Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 avril 2011

Juliette, et autres poupées

roméo et juliette.jpg

Figure-toi que pendant que mes deux blogo-copines n'en finissent pas d'arpenter le sol irlandais - déjà deux semaines que ça dure - ma blogo-fée préférée quitte sa colline et s'apprête à venir jouer la Juliette dans mon giron. Et en musique, s'il-te-plaît, puisque l'énergumène l'emmènera pour l'occasion à l'Opéra-Bastille voir et entendre le pas de deux d'un Roméo emmené par Noureev pour la dernière du ballet magique de Prokofiev. Il a le filon, le laron !

Ma Berline a été nettoyée de long en large, et j'espère bien que, même si nous rentrons après minuit, elle ne retournera pas citrouille avant les noces !

Ah, ben pas de risque : ma Cendrillon est quand-même bien trempée, ses noces, elle se les offre la veille. Un petit écart bien négocié dans les bras du prince charmant, avant de rejoindre, normalement rallumée, son Montaigu à l'heure du p'tit dèj !

Tiens, faut que je nous trouve une adresse sympa, pour le p'tit dèj, d'ailleurs. C'est noté.

Tout ceci pour te dire que, poupées russes à part, c'est pas des matriochka, mes copines. Elles dépotent ! Et moi je m'en délecte.

Si c'est pas de la littérature, ça !

28 septembre 2010

un chant d'amour

un chant d'amour.jpg

Ce pourrait être parce que j'ai vu récemment Un prophète sur Canal, et me suis frotté, dans le confort de mon canapé, pour tromper l'ennui et combler l'absence, à la dureté impitoyable de l'univers carcéral,

parce que j'ai quitté la manifestation jeudi soir, près de Denfert-Rochereau, en longeant le robuste mur de la Santé, haut et interminable,

ou parce qu'avant hier, dans la grisaille du dimanche finissant, je suis allé à la rencontre de L'homme au bain et de son univers érotique déchiré,

ou encore parce que j'ai appris tout à l'heure que Genet fit à Fresnes l'essentiel de sa détention, dans la cellule, peut-être, où mon père éclusa ensuite quelques unes de ses jeunes années...

Mais c'est en fait parce qu'une fée est venue hier délicatement réveiller en moi le captif amoureux, me glissant que cette année il aurait eu 100 ans, et qu'à cette occasion elle aurait bien voulu m'entraîner, moi, dans l'hommage que vont bientôt lui rendre Etienne Daho et Jeanne Moreau, à l'Odéon,

c'est pour cette raison que je t'offre ce soir le plus beau chant d'amour. 



19 novembre 2009

de la fidélité

ni dieu ni maître - Laurent Beauplet.JPG

Il y a quelques jours - mais elle n'écrit plus si souvent, c'est donc sa dernière note - feekabossee livrait ses réflexions sur la fidélité prédatrice. Je t'invite à lire son papier, mais aussi certaines des réponses laissées en commentaire. Où l'on découvre que la fidélité se définit souvent par défaut, et que l'infidélité en amitié est souvent la plus blessante.

Moi, je suis fidèle. Fidèle en amour. Fidèle en amitié, quoi que parfois négligent. Fidèle en valeurs et en engagement, même au delà des doutes. Fidèle en adultère. Fidèle en fautes et en chagrins. Fidèle à moi-même, indifférent aux leçons de la vie. Je m'accroche aux mêmes yeux, aux mêmes mains, aux mêmes soupirs consentants. Fidèle à mes héros imaginaires, à leurs apitoiements ingrats, je m'avilie dans les mêmes humiliations, et me désespère des mêmes égoïsmes.

Fidèle à ma mémoire, à mes symboles, à mes travers. Comme l'ombre de moi-même.

Fidèle à mes fardeaux. Je me défonce à la même came de l'inutilité amoureuse, me relève des mêmes KO, m'épuise dans les mêmes rêves.

Et si je meurs un jour, ne cherchez pas docteur, ce sera de fidélité !

22 octobre 2009

5000 sous le signe de Bach

Et voici donc le 5.000ème commentaire. Il est tombé mardi (mais j'ai du retardé son installation sous les projecteurs, pressé que j'étais de mettre des choses au point après les emmêlages de billets auxquelles m'avait conduit l'affaire du match avorté). C'était sur le billet la diva et la midinette.

