Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 juillet 2011

la marque du maillot

DSCN0978.JPG

J'aime bien écrire des billets qui me sortent des tripes, où je ne joue pas de rôle, où mes états d'âme sont aussi secs que le corps que j'aimerais me faire, aussi crus que les sexes étalés au Rudas, aussi sincères que je le suis. Car je le suis, sincère. Toujours. Surtout là, dans cet espace privé et public à la fois. C'est le seul défaut que je ne voudrais pas qu'on m'impute. Ca me donne l'impression de ne pas faire de remplissage, ni de maintenir le blog dans une survie artificielle.

Ca me rapporte des marques d'affection, d'amour, de la compassion, de la compréhension. Mails, plus que commentaires. Même au milieu de l'été, ça fait du bien. Continuer, me sortir les doigts du cul pour me laisser les entrailles sortir de la plume, c'est mon challenge de l'été. Parmi d'autres...

J'ai la marque du maillot. Un beau bronzage vient me hâler la peau. Pas de ces teintes un peu rougeâtres qui trahissent des crèmes accélératrices, ni de ces bruns foncés, forcés, surnaturels, obsessionnels, où perce l'insupportable culte de soi. Le mien est charpenté, profond, il résulte d'une exposition quasi quotidienne, oh pas très longtemps, une cinquantaine de minutes tout au plus, même par mauvais temps, juste le temps de mes longueurs de natation. C'est un brun mat, épais. Le brun du labeur. Le brun de la classe ouvrière, des hommes de chantier. Un vrai brun d'homme, un beau bronzage. Un bronzage beau.

J'ai la marque du maillot. Ça veut dire que j'ai fait peu usage des terrasses naturistes du Palatinus ou des bains Széchényi. C'est con, maintenant que j'en connais la longueur du bassin... La pluie, sans doute. Salope !

DSCN0954.JPGMercredi, mais pas une âme ! Je suis seul, putain de seul sur cette terrasse, où je suis finalement revenu. Seul. Comme depuis plusieurs jours dans mes lignes d'eau. Ils se sont passé le mot, ou quoi ?

Pas une paire de fesses, pas une couille, même pendante, pas un ventre... on s'en fout, pas forcément du body-buldé, pas forcément de la tablette de chocolat, juste un petit ventre, une surface un peu plate, un peu lisse, une arrête de poils au dessus du pubis, quelque chose d'un homme, quoi !

Le temps promet quelques généreuses bouffées de soleil, mais pas un nez, pas une peau. Pas un sourire aguichant, pas un regard ténébreux, pas une grimace non plus. Pas de signe que quelqu'un va venir, pas de signe du contraire non plus.

Il se passe quoi ? La veille, c'était fermé, soit. Je le sais, je m'y suis cassé les dents. Je suppose à cause de cette saleté de pluie ! Replié sur Hajós Alfréd je me suis fait une belles séance encore. Seul à seul avec ma ligne bleue, évidemment - ça devient une marque de fabrique - qui est noire, d'ailleurs, dans le 33 mètres de Hajós Alfréd. C'est à n'y rien comprendre. Mais ils sont où ?

Mercredi, c'est moitié prix, merde ! Remarque, ça a peut-être été fermé plusieurs jours, en fait. Je n'en sais rien, je n'avais pas tenté d'y mettre les pieds depuis plus d'une semaine - les derniers beaux jours. Et personne n'aurait eu envie de s'y casser les dents de nouveau, ça se tient... même pour ce timide retour de chaleur ?

Étalage désolé de transats blanches sur ce bitume vert délavé. Seul. Dans un désert. Un désert d'ombres. sans fantôme, ni vampire. Casquette et lunettes noires vissées, la chronique new-yorkaise d'Edmund White en main, City-Boy, que je dois à la fée, ma copine de blog et de ballet et de plein d'autres trucs.

Nu.
Seul, mais nu. Évidemment.
A l'ombre, mais nu. Quoi d'autre ?
Un livre à la main, mais nu.

