Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 janvier 2013

"aucune différence ne doit servir de prétexte à des discriminations d'Etat"

Olivier, lecteur-veilleur de ce blog, m'a permis de découvrir en léger différé le discours de Christiane Taubira à l'Assemblée Nationale, hier. La ministre y a sobrement donné une belle leçon d'histoire et de dignité. Et Olivier d'ajouter :"C'est ce qui s'appelle poser le débat, ça fait du bien, ça change des invectives"

Je ne résiste pas au plaisir de partager ces 28 minutes de grande clarté. Chapeau!

 


27 janvier 2013

redevenir l'entier de soi même

Mannequin-Half-Body-.jpg

J'ai reçu vendredi un courrier du service des permis de conduire. Après six mois à carreau, un point perdu en mai vient de m'être restitué. Outre ce mouvement, presque anecdotique, le courrier contenait une information importante : mon permis compte actuellement six point sur douze. Un demi-permis, voilà ce dont je suis titulaire !

Les trois premiers points, je les ai perdus il y a dix ans, aux premières heures des radars automatiques et des radars volants. Pris à 56 km/h, comptés 51, un soir en sortant du travail sur une quatre voies limitée à 50. A l'époque, la notion de "petit dépassement" n'existait pas. On perdait trois points illico, et il fallait demeurer sans récidive pendant trois ans pour les retrouver. Depuis, la même infraction ne vaut plus qu'un point, et la prescription sur la récidive est passée à six mois. Mais ce nouveau tarif ne s'applique pas aux points perdus alors, selon le principe de la non-rétroactivité de la loi. Les autres trois points, je les ai perdus un ou deux ans plus tard, une histoire de téléphone portable que je tenais en main. Trois ans de rédemption également.

Depuis cette date, cela fait donc huit ans, je perds chaque année 1 point, que je récupère l'année d'après - ou le semestre d'après désormais - mais je ne parviens pas à aller au bout de mes trois ans sans violation. Le maximum que j'ai tenu, c'est dix-huit mois...

J'ai compté l'autre jour que je passais chaque jour devant 6 radars routiers. Sans compter les occasionnels ou ceux qui sont sur la route de mes week-ends ou de mes vacances. Ça m'en fait 2.000 par an environ. Et sur 2.000, j'ai donc en moyenne 1 faute d'inattention dans l'année. 1 fois sur 2.000. Je suis à 99,95 % de respect des limitations de vitesse. J'ajoute que je ne dois ce résultat qu'au fait qu'à l'aide de mon régulateur de vitesse, je respecte les vitesses non pas dans les zones de radars, mais bien partout, partout et partout. Sauf une fois, une maudite fois en moyenne chaque année, de 1 ou 2 km/h seulement, mais qui m'oblige à demeurer amputé d'un demi-permis. Avec la moitié d'une autorisation à conduire ma Mégane, je suis ainsi à deux doigts de bourdes plus graves, qui me priveraient du tout.

La peur est mère de toutes les soumissions. C'est bien comme ça qu'ils nous obligent à accepter de n'être que la moitié de nous-même.

Renault fait pareil avec ses salariés, tiens ! Un "contrat de productivité" qu'ils l'appellent, où l'on renonce à ses congés, à ses primes, à ses RTT, où l'on accepte de travailler plus pour gagner moins, en échange d'un hypothétique plan de maintien des sites industriels... Un chantage odieux, qui coupe les congés en deux, ampute la vie de ce qu'elle a de plus beau, les temps partagés en famille. La peur comme moyen de voler la moitié des vies tout en sauvant les dividendes. L'accord "tout bénef pour le médef", arraché à une poignée de syndicats de poules mouillées, va généraliser ce système, abattre les protections qu'apportent la loi et les conventions collectives en donnant la primeur à des accords obtenus sous le chantage par branches ou par entreprises.
 
Être la moitié de soi-même, ce doit devenir la règle. Il en est là, notre monde, elle en est là, la France-de-maintenant-et-du-changement, notre civilisation : des vies amputées de moitié.

md1.libe.com.jpgJe sais bien pourquoi j'y étais, même dans le froid, à la manif pour le mariage pour tous. Les mêmes droits, ça ne fait pas bien lourd quand les droits rabougrissent. Mais même dans le monde injuste et impitoyable où l'on est, être égaux, c'est au moins nous permettre de nous regarder dans une glace en entier, sans avoir à en soustraire une moitié ombrageuse, par honte, peur ou simple confort. Ça en évitera peut-être à beaucoup, encore jeunes, d'avoir à s'enfoncer dans des vies en impasse, où leur moitié d'authenticité demeurera cachée et menaçante.

Voilà. Un peu laborieuse, ma complainte ! Mais il faut me pardonner : je suis rentré de la manif à moitié grippé...

15 janvier 2013

MPT, PMA, MGB et autres bons enfants

manif pour tous.jpg

Le pire, c'est ça. Ces bons enfants, là. Sourire, famille, décontraction. Juste la vie ordinaire. Juste la vie rêvée. C'est ça le pire. Ils auraient eu des figures hirsutes, ils auraient eu les oripeaux de la bondieuserie ratatinée, le faciès fascisant, au moins, on aurait su qu'ils ne nous aimaient pas. Même pas mal, en prime : on le savait déjà ! Mais non, ils étaient là, avec des ballons bleus, des pancartes roses, des mouflets sur les épaules. Ça dansait la carmagnole, c'était joyeux. Et du coup, c'était violent. Affreusement violent. Ils ne s'en rendaient pas compte, ivres de la foule qu'ils étaient, mais du coup, c'était quasi-criminel. Ils nous aiment bien, hein. Mais juste à notre place. Juste pas avec les même droits. Juste parce qu'on menacerait la famille, l'équilibre de la société, voire la paix mondiale. Mais ils nous aiment bien. Ils sont même prêts à nous laisser le PACS, tiens, tout exprès, même s'ils ont oublié qu'ils n'avaient pas voulu en entendre parler il y a quinze ans. Ils nous aiment à notre place. En souffrance, même. C'est bon pour la compassion, la souffrance !