"J'ai parfois des frissons à l'écoute de certaines musiques, comme l'air de la reine de la nuit dans la flûte enchantée, c'est galvaudé je sais, mais il y a quelques jours j'ai revu le film Amadeus et ça me l'a refait.


Mais je suis plus baroque que classique, et Haendel (par exemple ça) me fait plus frissonner que Beethoven.

Je n'ai pleuré qu'une fois en écoutant de la musique, c'était la Passion selon Saint-Matthieu, de Bach (cet air là très exactement) mais il se mêlait à d'autres émotions que je ne raconterai pas ici, car c'est un endroit comme il faut ;-)"

Pouvais-je espérer mieux ? Les frissons, Mozart, Haendel.... mais surtout Bach, et Saint-Matthieu ! Imagine un peu... J'ai eu déjà l'occasion d'écrire combien Bach surclassait tous les autres à mes oreilles. Et d'écrire aussi ce que représentait pour moi la Passion selon Saint-Matthieu.

Madame de K, savez-vous que j'aurais pu pleurer aussi sur cet aria, qu'il accompagna mes premiers mois d'installation à Budapest il y a, quoi ?, quatorze ans de cela, et d'une certaine façon ma sortie du placard ?

C'est drôle que ce soit tombé sur vous, débarquée assez récemment par chez moi. A la fin de cet été, je crois, sur une humeur capricieuse. Et par l'entremise d'une belle fidèle, écornée par la vie, mais debout, généreuse, digne. Je l'ai vue pour la première fois ces jours-ci, vous le savez, et prenant un infini plaisir à nous découvrir, nous avons parlé de nous, d'elle, de moi, et figurez-vous, beaucoup de vous. Elle est admirative de votre joie de vivre, et je crois qu'elle ne trouve pas usurpée votre minute encyclopédique.

Merci de nous en avoir livré quelques secondes, et de l'avoir fait avec de la grande musique. Vous auriez pu aussi nous dire vos "autres émotions" mêlées à vos larmes, les oreilles qui traînent par ici en ont vu d'autres, et sont d'une discrète bienveillance. Une prochaine fois peut-être...

26 décembre 2008

finir en beauté une histoire empêchée

dragonorcol.jpg

"Hier tu m'as donné un petit mot écrit en multicolore et plié 12 fois qui peut tenir dans le creux de la main, pour me dire que tu m'aimes. Tu as déchiré une feuille de ton cahier d'anglais, petit format, grand carreaux, marge à 3 cm, celui où la page de garde est bombardée de mon prénom aux différentes calligraphies.

Je crois que mon cœur a connu ses premiers soubresauts. Tu sais, oui tu sais, tu me le diras plus tard, cet espèce de tourbillon qui part de tout en bas pour venir étouffer le crâne bouillonnant.
On est bien quand on est amoureux. C'est ce que tu me dis, c'est ce que je ressens, violemment.
Tu n'insistes même pas quand je te dis qu'on le fera quand j'aurai 18 ans, tu sais que c'est long 7 ans d'attente, mais tu t'en fiches parce que 7 c'est ton chiffre préféré, c'est ce que tu dis.

Tu as tatoué à l'intérieur de ton avant-bras, les deux premières lettres de nos prénoms, je trouve ça magique, et tu es fier.
Tu as même changé la selle de ta mobylette pour pouvoir m'emmener derrière toi. Mon père te déteste, m'interdit de te voir, je fais le mur le soir et te retrouve au lavoir, il fait nuit, mais je ne vois que tes bras qui me serrent. Je rentre par ma fenêtre entre-ouverte à des heures indues, mais comment aurait-il pu remarquer que je n'étais pas là ? Elle s'occupe bien de le garder pour elle. Il ne verra jamais mes épisodes nocturnes vers toi ... Comme il ne comprendra jamais ce qui me pousse là-bas, ou ailleurs d'ailleurs.