Pas une âme sur cette terrasse, des plombes que j'y suis désormais, avec mon nouveau roman, ma casquette, mes lunettes de soleil, et moi. Moi brut. Brute épaisse, rendu au rang d'animal. Un singe, un singe savant, voilà ce que je suis. Aux pulsions d'un vieux mâle solitaire. Habillé de rien, surtout pas d'un regard, de quiconque, c'est plus simple. Le temps passe, la chaleur monte, toujours légère. Ma main n'en finit pas de parcourir mon corps et d'aboutir à ce point ultime, ce point unique, d'y revenir sans cesse, de vérifier qu'il y a toujours quelque chose qui vit à cet endroit. Sans pudeur, sans vergogne, ignoré de tous. Seul en cage.

Je joue, je joue avec moi-même, avec mes sensations, comme le jeune brun du Rudas l'autre jour. Je joue avec moi-même, avec mon image. Je sors mon appareil. A bout de bras, debout, assis, allez, bande, bande, espèce de con, vas-y, voilà, je m'excite tout seul. Je me mets droit face à l'entrée, déclencheur, retardateur, je provoque, l'idée de l'arrivée soudaine de quelqu'un au moment d'une pose obscène m'excite encore plus, mon appareil photo me branle, je fais l'amour avec mon image, ma seule compagne, avec mon nouveau joujou, on fait ce qu'on peut en matière de joujoux, je suis chaud, voilà, naturisme,palatinus,obcénité,sexe,masturbationc'est ça, quel con, non mais quel con je suis. Je pavoise pour moi-même. Je laisse des tâches blanches abondantes, des tâches sublimes, sur le vert décrépi de la terrasse, je suis à terre. Ma constellation. Un vieux singe n'aurait pas pu le faire.

L'eau des rêves n'est pas loin, juste cinq ou six mètres au dessous, un  bassin de quarante mètres, le seul bassin resté fermé toute la journée pour me garder reclus sur cette terrasse déserte...
Il faut que je te parle de l'eau des rêves (...)

15 juillet 2011

l'accident et la capote

000090298-4861-330.jpg

Tout change, rien ne change...

Voilà un an que le pont Marguerite est désossé pour des travaux qui sont sans doute parmi les plus importants qu'il ait connus depuis sa construction. On aperçoit désormais les partis pris de sa nouvelle enveloppe : lui redonner un cachet d'autrefois. Une rambarde en ferronnerie, des piles et des escaliers en pierres de taille. La pierre est belle, d'ailleurs, fraîchement ciselée, écarlate. Les entrées de la station de tram, côté Buda, retrouvent une voûte à l'ancienne que l'on devine derrière des palissades grillagées, les cadres d'aluminium des années soixante-dix avaient trop mal vieilli.

J'aime beaucoup le pont Marguerite. Le seul pont coudé de Budapest. Il relie Pest à Buda, en desservant par son extrémité sud l'île Marguerite, poumon vert de la ville, où l'on trouve de nombreuses installations sportives, parmi lesquelles la vieille piscine olympique Hajós Alfréd (où j'appris à fait mes premiers crawls il y a quinze ans), le tout nouveau bassin de compétition où se sont déroulés en 2006 (j'y étais), puis en 2010, les championnats d'Europe de natation, et le complexe Palatinus, panthéon à ma première rencontre d'homme accompli.

Palatinus est la strand à la hongroise par excellence. Une multitude de bassins et d'animations 36_pala.jpg(tobogans, piscine à vagues, labirynthes, bassins à jets...) Toutes les générations s'y éclatent, on y mange des crêpes, des glaces, ou des lángos - beignets géants servis avec de la crème aigre, du fromage rapé et une sauce à l'ail... Ambiance familiale, ambiance de vacances... Peu se doutent sans doute que sur le toit de l'un des bâtiments, réservé au naturisme masculin, d'autres valeurs s'éprouvent.

Je n'avais pas vraiment prévu d'y aller hier. Mais deux facteurs sont intervenus. D'abord, la cicatrisation de mon doigt opère plus vite que prévu. Peut-être parce que j'ai décidé de ne pas laisser la plaie sous sparadrap, pour qu'elle respire le plus souvent possible. Alors m'étant procuré dans une pharmacie une gaine censée être hermétique, j'ai entrepris de tenter une immersion pour quelques longueurs dans la piscine Komyádi, où j'étais descendu en janvier dernier. Mais cette piscine que j'affectionne, qui se trouve derrière mon ancien appartement, s'est avérée fermée pour vidange et visite technique (ce n'est donc pas une spécialité parisienne, c'est rassurant).

