Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 octobre 2010

mon beau Danube... rouge

boue rouge.jpg

Ainsi l'on aura découvert que l'exploitation de la bauxite pour produire de l'aluminium engendre la fabrication dans des quantités astronomiques de boues toxiques. Mortelles. Dont on ne sait pas vraiment quoi faire. Au bord du Raab, prés de Györ, en Hongrie, on les stockait dans un cratère artificiel géant, qu'une commission de sécurité avait, l'avant-veille de l'accident, jugé solide et conforme.

Je ne sais pas si les gens du village avaient conscience de la bombe qui sommeillait à leurs portes. Je ne sais pas quelles sont les conséquences de la présence d'un tel cloaque, en dehors de tout accident industriel, sur l'environnement immédiat, sur l'état de la nappe phréatique, sur la qualité de l'air, sur la faune des milieux voisins. Je ne sais pas non plus ce que l'on fait, chez nous, des ces boues toxiques sorties de nos usines d'aluminium (ce serait une bonne idée que les industriels nous en parlent, tiens)...

Mais je vois effaré ce serpent rouge, qui se fond et se dissout dans sa course, traverser villes et villages, pénétrer dans les interstices de la terre nourricière, approcher, malgré les digues de plâtre qu'en toute hâte on lui oppose, du Danube, menacer Budapest et tout le cours du plus grand fleuve transnational européen. Et peut-être mettre en péril l'un des plus beaux écosystèmes qui soit : celui du Delta de la Mer noire, en Roumanie.

Le cauchemar sera peut-êre évité. Les experts, que l'on sort toujours inopinément du chapeau dans ces cas-là, les mêmes sans doute qui prétendaient que l'entonnoir apposé sur le puits de pétrole de BP au large de la Louisiane avait suffi à endiguer la fuite, affirment que le Danube sera épargné. D'ailleurs, ils s'en occupent. On peut être rassuré !...

Il faut le souhaiter. Mais oui Francis, j'ai un peu mal à mon rêve, aujourd'hui.