Un enfant, c'est un père, et une mère, voilà. Le maximum filial comme minimum vital. En dehors de ça, on ne sait pas, prions pour eux.

Pourtant, j'attends encore les statistiques : les statistiques des salauds, par exemple. Les fils de putes : combien sont donc fils de pédés, ou de lesbiennes, les fils de pute ? Les Staline, les Hitler, les Mussolini, les Polpot ? Allez ! Dans ces quatre-là, juste ces quatre, a-t-on un seul fils de pédé ? Élargissons la liste alors : Prenons les Ben Laden, les Georges Ibrahim Abdallah, prenons les Khadafi, Kim Jung Il et autre Pinochet. Prenons les tueurs en série, tiens, ces jeunes fous venus tirer à bout portant dans les écoles elephant-splash1.jpgaméricaines pour les mémorables carnages de ces dernières années... prenons les tous, tous, et voyons voir : combien de fils de pédés, combien de fils de gouines ? On a les statistiques ? Non, rien ? Dommage !

Alors partons sur autre chose. Si les homos, ça ne fabrique pas des criminels, il doit bien y avoir autre chose, une autre raison de s'y opposer, à ce foutu mariage gay, non ? Ça fait des malheureux et des malheureuses, c'est ça. Des paumés peut-être. Des asociaux. Ou des homosexuels encore... Ça fait des dépressifs. Des anorexiques. Des suicidés... Ah, là on a des chiffres ? Comment non, rien ? Rien de rien ? Ah si, 59 études ont été menées en Amérique ces dernières années. Leurs résultats ont été compulsés, et ils sont édifiants. Même taux de normalité, même taux de difficultés. Un peu moins d'homosexuels chez les fils et filles d'homo. Un peu moins de mariage aussi à l'âge adulte, mais un peu plus de vie en couple. Un peu moins de suicides aussi... Bien sûr, les lobbys catho ont financé les contre-expertises qui s'imposaient, la technique des marchands de doutes est bien connue : l'homo-scepticisme, après le climat-scepticisme. La ficelle est bonne pour tous les sujets, suffit d'y mettre le prix, et le référencement sur Internet ! Mais les fais sont têtus, et eux, ils n'ont pas de prix, même s'ils n'ont pas de réseau !

Alors le suicide, parlons-en ! Ils y pensaient, ces bons-enfants du tout-Paris, au suicide, quand ils étaient dans la rue ? Ils y pensaient à tous ces mômes, qui traversent dans la souffrance la découverte de leur homosexualité, qui se sentent hors du monde parce que leur monde les rejette, le monde en rose et bleu, le monde des bons-enfants ? Le monde qui ne leur veut pas de mal, hein, qui est même prêt à les tolérer, pourvu qu'on reconnaisse bien qu'ils ne sont pas pareil, qu'ils n'ont pas droit à la famille, peut-être même pas à l'amour ?

Ils y pensaient à l'envie de mort qui les taraude, ces jeunes, tant ils n'ont ni la force ni l'envie de se révolter contre tant de gentillesse, tant compte l'amour des leurs et tant ils ont peur de le perdre qu'ils ne voient pas d'autre issue que celle de disparaître sans laisser de trace au milieu de la joyeuse carmagnole ?

Un jour de printemps des années quatre-vingt, au milieu d'une joyeuse fête dominicale dans le patio de notre maison, au milieu d'une franche rigolade j'ai entendu mon père lancer à la cantonade "le jour où je te vois une boucle à l'oreille, je te déshérite, mon fils !" C'était une boutade. Si loin de sa pensée, de son amour et de sa tolérance. C'était les années quatre-vingt. C'était une bouffe entre quarantenaires avancés. Un peu de vin et beaucoup de rires. Ce jour-là, personne n'a rien vu, peut-être même pas moi, mais j'en ai pris pour dix ans. Dix ans à ne pas imaginer possible un coming out. Dix ans à espérer la mort comme une délivrance. L'ambiance avait été bon enfant. Sur le moment, le coup ne m'avait pas fait mal. Les ballons auraient pu être bleus et roses, il y avait du monde et des rires. C'était juste ça, le pire, que mon père ne m'offre rien contre quoi me révolter. J'étais lâche et il ne me restait que le ravalement. De salive, et de façade.

Moi, je m'en suis sorti, mais je n'arrête pas de penser à ceux qui ont le courage d'aller au bout de leur désespoir. Leur seule arme contre les bons enfants. Et la seule statistique qui justifie qu'on aille au bout de l'égalité des droits.

Allez, le 27, on reprend notre revanche. Pas dupe de l'opération diversion que cela représente pour Hollandréou et son gouvernement à l'heure de toutes les capitulations sociales. Les socialistes ont renoncé à inscrire la procréation médicalement assistée dans la loi, alors qu'elle se pratique légalement en France depuis trente ans - histoire sans doute qu'on continue un peu à culpabiliser, quand même. Normaux, oui, mais pas tout à fait tout à fait...

Je suis content que ce soit Marie-George Buffet qui tienne bon sur ce coup-là, j'espère qu'il y aura du monde à gauche pour soutenir son amendement en faveur de la PMA...

06 janvier 2013

Verdi vs Wagner

Wagner-contro-Verdi-quando-la-sfida-e-retorica_h_partb.jpg

Tout balance.

D'un côté à l'autre, comme un métronome.
 
Du meilleur au pire, du pire au meilleur.

Un coup à droite, un coup à gauche, un bras après l'autre. Pousser, battre des pieds, glisser, avancer coûte que coûte, que l'eau soit douce ou saumâtre. En 2012, j'ai nagé 220 km.

