Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 décembre 2007

C'est comment, le bonheur ?

625cb9225afba772a4763e10afc88b89.jpg

C'est comment, le bonheur ?

publiée le 11 décembre 2007 sur le blog de Manu Causse - Plisson

____________________

Redescendant du terrain de chasse de mes ancêtre, une vis de 6x50 et quelques échardes plantées dans les mains, je me disais in gepetto les choses suivantes :

"Putin, Causse-Plisson (vu que c'est comme ça que tu signes, maintenant), t'es vraiment con ou bien ? Le bonheur est là, devant toi ; il pourrait te gifler tant il est proche. Et toi, tout ce que tu sais faire, c'est te torturailler pour savoir si, pour te demander comment, pour l'éviter comme un GI sous la mitraille viet...

Regarde, crétin : tu viens d'une famille qui sait ce qu'aimer veut dire, tu vis auprès d'une femme exceptionnelle, d'enfants qui sont les graines de plantes uniques, entouré de copains aussi doués pour la vie que pour l'art ou le rugby... et toi, toi, tu pignes (terme angevin obligeamment prêté par Princesse) et tu roumègues (oc ben) comme un mécontent dans une comédie du XVIIe. Le genre torturé, quoi, façon Gentilhomme de Venise ou Hamlet.

Tu cours après des choses dont tu ignores ce qu'elles t'apporteront - quoi, d'ailleurs ? L'argent, la gloire, la LLLittérature ? Quoi d'aurte, la sérénité ? Ou juste donner à tes fils l'exemple du bonheur, pour qu'ils soient heureux à leur tour ?

Remarque, pour les deux derniers, je peux te comprendre (d'autant plus que c'est moi qui parle). Ceci dit, encore une fois, tout ça semble à ta portée (et à celle de tout le monde). Mais te voilà tout geigneux pour un rien, et ça, biloute, ça m'agace."

Je m'interrompis pour me faire remarquer que, question râles et geignardises, je m'étais nettement calmé (quoique de regrettables accès soient parfois visibles sur ce blog, non ?). Et que savoir qu'on est sur la piste n'empêche pas, parfois, de se demander si on n'est pas perdu.

"- Perdu ?, repris-je, mais qui te parle de te perdre ? D'abord, même si tu voulais, tu ne pourrais pas. Partir dans toutes les directions, explorer les choses qui ne se font pas ou ne se disent pas, c'est ça qui te fait peur ; mais au fond tu sais parfaitement que tu ne peux que t'y trouver, pas t'y perdre. Ou alors que c'est la même chose."

Je m'arrêtai un instant sur le bas-côté pour regarder passer les camions de grumes et fumer une cigarette rescapée de la poche de mon manteau. J'avais envie de faire taire quelques instants cette voix gourouïque (ou gourienne ?).

L'air était vif comme des restes de neige entre les graviers ; une cascade chahutait son chemin vers Garonne. J'étais sorti des Premières Gorges, mais il m'en restait quelques-unes à franchir (danger, chutes de pierres). J'étais un petit bonhomme vu de loin, avec son bonnet sur la tête et sa barbe de trois semaines, près de sa voiture, quelque part dans les contreforts des montagnes.

Et rien de tout ça n'avait la moindre importance.

La cigarette fumée (j'étais abstinent depuis la veille, elle avait un goût de joyeuse nausée), je remontai dans la voiture, fermement décidé à faire et dire ce que j'ai toujours cru ne pas pouvoir oser. au cas où ça serait ça, le bonheur.

Sujet de bac : Peut-t-on oser être heureux ? Seul, contre, ou avec les autres ?

Commentez et développez cette citation de Michel Audiard : "Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu'on les reconnaît".

04:00 Publié dans mes amis blogueurs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bonheur