Voilà comment j'ai finalement pris la décision de me replier sur Palatinus. J'y ai nagé 40 longueurs, dans un bassin dont nul ne sait dire l'exacte dimension (33, 38, 42m, selon le maître-nageur). La gaine au doigt a permis au pansement de ne pas se défaire, mais celui-ci a fini la séance tout trempé. Encore un accident de capote, dirait quelqu'un qui me connait bien !

Tout change, rien ne change...

Sans y avoir remis les pieds depuis deux ans, j'y ai retrouvé en grande partie les mêmes visages, les mêmes corps, les mêmes mimiques, les mêmes airs de ne pas y toucher, les mêmes regards fuyants, ou insistants... A dire vrai, c'est presque le dégoût que j'ai ressenti en premier, mais j'ai décidé de me laisser apprivoiser par le lieu, de m'efforcer d'y retrouver des sensations d'autrefois, de laisser ces bites étalées me passer par les yeux, certaines par les mains, et par la bouche pour une des plus élégantes. Mais si j'ai pu ainsi me vider les couilles, à genoux dans une obscure cabine de douche, et sous le regard appuyé de deux ou trois autres mâles envieux, le dégoût persistait. Il faudra que j'y retourne. Ça doit bien finir par se retrouver, le goût du sexe !...

Tout change, rien ne change.

budapest,palatinus,budapest gay,île marguerite,pont marguerite,place moscou,naturismeMoszkva Tér : un des nœuds du transport public, la correspondance entre la ligne 3 du métro et les tramways 4 et 6. Une station de béton au toit en éventail, datée comme ce n'est pas permis. Un traffic de main d’œuvre au black. Du petit commerce, tout petit petit, des bouquets de pissenlits, de minuscules napperons, de la revente, des biffins... Toujours ses buffets de gare, ses Internet'cafés. Moszkva Tér est aussi le titre d'un film qui racontait avec humour la Place Moscou des années 80, disait toute cette vie parallèle, la jeunesse prise entre le marteau de ses rêves et l'enclume du possible, embarquant ses espoirs dans une traband surchargée, et construisant dans sa quête une façon de vivre douce et amère, qui façonne encore aujourd'hui une budapest,palatinus,budapest gay,île marguerite,pont marguerite,place moscou,naturismecertaine agilité à appréhender le monde avec distance.

La jeunesse a gardé la douceur et l'amertume, le plateau de la balance penche juste de l'autre côté. La place Moscou vient d'être rebaptisée, dans la plus pure des traditions que l'on croyait réservées aux tournants idéologiques du soviétisme, et au grand dam de tout le monde, qui a l'impression que ses rêves aussi doivent être enterrés. Elle s'appelle désormais la Széll Kálmán Tér.

Il paraît que c'est parce qu'il n'y a pas de place Budapest à Moscou !

07 juillet 2010

pensée suspecte

nageur en érection.jpg

Hier, Boby m'a envoyé ce mail : "Je ne sais pas si tu connais ce blog. Je l'aime bien, (le plus souvent)...
Ce matin, je ne sais pas pourquoi, quand je l'ai ouvert, j'ai pensé à toi...
"

C'était suivi de ce lien.

Je ne le connaissais pas. Le blog, pas le garçon de la photo. Le garçon de la photo, je l'ai peut-être déjà croisé dans une soirée naturiste de Roger Legall. Mais ça fait bien longtemps que je ne suis plus allé y traîner. Alors cette image m'a rappelé de bien bons souvenirs.

Et comme c'est de saison...

28 août 2009

à oilp !

fin de baignade bis.jpg

Il y a, près de Paris, un grand parc. Un domaine, devrais-je dire, constitué de vastes étendues forestières, d'une piscine avec sauna et hammam, de nombreux emplacements de camping, de jeux d'enfants, d'un restaurant et d'une charte de vie. Tu me diras, des parcs de loisir et des domaines forestiers, les alentours de Paris n'en manquent pas.