Se révolter contre la bêtise, mais pas se braquer. Ne pas renoncer, mais ne pas se perdre, ni s'isoler. L'équation est complexe.

Verdi et Wagner sont célébrés ensemble pour leurs bicentenaires, et les programmateurs ont hésité entre ces deux jubilés, ont pris parti ou se sont pliés aux règles du partage.

L'un est léger, l'autre ténébreux. L'un évoque l'histoire humaine, l'autre s'ancre dans ses mythologies. L'un est dans son époque, l'autre jette les prémices de la nouvelle. Populaire, l'un a essaimé toutes les places lyriques du monde et des siècles, et aussi la variété contemporaine, quand l'autre s'est sacralisé, sanctuarisé, souffrant qu'on entrât dans son œuvre comme en religion. L'un a accompagné Lady Di vers sa dernière demeure, quand l'autre lançait dans une flamboyante esthétique le sublime assaut héliporté des troupes américaines contre le peuple vietnamien.
 
L'un vient d'être joué à Rome, sous la baguette de Riccardo Muti, en résistance à Sylvio Berlusconi. Nabucco-5.jpgL'autre était adoré d'Adolphe Hitler. Ainsi, bien longtemps après la mort des créateurs, les sociétés assignent-elles des messages et des fonctions à des patrimoines qui pourtant transcendent toutes les valeurs auxquelles on veut les rattacher. Le balancier s'en va de l'un à l'autre, puis revient, sans décider ce qui est le pire ni où est le meilleur. L'Opéra de Paris fera la part belle cette saison à l'Anneau du Nibelung, pour rentabiliser les nouvelles productions des deux saisons précédentes. Gageons qu'au début de la prochaine, c'est Verdi qui sera porté au pinacle, et que nous aurons droit aussi à un magistral chœur des esclaves de Nabucco. Pour exorciser nos périls.

38741656.jpgLe tournant de cette année est aussi celui des trente ans de la disparition d'Aragon, et des quarante de celle de Picasso, deux créateurs de génie et d'engagement, ancrés dans un vingtième siècle tourmenté qui ne laissait que peu transparaître ce qu'il adviendrait du vingt et unième. Gageons qu'ils en ont vu suffisamment pour ne pas avoir à se retourner aujourd'hui dans leurs tombes.

Le vingtième avait été le siècle des barbaries. La sacro-sainte civilisation occidentale et son héritage judéo-chrétien, dont beaucoup voudraient qu'on reconnaisse une supériorité à ses vertus, ont produit la pire d'entre elles. On a cru longtemps que la Shoah nous préservait pour toujours des ténèbres, l'Europe unie des rivalités imbéciles, mais au vingt et unième, la haine se répand. La quête du pouvoir ne connaît pas l'éthique. La compétition est la règle commune et tire notre époque dans l'abîme. Sans que l'on apocalypse-now_01.jpgsache si face à l’inouïe violence des espoirs déçus et des promesses trahies, le balancier s'arrêtera sur la case révolution citoyenne ou sur celle de la contre-révolution conservatrice. La roulette est lancée, l'on trépigne autour du tapis vert où l'attrait du gain seul compte.

Nous n'aurons pas d'élection, en 2013. Et pourtant, une partie serrée se joue. L'austérité et la crise tiennent la corde, se légitimant l'une l'autre. Plus qu'un simple mauvais moment à passer, ou un tunnel à traverser, la crise donne l'impression, surtout, d'être un moyen pour les possédants de restructurer en profondeur la société française. Le fameux "modèle social européen" dont ils se gargarisent, est devenu incompatible avec l'objectif obsessionnel de la compétitivité. Je crains qu'on soit loin de percevoir les tréfonds de la régression sociale qu'ils nous promettent. Et il ne suffira pas de jouer la différence avec la droite en laissant traîner en longueur le débat sur le mariage homosexuel comme un hochet, pour nous distraire et dissimuler Machiavel.

20 milliards pour les patrons, 3 centimes pour les smicards. Tout balance et la gauche se perd.

Les 40 plus grandes fortunes du monde ont vu leur patrimoine augmenter de 241 milliards de dollars en 2012. A eux quarante, ils possèdent 1.900 milliards de dollars. Mais chut, faut pas y toucher, ça pourrait les faire fuir. Tandis que les taudis fleurissent le long du périphérique, sur les délaissés urbains, dans les interstices des échangeurs autoroutiers.

Tel le choeur des esclaves, le vent de la révolte finira peut-être par nous atteindre ? Tiens, un étonnant 3424555.jpgsondage, sur les personnalités préférées des Français, à Noël, plaçait Mélenchon ex aequo avec Hollande. Mélenchon, Hollande, Mélenchon, Hollande... J'espère que cette autre voix à gauche, celle qui a su se rassembler pour se constituer en front de gauche, ne va pas se perdre, pas se dissoudre, pas laisser le champ libre de la contestation à la seule illusion nationaliste.
 
Un coup à droite, un coup à gauche, un bras après l'autre. Pousser, battre des pieds, glisser, avancer coûte que coûte, que l'eau soit douce ou saumâtre. Qui sait où s'arrêtera la balancier ? Et si, à l'heure de la douche, un belâtre n'aura pas plaisir à se laisser caresser du regard ou de la peau ? Pousser encore !

02 décembre 2012

soleil rouge contre l'homophobie

guillaume coppola,hervé billaut,anne-marguerite werster

En période de regain d'homophobie, on peut dire que le Rainbow Symphony Orchestra a eu du nez pour clore la saison de ses dix ans : organiser un concert en partenariat avec l'UNESCO sous le signe de la lutte contre l'homophobie en milieu scolaire. La soirée avait tout pour faire événement, à commencer par une actualité chaude. Et glauque. Pari réussi puisque la salle était comble hier soir, et qu'il fallait faire la queue presque une heure pour accéder aux portillons de sécurité.

