Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 novembre 2011

première dame des petits peuples

Danielle Mitterrand.jpg

Il y a juste un mois. Ce seront mes derniers souvenirs. Elle fêtait les 25 ans de la fondation France-Libertés et avait reçu ses amis, les partenaires de ses combats : l'Amérique latine, les minorités opprimées et les combattants de l'eau étaient là. Entre deux spectacles, j'avais osé m'approcher d'elle et lui dire l'admiration qu'elle m'inspirait.

Mes mots avaient été maladroits, mais les siens furent précis, posés et tendres. Elle s'était laissée caressée la main et nous avions trouvé dans le regard de l'autre un sourire de jouvence. L'instant dura quelques secondes - tatouées aujourd'hui sur le fond de ma rétine.

La première dame des peuples a éveillé en moi - en nous ? - le sens du Bien commun. Dans l'ombre ou la lumière. Je pleure.

16:30 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : danielle mitterrand

22 octobre 2011

un piano dans la pampa

liszt ferenc utca.jpg

Liszt aurait aujourd'hui 200 ans. Le temps passe, hein ?

Franz Liszt. Liszt Ferenc, pour être conforme à son appellation d'origine. Le compositeur le plus ample, le plus dense, celui qui savait mettre non seulement tout un orchestre dans un piano, mais tout Wagner. Ou juste un rêve d'amour. Un compilateur fou. Celui dont l'interprétation est si exigeante que peu s'y essayent et encore moins y parviennent. Le bronze qui trône près de l'Académie de musique de Budapest le représente avec des mains démesurées, capables d'envelopper au moins une octave et demi. Un monstre de vélocité. Une fulgurance. C'est peut-être pour ça que les autorités hongroises ont décidé d'en rebaptiser les deux aéroports de Budapest.

Piano, piano encore, piano toujours... Tu connais sans doute Miguel-Angel Estrella - bon, pas un virtuose de première catégorie, mais un homme généreux qui a consacré sa vie à apporter la musique, du bout de son piano, au plus près des populations déshéritées. Au fin-fond de la pampa, dans les prisons, dans les favellas... Il était hier soir auprès de Danielle Mitterrand, pour offrir une suite  romantique aux 25 ans de la Fondation France-Libertés. Un sacré bonhomme.

Embrassant Danielle, la remerciant pour la clarté de son message, la force de sa personnalité et la générosité incroyable dont elle rayonne, j'étais ému du regard bienveillant qu'elle a porté sur moi alors qu'elle se laissait caresser les mains, comme une grand-mère récompensée. Peu de Premières dames danielle-mitterrand_pics_390.jpgauront réussi ce qu'elle a elle bâti, autour de valeurs essentiellement humaines, pour la protection des minorités, écrasées ou stigmatisées, et aujourd'hui pour l'eau - ce bien commun menacé d'accaparement - son combat ultime pour lequel elle ne lâche rien.

Le PS offre aujourd'hui son putching ball à Nicoals Sarkozy. En même temps, ils l'ont élu, hein ! Encore un homme de système et de communication. Dieu merci, il a choisi la normalité plutôt que l'extravagance, mais pas sûr que ça suffise à me faire rêver. Comment cette femme a-t-elle pu exister au cœur de ce système d'Etat et y préserver son éthique ?

A propos d'éthique, je viens de passer devant l'Hôtel Murano de Paris. j'ai essayé de déceler ce qui se passait derrière les fenêtres, mais elles étaient trop bien fermées. Il n'y avait aucune caméra. Dommage, je suis impatient de me délecter du récit des parties fines de DSK avec son ami du BTP et celui de la sécurité de Lille - proxénète en chef quoique son presque conseiller sécurité en cas de course à l'Elysée. J'essayais de me demander si un cadre de luxe, avec des filles de luxe, du piano d'ascenseur en musique de fond et du champagne à volonté ajoutait à l'excitation ou non.

Finalement, avec la normalité, on revient de loin ! Mais cette histoire n'a pas fini de nous donner à réfléchir. Je te promets d'y revenir sans attendre la prochaine affaire (quoique, elles tombent si vite, les affaires...!)