Sauf que celui-ci est un peu spécial. En raison de sa charte de vie, justement. On y franchit une grande barrière après s'être acquitté d'un droit d'entrée dans une bâtisse de pierres anciennes, où l'on t'accueille avec le sourire. Au loin, tu aperçois des bungalows et des toiles de tente. Tu files garer ta voiture sous de grands arbres qui te rappellent immédiatement tes dernières vacances dans les Landes. Tu te délestes dans ton coffre de tes effets personnels et de tes vêtements. Oui, de tes vêtements, et de tous, encore ! Slip et caleçon compris. Car à Héliomonde, on y vit nu.

C'est un grand camp naturiste, ignoré de tous, sauf des initiés. J'en avais vaguement entendu parler depuis que je fréquente les nocturnes de Roger Le Gall, mais ne m'y étais pas intéressé plus que ça, et n'avais jamais envisagé m'y aventurer. Curieuse appréhension, sans doute parce que je ne suis pas de la culture naturiste. Et que cet univers m'apparaissait surtout réservé à certains cercles.

Pourtant, ce parc est à deux pas de chez moi, 15 minutes en voiture à peine. Portés pas une belle journée ensoleillée, encore dans l'enthousiasme de nos merveilleuses semaines hongroises, et profitant des récentes désinhibitions d'Igor, nous sommes donc allés y montrer le bout de notre... nez, c'était samedi dernier.

anf1.jpgPas question de draguer, l'échangisme et les rencontres y sont proscrits. Il s'agit d'un naturisme familial et bon enfant, où le beau et le moins beau se côtoient dans une esprit de tolérance.

C'est autour de la piscine, au bassin un peu petit, hélas, et aux caillebotis réservés aux premiers arrivants, que se concentre le monde pour profiter du soleil.

Les cicatrices sur les abdomens ou sur des seins y ont valeur de tatouage. Certaines filles à la peau dorée arborent une élégante épilation intégrale. Les maîtres nageurs impassibles sur le bord du bassin, le regard perdu et libre derrière l'écran fumé de leurs lunettes de soleil, sont beau comme des dieux, le sexe ballant, ils laissent s'écouler le temps dans une fausse torpeur.

Il y a de nombreux étrangers, des Franciliens habitués qui y louent un chalet à l'année, des familles pour qui le baignade_nat.jpgnaturisme semble une tradition partagée, des couples pour lesquels elle constitue au contraire un alibi facile pour mâter en toute discrétion. J'ai été surpris d'y trouver aussi un public handicapé accompagné. Bref, un petit peu de monsieur et de madame tout-le-monde... mais tout nu.

En une première après-midi d'approche, nous n'avons pu explorer l'ensemble de ce vaste domaine, ni des joies qu'il propose, préférant nous oublier près de la piscine. Nous ne nous sommes pas laissés perdre en forêt pour y croiser des yeux de biche ou des cornes de chevreuil, nous n'y avons pas joué au tennis, des baskets aux pieds : nous nous sommes contentés d'y humer une atmosphère aux relents boisés, en oubliant parfois ce qu'elle avait de singulier, tant c'est l'esprit des vacances qui y a surtout dominé.

J'y ai croisé un homme, dans les brumes épaisses du hammam, qui m'a juste dit le plaisir qu'il aurait à ce que je le retrouve dans son chalet, avec son ami. Ce sera peut-être pour dimanche si le soleil est au rendez-vous. D'autant qu'après un samedi de déménagement (ah! les copines !...) et avant le retour des collègues prévu pour lundi, j'aurais besoin, en piqure de rappel, d'une petite dose supplémentaire de... vacances.

26 juillet 2009

Palatinus par grand vent

team_natation.jpg

Il ne faisait pas vraiment froid, hier. En comparaison à Paris. Pas vraiment chaud non plus, mais surtout en raison du grand vent qui envoyait quelques rafales à 50 km/h. Du coup, le grand complexe aquatique situé sur l'île Marguerite, que j'aime à fréquenter autant pour la qualité de ses installations nautiques que pour les rencontres que l'on peut y faire, était presque désert. Un samedi après-midi, pourtant !