Pour l'occasion, outre le prestige du lieu - le palais des conférences de l'UNESCO à Paris - l'orchestre a sorti le grand jeu. D'abord un répertoire ardu, sensible, tout entier emprunté à la musique française du XXème siècle, avec Debussy, Poulenc et Duruflé. Ensuite, le recours à de talentueux solistes, les deux jeunes pianistes virtuoses Guillaume Coppola et Hervé Billaut, et surtout la soprano Anne-Marguerite Werster qui, vétue d'une magnifique robe - créée, nous dit-elle, pour les 80 ans de Rostropovich -, illuminait la soirée de son timbre et de son sourire.

Quelques interventions protocolaires en ouverture rappelaient que l'homophobie en milieu scolaire, version latente ou violente, était source d'échec, de déscolarisation, et parfois de suicide chez les jeunes. La dynamique association SOS-homophobie rendait compte d'actions préventives menées en collège et en lycée, et montrait comment et pourquoi il fallait savoir apporter des réponses simples, ouvertes, et tolérantes aux questions que se posent les enfants sur le sujet.

J'ai beaucoup apprécié le discours de Jean-Christophe, oboiste et président du RSO : en peu de mots, et avec l'humilité qui le caractérise, il a rappelé le sens des valeurs que porte l'orchestre et salué ceux qui ont fait ses dix ans d'histoire. C'était généreux.

Puis est venu le tour de la musique. L'animateur Alex Taylor aux commandes, la préséance guillaume coppola,hervé billaut,anne-marguerite werstersymphonique fut quelque peu malmenée, mais on n'y perdait pas en fraîcheur. Déjà en place pendant la demi-heure de discours, l'orchestre se trouvait encore engourdi au moment du Prélude à l'après-midi d'un Faune. La flûte y tirait malgré tout son épingle du jeu, tandis que les cuivres demeuraient embrumés. J'ai un peu serré les dents, mais l'ensemble était convenable. Après la mise en bouche, le Concerto pour deux pianos de Poulenc permettait à l'orchestre de se déparer de ses résidus amateurs. Porté par la virtuosité de Guillaume et Hervé, il s'ennoblissait, tantôt nerveux, tantôt fragile, servant les pianos avec une belle maturité. Ma copine Fiso, que Debussy avait eu peine à effleurer, s'enthousiasmait des rythmes espiègles et de la palette colorée de Poulenc. Guillaume Coppola, sur le papier le meilleur des deux pianistes, m'a paru un peu tétanisé par le lieu, plein à craquer - peut-être 1500 personnes, dans la salle ? Je l'ai senti bridé, plus qu'aux répétitions - un détail -, tandis qu'Hervé Billaut se livrait, plus relâché, avec fluidité.

Avant l'entracte, la soprano fit une première apparition avec l'invocation de Debussy. Une touche poétique prometteuse, avec pour écrin le sombre chœur des hommes des merveilleux Mélo'Men.

J'ai eu la chance, sur plusieurs mois, de suivre par bribes les répétition de l'orchestre avec les deux chœurs qui l'accompagnaient hier soir, depuis les premiers déchiffrages où l'on croit que rien ne sera possible, jusqu'à l'assemblage final, en passant par les efforts minutieux et inlassables de John Dawkin. Le patient chef anglais des 160 choristes et musiciens, a payé de sa personne, comme à l'accoutumée, pour affiner un détail, rectifier une posture, corriger une note, préciser une nuance, améliorer une élocution, et ainsi, pièce par pièce, former le puzzle. Moi qui ai suivi, donc, sur plusieurs mois ces sentiers escarpés, où l'on s'écorche les oreilles plus sûrement que les genoux, j'étais fébrile et impatient d'accéder au résultat pour ce concert unique. L'entracte me laissait rasséréné. L'assistance, comme les musiciens et les chanteurs, y étaient en joie. Facebook relatait déjà le triomphe de mille photos envoyées en temps réel. Le champagne coulait à flot. Les femmes du chœur Romantica de Torcy piaffaient de n'être pas encore montées sur scène.

Il leur faudrait attendre encore. Par la Danse lente de Duruflé - une délicate découverte, pour moi - l'orchestre assurait seul la reprise, avant le moment phare : le Gloria de Poulenc, avec les deux chœurs et la soprano. Et là. Et là... Sublime ! Les lumières et les partitions des chanteurs retraçaient en fond de scène les couleurs de l'arc-en-ciel, symbole de l'orchestre et des revendications LGBT. L'orchestre donnait tout de sa maîtrise, les chœurs étaient précis, fondus sans se perdre, suivant John de la baguette et de la lèvre. L'acoustique était sèche mais pas trop, l'on discernait ainsi chaque instrument, chaque voix. Jusqu'à ce que, au milieu du deuxième mouvement, Anne-Marguerite Werster se lève et hisse, toute drapée de rouge, un immense soleil au dessus de l'orchestre. Cette touche sublime, venue de l’œuvre comme du talent de la soprano, délicate, précise, puissante, professionnelle, finissait de consacrer le RSO. Lequel, avec les chœurs, s'appliquait à lui renvoyer une perfection jamais atteinte lors des répétitions : on avait oublié avoir passé la soirée entre amateurs, on avait juste participé, pour une bonne cause, à une grande soirée musicale. La maîtrise artistique, l'affluence du public et l'émotion étaient au rendez-vous. Quoi attendre de plus ?

Si j'en crois un violoncelliste que je connais bien, les musiciens vont avoir un petit baby-blues à traverser. Mais il y a encore plein de projets dans les valises, et peut-être des suites aux collaborations inaugurées hier. Pas diva, Anne-Margueritte ne cachait en tout cas pas son envie de repartir pour un tour...

