Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 septembre 2009

ma bise à Marie-Jo

h-20-1208213-1213464271.jpg

J'ai fait la bise à Marie-José Pérec.

C'était hier après-midi, au stade Charletty. En marge du Décanation d'athlétisme où la France a terminé troisième, où Romain Mesnil nous a renouvelé le coup de la deuxième place avec un saut à 5m 60 - mais pas celui de la traversée de Paris tout nu -, où Salim Sdiri l'a imité en franchissant trois fois les 8 mètres en longueur. Elle était venue apporter son parrainage à un relais mixte, quatre fois cents mètres, filles et garçons mêlés pour dire l'importance qu'il y a à soutenir le sport féminin.

Elle était telle qu'à la télé, grande et belle, le sourire embarrassé, comme heureuse de retrouver une place dans la famille de l'athétisme. Je me suis approché, étais entouré de personnalités, lui ai demandé si je pouvais l'embrasser, elle ne semblait plus trop savoir si elle me connaissait ou non, et a romain-mesnil-1_diaporama.jpgpréféré feindre l'évidence. Je n'aurais pas eu la même audace avec Romain Mesnil. Hélas ! Quoi que : ça m'en a rappelé un autre, de bisou.

C'est dur quand on est femme de pratiquer un sport. Chez nous c'est simplement dévalorisé, l'accès aux équipements se fait toujours en seconde priorité, après les hommes, les retransmissions télé c'est à condition d'accéder aux finales, et encore : nos handballeuses de la sélection nationale ont fait long feu... Quant aux responsabilités dans le milieu sportif, elles y accèdent quand ces messieurs le veulent bien. Mais bon, on peut encore être femme et pratiquer un sport.

Il y a d'autres pays où ces barrières paraissent anecdotiques tant les leur y sont hautes à franchir. Et les perches dures à trouver. Il y avait encore huit pays sans femmes, aux Jeux de Pékin. Et cela traduit surtout le fait que - au-delà du symbole - les pouvoirs publics ne consacrent aucun moyen pour promouvoir la pratique du sport parmi les femmes.

Dans un message, Rama Yade, nouvelle Secrétaire d'Etat aux sports, déclarait vouloir hisser cette question au niveau où Marie-George Buffet l'avait mise en son temps. Je veux bien la croire mais en aura-t-elle les moyens ? Et sera-t-elle prête à bousculer le mouvement sportif et ses notables installés pour ça ?

01 septembre 2008

en septembre, à tous les charmes laisse-toi prendre...

 

septembre2008.jpg

Le décathlon tient une place à part. Il dépasse les autres disciplines de l'athlétisme parce qu'il les rassemble toutes. Héritier des travaux d'Hercule, il se déroule pourtant dans l'indifférence générale d'un stade tendu vers les seules stars du moment, et des médias qui ne savent traiter que du brillant et de l'éphémère.  On ne brille pas au décathlon comme sur une finale du 100m. On souffre simplement. Le javelot lancé, il faut se reconcentrer sur le saut en hauteur. Tu dois non seulement être complet, mais solide, te remobiliser, ne jamais exulter, ne jamais t'abattre, deux jours durant tenir tête, d'abord à toi même. Et ce n'est jamais le rêve de gloire qui peut te porter, mais juste des défis que tu te donnes parce que tu as quelque chose à te prouver. Rien d'étonnant à ce qu'il faille des Romains couillus pour y porter le fer...

6a00d83451d8ee69e200e55087f8768834-800wi.jpg

Romain Barras est le talentueux représentant français dans cette épreuve antique. Il a fini à la cinquième place à Pékin, battant neuf records personnels sur dix épreuves, alors qu'il n'osait même pas former le rêve de se retrouver dans les 8 ou 12 premiers.

Donc puisqu'il s'est gentiment proposé de se mettre à nu pour nous ouvrir le mois de septembre, répondant à l'initiative des étudiants contre le Sida, ç'aurait été dommage de ne pas lui rendre la monnaie de sa pièce.

Tu pourras découvrir ici une photo choisie au hasard parmi celles de son site, et là l'interview qu'il donna au site gay à cause des garçons, où il se dit heureux de se voir flatté par les sites gays, où il raconte aussi comment il s'est débattu en vain, au risque de se détruire, dans un terrible chagrin d'amour, il y a deux ans de cela, allant jusqu'à lancer un appel désespéré en live à la télé, depuis le stade, au cours des championnats d'Europe d'athlétisme...

Bravo l'athlète !