J'avais une ligne d'eau pour moi tout seul. Si tu ne connais pas le plaisir de nager le papillon dans une ligne vierge, quand la surface est lisse devant toi, à peine irisée par le vent, que tu ondules en profondeur avec une claire perception de tes appuis, que tu émerges en surface comme à travers un miroir et que tu peux ramener tes bras vers l'avant dans toute leur amplitude, puis plonger, t'immerger encore et suivre la ligne noire du fond du bassin qui te conduit de l'autre côté, si tu ne connais pas ça, tu ne sais rien du plaisir de la nage. Sans te soucier alors de ce qui vient en face ou peut te croiser, tu peux te concentrer totalement sur les seules sensations de ton corps, bander l'abdomen en pénétrant dans l'eau pour rester le plus droit possible, parfaitement horizontal, profiler ta trajectoire pour optimiser tes impulsions.... Et là je te jure, tu es épuisé au bout de la ligne, tu reprends ton souffle, mais tu t'es cru poisson et faire ainsi corps avec l'eau jusqu'à l'oublier est une jouissance.

La contre-partie, c'est qu'il n'y avait personne non plus sur ma terrasse préférée. Juste un quinqua, enrobé mais bien monté. On a fait affaire ensemble en dix minutes. Je l'ai fait jouir et j'en étais content. Puis deux quadras sont arrivés, un vieux couple, déjà, ou de bons amis. Ils se sont installés à l'ombre du grand peuplier, de l'autre côté de la terrasse et n'ont pas ôté leur maillot. Je me suis demandé ce qui pouvait bien les conduire sur une terrasse naturiste, s'ils ne recherchaient ni le soleil, ni les sensations de la nudité, ni même une joyeuse foule gay rassemblée. Ils sont restés là pourtant bien deux heures. Et une seule personne a rejoint la terrasse durant tout ce temps.

Chaque demi-heure, les haut-parleurs jouaient la petite musique America de West-Side Story pour annoncer le début d'une nouvelle session de vagues dans le bassin dédié.

Je suis reparti comblé de soleil. Peu diverti au vrai par les événements, j'ai tranquillement pu terminer mon livre - et je t'en parlerai parce qu'il m'a assez profondément troublé.

En sortant, une autre explications m'est venue, quant à la désaffection d'un tel équipement aquatique un samedi après-midi. Le prix. C'est désormais de la folie. Lorsque je vivais à Budapest, à la fin des années 90, l'entrée des piscines ne coûtait rien. L'équivalent de quelqus francs, moins d'un euro. Désormais, dans les grands bassins nautiques, l'entrée est à presque 6 euros. Elles est à 8 euros pour la strand Palatinus. Je comprends qu'à ce prix-là les gens veuillent en avoir pour leur argent, et hésitent à faire le déplacement si la météo se montre un peu menaçante.

Tout est devenu si cher. Vu de loin, on pourrait se dire que c'est normal, il faut bien que la vie peu à peu se rapproche du niveau occidental. Après tout, l'Europe doit bien servir à ça. Sauf qu'il y a une chose qui n'augmente pas. Mais alors pas du tout. Ce sont les salaires. Depuis la crise financière, le gouvernement annonce même que le plus difficile est à venir.

On voit du coup de plus en plus dans les rues, dans les trams, une jeunesse désorientée, en proie à du repli, de la violence, de la malveillance, dégradant à dessein les biens publics sous les yeux horrifiés des "bons Hongrois", peu habitués à ces phénomènes. La "racaille" de là-bas est bien blanche, bien blonde, cheveu très court et tatouage ostensible, un tantinet rondouillarde, et elle parle fort, très fort, de préférence pour proférer des injures grossières. Et la fracture se lit dans les yeux, avec de la peur et de la colère dont on ne sait pas ce qu'ils pourraient donner dans ce contexte de difficultés et d'absence d'issues.

Je ne l'avais encore jamais perçu à ce point. Finalement, Budapest change.

25 juillet 2009

Budapest et ma libido, toute une histoire

medium_4b50efed7a41d6e442c26a0730b8f68d.jpg

Je ne vais pas te la faire façon carte postale. Ou alors de ces cartes hyper-kitch, où des hommes - gros plan sur leur maillot de bain bien renflé - se la pètent grave, bronzés de la tête aux pieds, reluquant de la meuf en string. Parce que tu vas voir, je ne commence pas mon récit de vacances par de la poésie.

Donc, premières observations de Budapest. En fait, essentiellement cinq.

1/ Il fait sensiblement plus chaud qu'à Paris. On y fleurte avec les 31-32 degrés, mais cette chaleur est sèche et n'assomme pas. La canicule s'est échappée avant mon arrivée, il faisait mercredi et jeudi plus de 38 degrés.

