Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 septembre 2011

Lloyd, John, Thomas, Jean-Meriadec : c'est assez, non ?

deûle noyade.jpg

La Deûle tue encore. Un quatrième jeune homme, en quelques mois. 19 ans, franco-britannique, soirée bien arrosée... On n'en saura pas plus. Les journalistes semblent s'intéresser aussi peu que les enquêteurs - qui ont classé sans suite les trois précédentes noyades - à la piste homophobe.

Ce quatrième corps a été retrouvé, comme les autres, à proximité du quartier de la Citadelle, pourtant connu pour être un lieu de drague gay. Un lieu tout indiqué, après avoir passé une soirée à rire avec des copines de promo dans des bars de la ville, pour aller chercher avec qui finir sa nuit, ou simplement se soulager d'un trop plein de vie.

Mais non, pas de trace de violence, dit l'autopsie, ce sera donc un drame de l'alcool. Il faudrait sécuriser les berges de la Deûle, et ça tombe bien puisque l'on y installe actuellement une ligne de vie, conséquence des trois drames précédents. Quelques crétins en appellent même à la recouvrir, la Deûle. Un couvercle. Cacher cette eau en ville que je ne saurais voir. Préconisation à contre-temps car l'heure est plutôt à la réouverture. De la Bièvre, des canaux, de ce qui apporte la vie en ville. Et si rarement la mort, même alcool aidant.

Pourquoi s'interdit-on de s'interroger sur ce qui fait que la Deûle, elle, porte la mort ? Qui veut taire l'homosexualité supposée, avérée - ou simplement possible - de ces chers disparus ? Une instruction démissionnaire et elle-même homophobe, dans le Département du sinistre Vanneste ? Des familles aveuglées par le chagrin, qu'il faudrait préserver de la vérité et du déshonneur ? L'inconfort moral ?

Depuis que je publiais cet article, soufflé par un lecteur-ami de ce blog, les meurtres de la Deûle me valent une fréquence impressionnante de connections. Ça veut dire qu'on s'y interroge, et que l'on doute de la volonté de la justice de se donner les moyens de trouver des réponses.

Espérons que l'enquête va rouvrir, et que la Deûle n'aura pas à recracher un cinquième cadavre !