Hum, en 2010, j'aimerais faire de l'équitation, il parait que c'est bon pour la forme en général et en particulier pour les fessiers. Alors , si vous me trouviez un prof qui m'apprenne à monter, je m'y mettrais immédiatement. Vous voyez, un beau lad, pas ladre de ses conseils et de sa personne et surtout pas un jockey nain, hein ! :-) Bonne année."

Pour la bonne année, on a jusqu'à la Saint-Jean pour les fainéants... Voilà, c'est dit. En fait, sachez, ma chère Gi, que dans l'univers visuel des gays, on trouve plus de macho qui montent des motos que des chevaux. Brokeback Mountain a remis les cowboys au goût du jour, mais ils n'ont pas encore inondé le marché... Bon, en surfant d'un site à l'autre, et trahissant - si peu - mon fournisseur de visuels habituel, j'ai fini par vous trouver un cavalier. La moustache lui trahit une époque une peu révolue, mais il ne dément pas l'idée que vous vous faites de l'impact de l'équitation sur les fessiers... Du coup, les soldes ne se terminant que mardi, je vous en mets deux autres en prime, pour vous relaxer au sortir de l'écurie...

24.jpg
CBear00189.jpg


_________________________


6 octobre 2009 : caprice de Madame de K

brutos8338_by_TIM.jpg
"mon caprice ? un beau mec, mais qu'aurait plus de 25 ans ! ;-p un quinqua, mais un joli, bien conservé, poivre et sel et plein de charme ! z'avez ça en réserve ?"

Madame de K, j'ai mis le temps, certes, mais - je te tutoie ? - tu avais manifesté un certain goût pour le temps, le temps qui passe et s'écoule sur les peaux, sur les corps, qui les laisse murir, griser, et sublimer le charme. Au fond, ça me va bien de magnifier pareils profils, même si je m'en défausse à toute hâte. A tout hasard, en guise de charme, je te l'ai choisi outillé, ça peut toujours servir...

_________________________


4 septembre 2009 : caprice de Nicolas J

doll-femme-05.jpg
"Dans ton billet sur le camp de naturistes, pour une fois, tu pourrais pas nous mettre des gonzesses à poil ?" déposé en commentaire le 24 août dernier, sur ce billet pourtant fort cul-turel...

Nicolas, comme tu l'as vu, j'ai aussitôt répondu à ton souhait, en racontant ma journée à Héliomonde. Mais il fallait que j'en fasse quelque chose dans la boîte dédiée, histoire de la faire vivre un peu, sinon ça n'aura été qu'une courte fantaisie d'été... Et qui dit charte dit déontologie, je te livre donc ici une version tout-âge, qui ne choquera personne.doll-homme.jpg

Et pour le pas oublier Lulu ("Ah non, y en a marre des gonzesses à poil. Oh! ne met que cela pour illustrer ses billets...Mets nous des mecs, des vrais, des poilus..." - commentaire déposé le même jour sur le même billet en réponse au tien), en voici le contre-pied :

Au prochain !

(images fauchées sans scupule chez Au détour de...)

_________________________


21 août 2009 : caprice de Rouge

IMG_3977.JPG
Rouge : "Pas d'un naturel capricieux mais si j'avais un souhait à formuler en ce moment ce serait de réunir autour d'une même table des auteurs morts et des êtres de papier! T'aurais ça en stock?!"

Rouge a le sens du défi, il a donc fallu faire preuve d'imagination, trouver hors de l'Académie des auteurs décédés, avec un pluriel qui ne simplifiait rien à l'affaire, des êtres de papier qui ne pouvaient être que des livres, et une table fédératrice, inspiratrice, pour unir et pour créer.

C'est au Moulin de Villeneuve, à Saint-Arnoult-en-Yveline, que j'ai trouvé une proposition, sans doute parce que je m'y suis rendu pas plus tard que le week-end dernier. Nous sommes dans le bureau d'Aragon - Rimbaud nous excusera. Tout autour de sa table de travail, des livres. Au mur, une photo d'Elsa, sa compagne, l'autre moitié de ce couple mythique de la littérature française.

Nous sommes au royaume de l'universel. C'est hors-stock !

_________________________

13 août 2009 : caprice de JG

damon2.jpg
JG: "J'ai pas de caprice. Sans doute des fantasmes. Le corps de H.Grant dans Maurice, l'esprit de Oh et fonder une famille avec cette création.Tu crois que c'est possible ? "

Comme tu vois, JG, j'ai substitué le corps de Matt Damon à celui de Hugh Grant. Pas par esprit de contradiction, mais parce que tu m'as demandé d'y ajouter l'esprit de Oh!. Et comme il y a plus d'imposture chez ce talentueux Mister Ripley que chez Maurice... Pour la famille, je n'ai pas la réponse, je sais seulement qu'ils nous en disent l'un et l'autre une sorte d'impossibilité.


_________________________

11 août 2009 : caprice de feekabossee

bikerfee.jpg
feekabossee : "J'aimerais bien qu'un beau garçon au teint un peu caramel ou chocolat, enfin tu vois quoi, vienne me chercher tout nu sur une belle moto, tu peux faire un truc là ?"

Faire un truc, on peut toujours. Dans le style bikers, j'en ai trouvé pas mal, des images. Des plutôt hard, avec plein de cuir, et tout ce qui va avec. Ou des plus soft, mais pas assez caramel. Finalement, j'ai fait dans le latino. OK, il n'arrive pas tout nu pour t'enlever, mais comme il se déshabille, je me suis dit qu'un petit collage ferait l'affaire...

_________________________

9 août 2009  : caprice de Gicerilla

brutos14197_SamDevries.jpg
Gicerilla :"Dites donc, je rêve. Il suffit de demander pour voir son vœu exaucé. Alors moi, la Boug', je rêve de découvrir, étendu lascivement sur mon lit, un beau mec glabre et musclé, intelligent et sensible de surcroit, vêtu d'une peau de bête et qui me dirait "I love you Gicerilla !... Z'avez ça avec Oh!91 en magasin ?"

Caprice déposé ici sur le blog de Bougre, évidemment, qui porte donc une responsabilité essentielle dans cette initiative (et qui est accessoirement auteure de ce montage) !

OK, le lit a des allures de canapé, la bête revêt davantage l'oreiller que le bonhomme - et c'est tant mieux !- mais qui peut dire que cet homme n'est pas lascif, glabre, sensible et intelligent ? Ça vous conviendra, Madame Gi ?

_________________________

2 août 2009 : caprice de Fiso

manifestation.jpg

Fiso: "Moi je cherche depuis des années un outil qui permet d'ajouter ton prénom sur une pancarte, tenue par un homme nu, qui proclame "I love you (Fiso)"

Premier caprice, donc, il ne s'agissait que d'une pause. En réponse à un commentaire dépoé là. La réalisation étant à mettre au compte de Bougrenette. Parce que les caprices de star, t'as pas le choix : il faut toujours les satisfaire !