2/ On drague toujours à Palatinus. Malgré une affluence familiale nombreuse et expansive, des jeux aquatiques dans tous les sens, il se trouve, sur une terrasse naturiste réservée aux hommes, et dans l'obscurité du bloc de douche du premier étage, à gauche de la coursive, juste face aux escaliers qui montent à cette terrasse, des traditions de repérage et de premiers contacts, de masturbations discrètes. Il faut y être vigilant car un innocent peut toujours y débarquer par hasard, mais chacun y met du sien et il y a rarement d'incident. Des choses intéressantes s'y passent toujours, donc. Ça n'a pas changé.

3/ Mon sex appeal fonctionne encore. Dès mon entrée dans ce mâtodrôme, il s'est trouvé plusieurs individus pour se laisser magnétiser, s'approcher de  moi et m'offrir leurs vertus - légères, leurs vertus. Ca  me rassure. Qu'est ce que ce sera après trois semaine de nage intensive, de repos et de bronzage !...

4/ Ma  libido donne des signes évident de reprise : impatience à aller retrouver ces lieux, belles érections sous ces regards avides. Mais difficulté à me laisser aller dans un rapport prolongé. Était-ce la glauquitude de cette cabine de toilette, l'incongruité du bonhomme, qui m'avoua être transformiste en boîtes de nuit, ou les pensées qui, encore, me ramenaient à lui ? Toujours est-il que j'ai perdu mes moyens, et à mi-parcours, c'est pas cool. J'ai du travail pendant mon stage pour retrouver tout mon relâchement...

5/ Démis Roussos est mort, mais il chante encore. Tu imaginais, toi, qu'il donnait encore des concerts ? Eh bien il en donne. A Budapest, en demis-roussos.jpgtout cas. Il s'affiche partout. C'est donc à l'Est que la vie continue, j'ai bien fait d'y venir.

6/ Ah ! et puis une dernière observation : figure-toi qu'il y a une connexion WIFI depuis notre appartement. Gratuite. Sur un réseau non identifié. Un piège ? Ça a été ma première réaction. Mais au fond, non. J'avais pris plaisir, durant l'été 2007, stimulé par l'échange qui était en train de se construire avec Wajdi, à écrire et à écrire encore, à raconter. Des bribes de vie, des rencontres, des sensations sexuelles, ou sensuelles, des souvenirs. Je n'avais alors qu'un Internet café à ma disposition, mais cette expérience m'avait stimulé au plus haut point, et ce qui en est né a enrichi ma vie. Internet à la maison, c'est la même chose avec le confort en plus. Et puis maintenant, j'ai un blog pour balancer tout ça, sans usurper l'espace d'un autre. Et pour ce que devient le blog de WajDi !... Alors oui, les vacances, ce ne sera peut-être pas l'arrêt du blog, mais au contraire le temps du blog. Écrire, en profitant d'avoir du temps pour le faire. Au lieu d'écrire en courant, entre deux obligations, ou sorties, haletant, en y laissant une partie de mes nuits. Le confort, je te dis ! Et puis qui sait si je ne te raconterais pas un jour ma nuit avec Demis Roussos.

Allez, sois fidèle au rendez-vous pour pas manquer ça...! Bons baisers de Hongrie.

16 juillet 2009

l'été, Roger Le Gall bande

gland.jpg

Le mât est dressé. A son extrêmité haute, la bâche repliée grossièrement prise dans des cordes forme un gland. Le bassin de la piscine Roger Le Gall a retroussé son chapiteau début juin, et vit à découvert, comme chaque été. Il était 21h 24 hier soir quand les ultimes rayons du soleil projetaient sur cette masse informe, rassemblée et suspendue, leur lumière orange.

Je nageais nu dans ce décor glissant. Prenant ma respiration alternativement sur la droite, mon regard rencontrait cette érection improbable, et ce prépuce géant magnifié par le feu.

Quelques longueurs plus tard, dans un ciel dégagé, la verge sera auréolée d'une volute sombre irrisée de rouge. Puis la nuit s'installera, ôtant à cette tugescence ses connotations vulgaires.

