Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 décembre 2009

de la blogosphère et de la liberté

argent-ordinateur.jpg

Il y a parfois, dans la lassitude de la blogomanie, dans les frustrations des reflets déformants, dans la peur de te perdre, à force, une envie de laisser filer son fiel. Je venais donc tout juste de lire cette contribution - cassante mais pensée - de mon amie Céleste, et les non moins intéressants commentaires, vaillants, polémiques, libres auxquels elle donnait lieu, quand je reçus ce mail. C'était aujourd'hui à 14h 55 :

"Bonjour,

C'est Adrien de Wikio et je me permets de vous contacter pour vous annoncer une grande nouvelle : nous fusionnons avec Ebuzzing !

Depuis notre ouverture en 2006, notre boulot est de faire connaître et apprécier les blogs pour le plus large public... C'est la raison pour laquelle nous publions nos classements thématiques chaque mois ou que nous développons des widgets et autres boutons de partage. En novembre, ce sont plus de 20 millions de visiteurs que nous avons renvoyé vers les blogs.

De son côté, Ebuzzing, lancé en 2007, a toujours cherché à être le meilleur ami commercial des blogueurs. Il s'agit d'une plateforme de mise en relation entre blogueurs et marques et probablement l'une des solutions de monétisation des blogs les plus rémunératrices. Vous pouvez découvrir ce service en suivant ce lien si vous ne le connaissez pas encore et leur blog pour des exemples de campagne.

Nous allons désormais mettre nos forces en commun pour être, encore et toujours, à votre service.

Plus d'info sur notre blog.

Adrien Plat
Directeur Marketing
www.wikio.fr
"

Et d'un coup, cette phrase de Céleste, lue la veille, prenait corps : "Internet est menacé, torpillé de l’intérieur par les blogueurs qui rentabilisent leurs productions, soit en monnaie sonnante et trébuchante par le biais de la publicité ou par la publication de leurs écrits par les sites appartenant aux grands médias, soit par la gratification de leurs égos affamés de reconnaissance."

Personnellement, je ne suis pas de ceux qui crachent dans la soupe de la blogosphère, car même si des contenus racistes me révulsent, si parfois des tonalités puériles m'irritent, si des regroupements m'intriguent, si des dérives commerciales ou publicitaires me révoltent, si les jeux inter-liens m'agacent - peut-être surtout parce que je ne suis pas capable de tenir la distance - je considère que cet outil, tel que j'ai choisi de le pratiquer, m'ouvre à de nouveaux plaisirs : celui de l'écriture, et celui du partage des valeurs. Il m'ouvre à de nouveaux amis, délicats, sensibles, brillants, simples, généreux, quand bien même se glisseraient-ils parfois dans certaines de ces ornières. Au féminin comme au masculin. Avec lui, je dépasse aussi nombre de mes inhibitions, et la mise à nu que je pratique avec toi chaque jour m'est une précieuse compagne.

Libre, libertaire et libertin, sachons défendre ensemble l'espace internet et une certaine éthique de la blogosphère, qu'il ne lui arrive pas ce qui arriva aux radios libre dans les années 80 !

15 novembre 2008

parfois, il faut peu de choses...

1961976039_small_1.jpg

Mon trois-millième commentaire.

Putain, je l'aurai attendu celui-là : 48 heures de blanc total, le compteur bloqué sur 2999. J'ai failli jeter l'éponge et écraser mon blog (non, c'est pour rire !...) Au total, je suis content que ça tombe sur Céleste, j'adore le regard engagé qu'elle porte sur le monde, sur les gens, sur les femmes, sur son pays d'adoption et sur tout le reste. C'était pour mon dernier billet, l'épicière de Vauvenargues.

Merci la belle.

"Quelle histoire!

De quoi être traumatisé. En te lisant j'ai pensé à Pauline Laffont, qui n'est jamais rentrée d'une promenade en montagne.

Rien à voir, ou presque, mais c'était quand même une drôle de bagnole l' AMI 6, toute anguleuse et pointue.

L'autre jour à Bologne j'ai vu une vieille 4L, j'étais toute émue...parfois il faut peu de choses.
.."

Moi aussi, je suis très Renault. Une histoire de famille, parait que c'était la marque "de gauche".