26 novembre 2012

Notre-Dame du Colon

 notre-dame-des-landes_440x260.jpg

18h. La purge est commencée. Coloscopie demain. Je m'avale une infâme potion salée. Il faut préparer le terrain, ils disent. Depuis trois jours, je suis à un régime dit "sans résidus" dont je crois n'avoir pas tout compris. Enfin, on verra bien ce qu'en dit l'imagerie demain. Pour l'instant, verre après verre, j'ai trois litres à me descendre d'ici 21h. Puis encore un litre dans la nuit. De quoi te dégoûter de te faire rentrer des trucs dans le cul. Je passe à la casserole à 8h.

Je profite d'être cloué à la maison pour faire un petit retour vers toi. Bon, pas très ragoutant, j'en conviens. Mais au regard de ce que nous livre l'actualité, hein !... Tiens, je me suis fait un petit atlas géo-organique des dernières news qui me sont restées en travers du trou de balle ces derniers jours, histoire de me faire pardonner une bien grande paresse... et de parler d'autre chose que de l'UMP.

Commençons par la liberté de conscience. Celle-là, je l'ai adorée ! Ça a à peu près la même noblesse que la Liberté de penser de Florent Pagny : les homos, d'après Hollande, tu les maries, mais si tu veux, comme l'autre avec ses impôts : il les paie... si il veut. A peu près aussi républicain qu'une betterave à sucre ! On pourrait aussi décider qu'on pourrait être raciste... si on veut, non ? Ou d'aller travailler... quand on veut. De mettre un ticket de métro... si on veut. Et vive la liberté de conscience !

Y'a aussi l'aéroport Notre-Dame des Landes. Personne n'en veut, surtout pas ceux qui vivent à côté, les paysans qui cultivent sa terre, les riverains, qui préfèrent y chercher des champignons : mais le progrès, c'est le progrès, ça fait mal aux oreilles, ça nique les zones humides, ça brûle 500 litres de kérosène aux cents et c'est bon pour le business, alors ! Des Verts dans la rue, sur les tracteurs, dans les commissariats, et leurs chefs à des postes ministériels, évidemment solidaires, embêtés, mais solidaires, au nom de la muselière d'or décrochée un jour de mai, sans doute.

19h30. Bon, je suis à bout des premiers litres. Infects ! Avec de l'aspartam parfumé, ça a l'air à peine plus supportable, on va voir.
 
C'est comme les gaz de schistes. Ne pas en vouloir, ça fait de toi un dé-cli-niste. Dixit Claude Alègre. On a de l'or sous les pieds, il paraît ! Un trésor ! Alors avec tes nappes phréatiques, toi, t'as vraiment l'air d'un rigolo... Le patron de Total est en première ligne, mais toute la presse a embrayé, toujours prompte à se faire avoir (ou se faire acheter ?).

Ah! Puis y'a le parti communiste, pourtant si cher à mon cœur et à mon histoire :  voilà qu'il se fait rattraper par ses démons productivistes, et s'engouffre le premier dans la brèche, empêtré dans  le mythe du progrès techno-scientifique. On finira bien par trouver la technologie "propre", pas vrai ? Pourvu qu'on cherche. Elle sert à ça, la science, non ?!?... Et tant pis si, après le nucléaire, après l'industrie de la neige artificielle, les bétonneurs et les pétroliers investissent nos villes et villages franciliens, achètent la paix autour de leurs puits, arrosent les élus et écrasent les velléités démocratiques. Dommage que la parenthèse Mélenchon soit refermée, j'avais imaginé qu'on pourrait avoir un peu d'écologie dans notre gauche radicale. Faudra repasser les plats.
 
20h. Et là, je commence à me sentir ballonné.

Dans mon top 5, j'ai gardé la meilleure pour la fin : la conférence de l'ONU sur le réchauffement climatique au... Qatar ! Celle-là, dans mes rêves les plus fous je n'aurais pas pu l'imaginer. Mais au nom de la liberté de conscience...

20h45. Ouille, je file, l'évacuation commence !...

 

12 novembre 2012

"le pire, vous vous en occupez déjà très bien"

virginie-despentes.jpg

Parue aujourd'hui sur tetu.com, en réponse à un Lionel Jospin, homophobe sans le dire...

Je signe des deux mains et des deux pieds, de ma tête, de mes couilles, et de tous les poils de mon corps. Bravo, Virginie Despentes :

«Alors, cette semaine, c'est Lionel Jospin qui s'y colle. Il trouve qu'on n'entend pas assez de conneries comme ça, sur le mariage gay, il y va de son solo perso. Tranquille, hein, c'est sans homophobie. Il n'a pas dit qu'on avait le droit de casser du pédé ou de pourrir la vie des bébés gouines au lycée, non, juste, il tenait à signaler: attention, avec le mariage, on pousse mémé dans les orties. «L'humanité est structurée sur le rapport hommes femmes.» Juste, sans homophobie: les gouines et les pédés ne font pas vraiment partie de l'humanité. Ils ne sont pourtant pas stériles - mais comme ils ne vivent pas en couple, ce n'est pas de l'humain pur jus, pas de l'humain-humain comme l'est monsieur Jospin. Ce n'est pas super délicat pour les célibataires et les gens sans enfants, son truc, mais Jospin est comme ça: il a une idée forte de ce qu'est l'humanité, et l'humanité, c'est les femmes et les hommes qui vivent ensemble, copulent et produisent des enfants pour la patrie. C'est dommages pour les femmes, vu que, in fine, cette humanité là, c'est l'histoire de comment elles en ont pris plein la gueule pendant des millénaires, mais c'est l'humanité, que veux tu, on la changera pas. Et il faut bien l'admettre: il y a d'une part la grande humanité, qui peut prétendre aux institutions, et de l'autre, une caste moins noble, moins humaine. Celle qui devrait s'estimer heureuse de ne pas être persécutée, qu'elle ne vienne pas, en plus, réclamer des droits à l'état. Mais c'est dit sans animosité, hein, sans homophobie, juste: l'humanité, certains d'entre nous en font moins partie que d'autre. Proust, Genet, Leduc, Wittig, au hasard: moins humains que des hétéros. Donc selon Lionel Jospin, il faut que je comprenne, et que je n'aille pas mal le prendre: depuis que je ne suce plus de bite, je compte moins. Je ne devrais plus réclamer les mêmes droits. C'est quasiment une question de bon sens.