C'est le lycée qui nous sépare, toi d'un côté, moi ailleurs, et nos nouveaux copains, tu es parti un jour en me disant :

J'ai rencontré une autre fille, elle est plus âgée, et elle est enceinte.
Je t'ai dit que 17 ans c'était bien trop jeune pour avoir un enfant, surtout avec une inconnue. Viens, on fait nos sacs et on part seuls tous les deux, loin d'ici.
Tu as dit, non, ton père me tuerait, tu resteras l'amour de ma vie, mais je dois assumer mon rôle de père.
Je t'ai dis, faisons l'amour, au moins une fois, maintenant.
Tu as dis, non pas comme ça, mais un jour on se retrouvera, et ce jour là, on fera l'amour.

Tu avais raison.
Il y a 5 ans on s'est retrouvés ...
On a parlé de nos vies, de nos enfants, de nos ratages comme de nos réussites. On s'est parlé de ce premier amour si marquant pour l'un comme pour l'autre. Cet amour qu'aucun adulte ne voulait prendre au sérieux, nous on avait un vrai engagement, on avait même mélangé nos sangs.
Dans ce bistro feutré, ta main a effleuré la mienne et j'avais soudain 11 ans et le corps plus sûr.

J'ai aperçu les premières lettres de nos prénoms toujours là, côte à côte sur ton bras. Alors tu as abaissé la manche de ton pull. J'ai eu un sourire gêné, tu as pris ma main, et tu m'as embrassée.

On a été maladroits comme des adolescents mais nos corps se sont trouvés juste pour se dire au revoir, cet au revoir qu'ils n'avaient pas eu l'occasion de s'offrir vingt ans plus tôt. Tu n'as pas dormi une seconde, tu as observé toute la nuit ce corps blotti contre le tien, tremblant. As-tu juste mesuré à ce moment là, ce que tu avais été pour moi à l'heure du passage à la vie des grands ? Je ne sais pas, j'étais bien, j'avais envie de voir de toi ce qu'il ne m'avait pas été permis de voir 20 ans plus tôt.

La chambre d'hôtel qu'on avait choisie ne portait aucune de nos histoires, mais tant d'autres. Avait-on juste envie, en souvenir de cette histoire de pas encore grandes personnes, ou pour agir contre le désaccord parental laissé dans une chambre d'ado ou simplement pour se découvrir adultes ? Je sais que j'ai mis un point final à mes premiers émois dans cette chambre anonyme.

goodbye !

Simplement finir en beauté cette histoire empêchée, notre première histoire d'amour, notre premier amour.

Mon grand a les yeux qui brillent en ce moment, il monte dans le tram sans ticket, il rêve, il est devenu un msn-addict, il parle d'elle, même dans son sommeil, il oublie qu'à table on est là pour se nourrir, son sourire est tout neuf, c'est un que je ne lui connaissais pas ... Et je pense à ce premier amour qui aura bouleversé ma vie au point de le retrouver vingt ans après pour mieux le quitter.


Il n'y a définitivement pas d'âge pour avoir la tête à l'envers !

Mais je me demande si je dois lui dire, qu'il existe dans nos cœurs, des histoires qu'on ne vivra jamais, des histoires impossibles, inaccessibles, et que ce sont sans doute celles-ci qui nous construisent le plus. Qu'il existe des êtres qu'on croisera longtemps, qui nous feront toujours autant tourner la tête. Des bras qu'on reçoit comme des offrandes, et qu'on laisse s'envoler après l'étreinte.

Je crois que je dois juste le laisser face à lui-même dans la plus la plus belle et la plus douloureuse découverte qu'il est en train de faire.
"

feekabossee,

La brune qui roucoule, le 2 novembre 2008

_________________________

J'aime dans ce récit les points de suspension que l'on croyait perdus, qui conduisent invisibles à un aboutissement, la fin qui se donne à une histoire sans fin, ce presque hasard qui résonne à distance. Moi aussi, j'ai deux lettres tatouées sur la peau de mon avant-bras, sous mon aisselle, au coin du pubis, sur le galbe d'un mollet, comme deux dragons qui ne parviennent pas à s'unir, en lettres latines, ou en calligraphies orientales, creusées par le combat, et pour cette raison indélébiles. Personne ne peut les lire, mais moi, chaque fois que j'y passe la main, ces initiales me parlent, et me disent un rêve non éteint, commencé lui aussi par un mot plusieurs fois plié. Par une prière. Un rêve qui n'en finit pas de couver comme de la braise ardente.