Ce sont alors les érections du bassin qui se cherchaient. IL y en eut peu, au vrai, l'effort et le froid rétrécissent ces choses. C'est à l'heure de la douche - l'eau chaude est une caresse efficace - qu'il s'en remarquerait quelques unes, toujours discrètes.

Mais ces corps nus en extension dans l'eau, aux jambes battantes, aux abdominos tendus secrètement balayés par la lumière crépusculaire, balançant de droite et de gauche, avaient comme d'habitude un fort pouvoir captivant, si bien que tu ne savais plus à la fin de la séance si ton ivresse résultait de l'effort ou de ces corps virevoltant autour de toi.

J'avais bêtement oublié ma serviette, hier, et j'ai du me sécher au souffle chaud d'un sèche-cheveux. Je prolongeais ainsi, face à un miroir de circonstance, l'exhibition de mon corps nu dégingandé. Et c'est alors que j'ai bandé.

19 juin 2009

dénoué jusqu'aux entrailles

gay7.jpg
J'avais déjà noté la capacité de douceur de Sylvain, et sa vocation de tendresse. Il m'avait montré le mois dernier chez lui une autre facette que celle que je lui connaissais dans le bassin de Roger Le Gall : de l'écoute, de l'attention au chagrin de l'autre. Il appelle son Chemin de vie le travail qu'il a commencé à accomplir pour se réconcilier avec lui-même, pour laisser s'exprimer son goût du tactile, et dans un échange plein de trouble et d'empathie, il m'avait confié, non pas des clés à mon histoire, mais quelques unes des clés à la sienne, en pensant que j'y trouverai sinon du réconfort, du moins des encouragements pour le travail que je venais d'engager moi-même.

J'étais venu chez lui à son invitation. Ayant commencé une formation aux massages, il avait besoin de pratique, donc de cobayes volontaires. Volontaire, pour sûr je l'étais, connaissant déjà bien son toucher, plusieurs fois éprouvé à l'occasion d'opérations de co-savonnage à la clôture de nos nocturnes aquatiques naturistes...

Nous avions convenu que ce serait un massage relaxant à l'huile. J'avais découvert à cette occasion que le pépin de raisin, ou même une isio 4 convenaient parfaitement à ce type de massage, alors que je m'étais attendu à des produits beaucoup plus sophistiqués.

Il avait installé sa table de massage au milieu de son salon, l'avait recouverte de serviettes éponge. Il avait commencé à réchauffer la pièce avant mon arrivée, vingt-cinq degrés, c'est l'idéal, et puis après notre discussion, je m'étais déshabillé et m'étais couché entièrement nu, sur le ventre, la tête tournée vers la droite. Nous avions eu deux heures avant le retour de son fils.

C'est peu dire que j'avais trouvé du bien-être et du salut, pendant plus d'une heure et demi entre ses mains expertes, rassurantes.1247159947.jpg

Nous avons renouvelé l'expérience hier soir, à un mois d'intervalle, et j'y ai trouvé le même réconfort. Davantage encore, au point que je me sentais ivre en sortant de chez lui, mon corps semblant ne plus être en contact avec le sol. Ni avec aucune autre réalité physique.

J'ai davantage ressenti où se trouvait son talent, et d'où venait la sécurité qu'il semblait prodiguer. Il a un art particulier de l'enveloppement : quand tes membres se retrouvent légèrement soulevés, sous la pression conjointe de ses mains, de ses avant-bras et de son torse parfois. Les yeux fermés, je n'aurais jamais pu dire exactement où il était positionné car ses mouvements ne connurent aucune discontinuité.

Ses mains n'ont en effet jamais quitté mon corps. Pendant près de deux heures cette fois, aucune interruption, il basculait d'une partie à l'autre de mon corps, du côté droit au côté gauche, sans jamais en perdre le contact. Sauf une fois, au moment de me retourner pour me mettre sur le dos.

Les tissus de mon corps, les muscles et les membranes osseuses prennaient consistance sous l'effet de ses paumes. Des tensions se dénouaient, d'autres restaient douloureuses, j'ai particulièrement cette fois apprécié le massage du ventre, ça, c'est la zone des émotions, ressentant au plus profond de mes entrailles des noeuds se défaire. Et je me suis laissé aller quand dans les cinq dernières minutes il me conduisit à la jouissance.

Comme s'il avait tenu à me faire ce don ultime au terme de son protocole.