Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 mars 2009

la preuve

300px-ANTAR-Document-4A.jpg

La couleur des yeux n'est pas la preuve de l'acuité du regard

ni de la beauté de l'image

qui s'imprime dans l'imaginaire.

Quant au teint, sa couleur n'est pas l'indice de la générosité du coeur

ni de l'étroitesse d'esprit.

La difficulté réside ici

A ce que le coeur qui entre les côtes palpite n'est pas visible à l'oeil nu

et que les larmes versées

ne sont pas forcément la preuve d'un homme raffiné


Le problème est en vérité que le fils d'Adam

n'existe que par ses faits

et que la couleur du teint et la couleur de l'oeil

ne sont d'aucune chose une preuve ou une indication.


Antara Ibn Chaddad, poète arabe pré-Islamique, chevalier et esclave (525 ? - 615)

Je retrouvais l'autre jour une amie qui travaille à l'Institut du Monde arabe, et découvrais dans son bureau un recueil, Chansons de geste arabes, d'où ce poème est extrait. Et je me suis souvenu avoir longtemps été fasciné par la poésie arabe...