09 juin 2010

la belle dame

20080202phowww00101.jpg

Dans la famille Mitterrand, je demande Danielle. La plus belle, la plus humble, la plus engagée... La chemise mouillée par l'effort, le prix qu'elle porte à ses combats d'aujourd'hui, à son plaidoyer pour une eau libre, dégagée des emprises marchandes, restituée aux peuples, ou plus précisément aux communautés humaines.

Elle lançait samedi, avec 100 élus, la campagne des porteurs d'eau, pour que l'accès à l'eau soit reconnu comme un droit humain. Mardi elle était à Vitry, au MAC/VAL, elle y évoquait ces marres autour desquelles même un lion et une gazelle font la trêve pour s'abreuver, cette eau source de paix et de solidarité plutôt que de guerre et de convoitise, elle y exortait son message à descendre des sphères électives pour 2677-127564532-650x0-1.jpggagner les citoyens. Elle sera encore dimanche à Villeneuve-Saint-Georges, pour les rencontrer, ces citoyens, leur parler les yeux dans les yeux, et inviter chacune et chacun à devenir à son tour porteur d'eau.

Et pendant que le festival de l'Oh! battra son plein, éclairé par le sourire radieux de cette belle femme, une votation citoyenne sera organisée dans les communes des Lacs de l'Essonne, avec l'objectif de retrouver les chemins d'un service public de l'eau, et de renvoyer à leurs chères études les actionnaires des majors de l'eau, leurs quêtes de dividendes et les parachutes dorés de leurs grands pontes adoubés par l'Etat.

Juin est bien le joli mois de l'eau.

Dommage que sous la houlette d'André Santini, les 144 maires des villes adhérentes au SEDIF, le syndicat des eaux d'Ile-de-France, n'aient pas eu ce même courage, et s'apprêtent à renouveler à Veolia son "contrat du siècle" !

Danielle, on a encore du travail, mais ce n'est pas la fin de l'histoire... La bataille de l'eau commence à peine !

06 juin 2010

musique au fil de l'eau

FlyCello-full.jpg

Gee Mee, blogueur inclassable mais à l'utilité sociale avérée, à qui l'on devait plein de petites astuces sur lesquelles ces dames se précipitaient pour améliorer la décoration de leur blog, qui avait reconnu une fois le cobaye qui sommeillait en moi, et qui en blogueur-citoyen conséquent s'engage pour l'eau et promeut les manifestations qui la célèbrent, vient de pondre un billet qui, sans avoir l'air d'y toucher, constitue la note la plus utile jamais publiée sur un blog depuis que l'homme a marché sur la lune.

Puisqu'il ne s'agit pas moins que de musique.

La musique peut désormais revenir sur nos pages.

Deezer, grand pourvoyeur en ce domaine - beau catalogue, vraiment - qui après avoir alléché les blogueurs de magnifiques lecteurs importables s'en était pourléché d'un bras d'honneur, peut à nouveau venir égayer nos pages. Et ce, grâce au simplissime tutoriel que Gee Mee a conçu et exposé.

Un exemple ?

Exemple dédicacé à la fée, tiens, au goût immodéré pour la musique baroque, qui a besoin d'un petit remontant en ce moment. Water music, évidemment, puisque nous sommes rentrés dans le mois de l'eau, que Danielle Mitterrand vient de lancer la campagne des porteurs d'eau, que Chambly était en fête pour l'eau samedi et que le festival de l'Oh! se profile pour le week-end prochain.

Fiso t'y fait d'ailleurs de belles suggestions de programme, tout comme Nicolas, si tu as envie d'aller te perdre sur les berges de la Seine ou de la Marne.

Tu pourras, d'ailleurs, y écouter de la musique symphonique, Haendel, évidemment, mais aussi la Sirène, d'Auber, puisque les femmes en sont les invitées d'honneur, ou la Sicilienne, de Fauré (que je te mets en deuxième exemple. Quand on aime...).

Et tout ça parce que le Rainbow Symphony Orchestra y est invité, pour la première fois.

Je n'oublie pas qu'ailleurs, on célébrait la biodiversité, ce week-end. La faune et la flore étaient à l'honneur, et les jardins s'en donnaient à coeur-joie. Je crois avoir entendu un papillon voler.