je n'avais pas encore pensé
à ne plus me définir comme
faisant partie de l'humanité.
Ça va me prendre un moment avant de m'y faire

Mais c'est dit sans homophobie, c'est ça qui est bien. Comme tous les hétéros qui ont quelque chose à dire contre le mariage gay. C'est d'avantage le bon sens que l'homophobie qui les pousse à s'exprimer. Dans ce débat, personne n'est homophobe. Ils sont juste jospin homophobe sans le dire.jpgcontre l'égalité des droits. Et dans la bouche de Jospin on comprend bien: non seulement contre l'égalité des droits entre homos et hétéros, mais aussi contre l'égalité des droits entre femmes et hommes. Parce qu'on est bien d'accord que tant qu'on restera cramponnés à ces catégories là, on ne sera jamais égaux.

Je m'étais déjà dit que je ne me voyais pas «femme» comme le sont les «femmes» qui couchent gratos avec des mecs comme lui, mais jusqu'à cette déclaration, je n'avais pas encore pensé à ne plus me définir comme faisant partie de l'humanité. Ça va me prendre un moment avant de m'y faire. C'est parce que je suis devenue lesbienne trop tard, probablement. Je ne suis pas encore habituée à ce qu'on me remette à ma place toutes les cinq minutes. Ma nouvelle place, celle des tolérés.

Au départ, cette histoire de mariage, j'en avais moitié rien à faire - mais à force de les entendre, tous, sans homophobie, nous rappeler qu'on ne vaut pas ce que vaut un hétéro, ça commence à m'intéresser.

Je ne sais pas ce que Lionel Jospin entend par l'humanité. Il n'y a pas si longtemps, une femme qui tombait enceinte hors mariage était une paria. Si elle tombait enceinte d'un homme marié à une autre, au nom de la dignité humaine on lui faisait vivre l'enfer sur terre. On pouvait même envisager de la brûler comme sorcière. On en a fait monter sur le bûcher pour moins que ça. On pouvait la chasser du village à coups de pierre. L'enfant était un batard, un moins que rien. Bon, quelques décennies plus tard, on ne trouve plus rien à y redire. Est-on devenus moins humains pour autant, selon Lionel Jospin? L'humanité y a t-elle perdu tant que ça? A quel moment de l'évolution doit on bloquer le curseur de la tolérance?

Jospin, comme beaucoup d'opposants au mariage gay, est un homme divorcé. Comme Copé, Le Pen, Sarkozy, Dati et tuti quanti. Cet arrangement avec le serment du mariage fait partie des évolutions heureuses. Les enfants de divorcés se fadent des beaux parents par pelletés, alors chez eux ce n'est plus un papa et une maman, c'est tout de suite la collectivité. On sait que les hétérosexuels divorcent plus facilement qu'ils ne changent de voiture. On sait que l'adultère est un sport courant (qu'on lise sur internet les commentaires d'hétéros après la démission de Petraeus pour avoir trompé sa femme et on comprendra l'importance de la monogamie en hétérosexualité - ils n'y croient pas une seule seconde, on trompe comme on respire, et on trouve inadmissible que qui que ce soit s'en mêle) et on sait d'expérience qu'ils ne pensent pas que faire des enfants hors mariage soit un problème. Ils peuvent même faire des enfants hors mariage, tout en étant mariés, et tout le monde trouve ça formidable. Très bien. Moi je suis pour tout ce qui est punk rock, alors cette idée d'une immense partouze à l'amiable, franchement, je trouve ça super seyant. Mais pourquoi tant de souplesse morale quand ce sont les hétéros qui se torchent le cul avec le serment du mariage, et cette rigidité indignée quand il s'agit des homosexuels? On salirait l'institution? On la dévoierait? Mais les gars, même en y mettant tout le destroy du monde, on ne la dévoiera jamais d'avantage que ce que vous avez déjà fait, c'est perdu d'avance... dans l'état où on le trouve, le mariage, ce qui est exceptionnel c'est qu'on accepte de s'en servir. Le vatican brandit la polygamie - comme quoi les gouines et les bougnoules, un seul sac fera bien l'affaire, mais c'est ni raciste ni homophobe, soyons subtils, n'empêche qu'on sait que les filles voilées non plus ne font pas partie de l'humanité telle que la conçoit cette gauche là, mais passons - ne vous en faites pas pour la polygamie: vous y êtes déjà. Quand un bonhomme paye trois pensions alimentaires, c'est quoi, sinon une forme de polygamie? Que les cathos s'occupent d'excommunier tous ceux qui ne respectent pas l'institution, qu'ils s'occupent des comportements des mariés à l'église, ça les occupera tellement d'y mettre un peu d'ordre qu'ils n'auront plus de temps à perdre avec des couples qui demandent le mariage devant le maire.

Et c'est pareil, pour les enfants, ne vous en faites pas pour ça: on ne pourra pas se comporter plus vilainement que vous ne le faites. Etre des parents plus sordides, plus inattentifs, plus égoïstes, plus j'm'enfoutistes, plus névrosés et toxiques - impossible. Tranquillisez vous avec tout ça. Le pire, vous vous en occupez déjà très bien.

