Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 décembre 2008

le sens de la connivence

photo-t49j5.jpg

Il y a une actualité Patrick Timsit. Il était hier soir sur France 2 dans Pédale douce (tout le monde a droit à ses erreurs de jeunesse). Il joue tous les soirs à La Cigale. Et il est à l'affiche d'un film qui sort mercredi : L'emmerdeur.

Je te vois déjà me dire : qu'est-ce qui lui arrive de nous brancher sur Patrick Timsit, il a bouffé du clown ou quoi ? Bon, en fait, je suis un peu comme toi, Patrick Timsit ? Moué. Sauf que voilà, dans une autre vie, il m'est arrivé d'avoir comme collègue de travail un membre éminent de sa petite fratrie, et que cette charmante personne, que j'adore - avec qui je suis resté en contact huit ans après, ainsi que d'autres anciens collègues, avec qui nous organisons chaque année un week-end de retrouvailles dans la maison de famille des uns ou des autres - a eu la ravissante idée de nous proposer une soirée à l'occasion du retour sur scène du grand frère.

Quand elle nous a annoncé le prix du billet, l'idée paraissait déjà moins mignonette, mais c'était trop tard, le coup était parti.

J'étais donc vendredi soir à La Cigale avec cette joyeuse petite bande presque au complet...

Eh bien tu sais quoi. Je me suis bidonné. Mais bidonné comme rarement, du début à la fin. Il ne manque pas de classe, le bonhomme, derrière ses outrances franchouillardes à la sauce pied-noir. Il est devenu carrément bel homme. Et puis il a le sens de la connivence. Il est même assez subtil dans ce registre, il instaure un beau dialogue avec le public.

Nicolas Sarkozy en prend pour son grade, juste ce qu'il faut, finement. Une mimique et deux réparties bien senties, et c'est toute sa rhétorique qui est démolie. Mais les curetons de tout bord sont bien alignés aussi, les humoristes bien en cour, les chercheurs qui se vendent à l'économie, Dieudonné, et puis, je sais pas, il a quelque chose, un truc pas vraiment perceptible quand on voit un sketch isolé à la télé, un truc qu'il instaure dans la durée, direct de toi à lui, qui ne fonctionne donc que sur scène. Tu te sens proche, tu te sens lui, et qu'est-ce que tu te marres.

(dernières représentations cette semaine, jusqu'au jeudi 11, réservations possibles là)