Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 janvier 2008

en grève des soins contre les franchises médicales

12b3008ed9959f26b94016544c9dd80c.jpg

Bruno-Pascal Chevalier, travailleur social à Morsang-sur-Orge, président d’Artisans du Monde Val d’Orge (commerce équitable), séropositif, peut-être même déjà malade, si j'ai bien compris, a décidé d'engager une grève des soins pour protester contre la mise en place de la franchise médicale. Cet acte désespéré, sans doute incompréhensible - voire carrément trash - pour beaucoup d'entre-nous, mais si immensément courageux, force mon respect.

De fait, il n'a de sens que s'il est connu, médiatisé, relayé. J'ai donc décidé de reproduire sa lettre à Nicolas Sarkozy, tout y est dit :

"Monsieur le Président,

Je suis atteint d’une affection longue durée, le SIDA. Par ailleurs, je suis travailleur social et engagé dans diverses associations citoyennes de solidarité. La mise en place de la mesure de la franchise médicale m’oblige à payer 50 euros par an d’impôt supplémentaire par le seul fait que je sois malade. Après en avoir discuté professionnellement ou dans le cadre de discussions privées avec de nombreuses personnes âgées, invalides, atteintes d’affections de longue durée, j’ai fait le constat que l’ensemble de ces personnes ne peuvent déjà plus faire face à leurs dépenses de santé et  sacrifient cette santé en ne se soignant plus ou en repoussant à plus tard voire trop tard des démarches de soins.

Pour la première fois dans l’histoire de la Sécurité Sociale, le principe de solidarité est posé : avec la franchise médicale chacun de nous se sent responsable voire coupable d’être malade, et par cette faute, nous allons devoir payer pour l’accès à ce droit fondamental qu’est celui de la santé.   Lorsque je regarde les feuilles de remboursement de mes médicaments et que je regarde le prix fixé par les laboratoires et accepté par le gouvernement, je me demande si le trou de la sécurité sociale n’est pas lié aux tarifs souvent démesurés appliqués par les laboratoires.  Monsieur le Président, je vous fais part officiellement de ma grève de soins que j’entame aujourd’hui en soutien à toutes les victimes de la mise en place de la franchise médicale.

Je mène cette action en pleine conscience des risques que je prends pour ma santé particulièrement précaire après vingt années de lutte contre la maladie. Sachez que la franchise médicale va pousser silencieusement beaucoup de malades à prendre la même décision que moi au risque de sacrifier leur vie.

J’exige de votre part l’abrogation de cette loi injuste.

Enfin, Monsieur le Président pensez-vous que cette mesure va participer à la relance économique ? ne pensez vous pas que d’autres choix sont possibles pour faire face aux besoins de santé ? Pour ma part j’en suis convaincu et déterminé à aller au bout de ma démarche en vous en tenant responsable.

Je vous prie d’agréer, Monsieur  le Président, l’expression de mes salutations distinguées.

Bruno-Pascal CHEVALIER"  

Depuis le 1er janvier, date de mise en application de cette disposition, il a entrepris de médiatiser cette action (France Inter, Europe 1, FR3, 20 minutes, et d'autres y ont consacré des articles).

Tu peux aller sur son site pour t'informer, et si tu le souhaites soutenir cette action, envoyer un message de soutien, faire suivre ; nous sommes tous concernés.