Tout ça, sans compter que l'humanité en subit d'autres, des outrages, autrement plus graves, en ce moment, les gouines et les pédés n'y sont pour rien, je trouve Lionel Jospin mal organisé dans ses priorités de crispation. Il y a, en 2012, des atteintes à la morale autrement plus brutales et difficiles à admettre que l'idée que deux femmes veulent se marier entre elles. Qu'est-ce que ça peut faire? Je sais, je comprends, ça gêne l'oppresseur quand deux chiennes oublient le collier, ça gêne pour les maintenir sous le joug de l'hétérosexualité, c'est ennuyeux, on les tient moins bien. Parfois la victime n'a pas envie de se laisser faire en remerciant son bourreau, je pensais qu'une formation socialiste permettrait de le comprendre. Mais non, certaines formations socialistes amènent à diviser les êtres humains en deux catégories: les vrais humains, et ceux qui devraient se cacher et se taire.

J'ai l'impression qu'en tombant amoureuse d'une fille (qui, de toute façon, refuse de se reconnaître en tant que femme, mais je vais laisser ça de côté pour ne pas faire dérailler la machine à trier les humains - moins humains de Lionel Jospin) j'ai perdu une moitié de ma citoyenneté. J'ai l'impression d'être punie. Et je ne vois pas comment le comprendre autrement. Je suis punie de ne plus être une hétérote, humaine à cent pour cent. Pendant trente cinq ans, j'avais les pleins droits, maintenant je dois me contenter d'une moitié de droits. Ça me chagrine que l'état mette autant de temps à faire savoir à Lionel Jospin et ses amis catholiques qu'ils peuvent le penser, mais que la loi n'a pas à être de leur côté.

Je ne vois aucun autre mot
qu'homophobie pour décrire ce que je ressens
d'hostilité à mon endroit,
depuis quelques mois qu'a commencé ce débat

Si demain on m'annonce que j'ai une tumeur au cerveau et qu'en six mois ce sera plié, moi je ne dispose d'aucun contrat facile à signer avec la personne avec qui je vis depuis huit ans pour m'assurer que tout ce qui est chez nous sera à elle. Si c'est la mort qui nous sépare, tout ce qui m'appartient lui appartient, à elle. Si j'étais hétéro ce serait réglé en cinq minutes: un tour à la mairie et tout ce qui est à moi est à elle. Et vice versa. Mais je suis gouine. Donc, selon Lionel Jospin, c'est normal que ma succession soit difficile à établir. Qu'on puisse la contester. Ou qu'elle doive payer soixante pour cent d'impôts pour y toucher. Une petite taxe non homophobe, mais qu'on est les seuls à devoir payer alors qu'on vit en couple. Que n'importe qui de ma famille puisse contester son droit à gérer ce que je laisse, c'est normal, c'est le prix à payer pour la non-hétérosexualité. La personne avec qui je vis depuis huit ans est la seule personne qui sache ce que j'ai dans mon ordinateur et ce que je voudrais en faire. J'aimerais, s'il m'arrivait quelque chose, savoir qu'elle sera la personne qui gèrera ce que je laisse. Comme le font les hétéros. Monsieur Jospin, comme les autres hétéros, si demain le démon de minuit le saisit et lui retourne les sangs, peut s'assurer que n'importe quelle petite hétéro touchera sa part de l'héritage. Je veux avoir le même droit. Je veux les mêmes droits que lui et ses hétérotes, je veux exactement les mêmes. Je paye les mêmes impôts qu'un humain hétéro, j'ai les mêmes devoirs, je veux les mêmes droits - je me contre tape de savoir si Lionel Jospin et ses collègues non homophobes mais quand même conscients que la pédalerie doit avoir un prix social, m'incluent ou pas dans leur conception de l'humanité, je veux que l'état lui fasse savoir que je suis une humaine, au même titre que les autres. Même sans bite dans le cul. Même si je ne fournis pas de gamin à mon pays.

La question de l'héritage est centrale dans l'institution du mariage. Les sourds, les homo-parents.jpgaveugles et les mal formés pendant longtemps n'ont pas pu hériter. Ils n'étaient pas assez humains. Me paraît heureux qu'on en ait fini avec ça. Les femmes non plus n'héritaient pas. Elles n'avaient pas d'âme. Leurs organes reproducteurs les empêchaient de s'occuper des affaires de la cité. Encore des Jospin dans la salle, à l'époque ils s'appelaient Proudhon. J'ai envie de vivre dans un pays où on ne laisse pas les Jospin faire le tri de qui accède à l'humanité et qui doit rester dans la honte.

Je ne vois aucun autre mot qu'homophobie pour décrire ce que je ressens d'hostilité à mon endroit, depuis quelques mois qu'a commencé ce débat. J'ai grandi hétéro, en trouvant normal d'avoir les mêmes droits que tout le monde. Je vieillis gouine, et je n'aime pas la sensation de ces vieux velus penchés sur mon cas et déclarant «déviante». J'aimais bien pouvoir me marier et ne pas le faire. Personne n'a à scruter à la loupe avec qui je dors avec qui je vis. Je n'ai pas à me sentir punie parce que j'échappe à l'hétérosexualité.

Moi je vous fous la paix, tous, avec vos mariages pourris. Avec vos gamins qui ne fêteront plus jamais Noël en famille, avec toute la famille, parce qu'elle est pétée en deux, en quatre, en dix. Arrangez vous avec votre putain d'hétérosexualité comme ça vous chante, trouvez des connes pour vous sucer la pine en disant que c'est génial de le faire gratos avant de vous faire cracher au bassinet en pensions compensatoires. Vivez vos vies de merde comme vous l'entendez, et donnez moi les droits de vivre la mienne, comme je l'entends, avec les mêmes devoirs et les mêmes compensations que vous.

Quand les dirigeants déclarent une guerre,
ils se foutent de savoir
qu'ils préparent une génération
d'orphelins de pères.

Et de la même façon, pitié, arrêtez les âneries des psys sur les enfants adoptés qui doivent pouvoir s'imaginer que leurs deux parents les ont conçus ensemble. Pour les enfants adoptés par un parent seul, c'est ignoble de vous entendre déblatérer. Mais surtout, arrêtez de croire qu'un petit coréen ou un petit haïtien regarde ses deux parents caucasiens en imaginant qu'il est sorti de leurs ventres. Il est adopté, ça se passe bien ou ça se passe mal mais il sait très bien qu'il n'est pas l'enfant de ce couple. Arrêtez de nous bassiner avec le modèle père et mère quand on sait que la plupart des enfants grandissent autrement, et que ça a toujours été comme ça. Quand les dirigeants déclarent une guerre, ils se foutent de savoir qu'ils préparent une génération d'orphelins de pères. Arrêtez de vous raconter des histoires comme quoi l'hétérosexualité à l'occidentale est la seule façon de vivre ensemble, que c'est la seule façon de faire partie de l'humanité. Vous grimpez sur le dos des gouines et des pédés pour chanter vos louanges. Il n'y a pas de quoi, et on n'est pas là pour ça. Vos vies dans l'ensemble sont plutôt merdiques, vos vies amoureuses sont plutôt calamiteuses, arrêtez de croire que ça ne se voit pas. Laissez les gouines et les pédés gérer leurs vies comme ils l'entendent. Personne n'a envie de prendre modèle sur vous. Occupez-vous plutôt de construire plus d'abris pour les sdf que de prisons, ça, ça changera la vie de tout le monde. Dormir sur un carton et ne pas savoir où aller pisser n'est pas un choix de vie, c'est une terreur politique, je m'étonne de ce que le mariage vous obnubile autant, que ce soit chez Jospin ou au Vatican, alors que la misère vous paraît à ce point supportable.»

11 novembre 2012

pédale douce à gauche

pédales de piano.jpg

Je suis compétitif. Je crois même hyper-compétitif. Car moi aussi j'ai mon rapport que j'ai remis à mon président. Mais moi, je l'ai pondu en trois mois et demi, et pas en six. Il fait 120 pages, s'il-te-plaît. Quand le rapport Gallois n'en fait que 67, pfff ! Et il compte quarante propositions, quand le rapport Jospin s'arrête à 35... Compétitivité zéro, ces deux là, ou alors incompétents parce que cumulards ? Allez zou, au placard ! Il faut être com-pé-ti-tif ! C'est l'époque qui veut, ou la crise, c'est la guerre et il n'y a pas de place pour tous, dans le monde merveilleux des appels d'offre. Alors c'est Gallois ou moi, un point c'est tout. Jean-Marc, tu ne serais pas un tantinet décliniste ?

Jean-Marc Ayrault me ressemble, en vérité. Il n'est pas dans son rôle. Il surjoue. Dépassé, conscient de ses limites et de son usurpation, pétri de culpabilité mais néanmoins au charbon, taraudé de grandes et de petites choses à se prouver. Le coup de menton contre ses adversaires, lorsque son clan l'observe, ayrault AN.jpgdans l'hémicycle, et le verbe conciliant en privé, l’œil connivent quand tout s'apaise autour d'une table.

Comme moi, je suppose que le bas du dos lui fait mal de temps en temps. Qu'il aimerait avoir plus de temps pour faire du sport et entretenir sa santé. Que son sommeil est agité. Et que décidément, ces putains d'hémorroïdes !... Comme moi, il a des fourmis dans le pied gauche, je suis sûr, mais quand ça veut pas, ça veut pas. Comme moi, je suppose qu'il a acquis, pour se détendre et bien engager ses nuits, un tout nouveau piano et qu'en l'absence de chauffeur, il roule désormais avec un boîtier automatique. Un piano et un boîtier automatique, c'est juste terrible pour le pied gauche, cloué au pilori, au repos complet. On l'oublie, on l'ignore, il devient mou du genou et seuls quelques petits fourmillements viennent t'en rappeler l'existence. Faut l'excuser, c'est mécanique. Et c'est normal qu'il préfère alors perdre de vue qui l'a mis où il est.

En plus, ses semaines à lui font bien plus que 39 heures, alors y'a pas de raison ! Et puis il doit essuyer des réprimandes continuelles. Celles de l'adversaire, sur la place publique. Et celles de ses amis, dans le secret des règlements de compte, lorsque ses maladresses agacent.

ayrault au medef.jpgEncore que. Il vaut mieux qu'on parle des gaffes, non ?, et que les procès s'arrêtent aux portes de l'amateurisme, ça évite qu'on ne creuse trop les sujets de fond : cette compétitivité, là, justement, ce bidule qu'on nous promet en choc ou en pacte, en bloc ou en kit, et qui ne veut rien dire d'autre que la promesse d'une baisse vertigineuse de ton niveau de vie, de celle des gens simples, s'entend, dans le large spectre qui va des milieux déjà exclus jusqu'au milieu des classes moyennes. D'Athènes à Paris, les détenteurs de l'ultrarichesse, l'oligarchie capitaliste qui gouverne le monde n'a rien trouvé de mieux pour, à court terme, préserver ses privilèges exorbitants, et il ne faut jamais insulter trop bruyamment les cercles qu'on aspire à intégrer pour réussir sa vie... Les bienheureux bavardages médiatiques noient tout ça dans une bouillie consensuelle couleur fluo, avec toute l'apparence du bon sens commun. Et tant qu'on peut porter une marinière pour témoigner de son patriotisme !
 
Je ne suis pas prêt de la vendre, ma voiture, avec tout ça. Elle est pourtant bien française, ma petite Mégane !

Moi aussi, quand j'étais petit, je me coinçais le doigt dans une porte et je pleurais très fort, juste pour pas me faire gronder quand j'avais eu une mauvaise note...

Donc va pour la pédale douce à gauche ! On y gagnera au moins le mariage pour tous, ça mange pas de pain, et ça fait au moins une différence avec la droite.