Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 juillet 2013

ma déclaration

docrf-1335858-jpg_1220033.JPG

Je suis amoureux. Voilà, tu le sais. Ça couvait depuis plusieurs semaines, depuis notre rencontre à Roger Le Gall, fin avril. Une rencontre coquine, mais pas que. Un plaisir particulier à se toucher, une entente singulière, quelques atomes crochus avec l'eau et la musique, des textos emplis d'envie et de vie, des obstacles et des craintes qui se surmontent, qui te démontent, qui remontent à la surface, à peine plus tard des blessures à vif qui se découvriraient, mais d'où surgirait de la sincérité et finalement de la confiance...

Je suis amoureux fou. Il y a sans doute ces yeux vert paille, ces pommettes juvéniles, il y a sans doute ce corps d'Apollon, cet abdomen impeccable à qui vont tout autant le blanc du nord que le hâle du sud. Il y a peut-être cette pensée profonde, les interrogations sur le monde, et sur soi, il y a ce métier exigeant, fascinant, et tous les secrets de fabrication qui conduisent à la scène. Il y a  cette infinie tendresse, cette impudeur tranquille, assumée, ces heures passées au lit pour connecter nos corps à leur alangui désir. Il y a cette fragilité qui se montre, la vulnérabilité qui se dit, il y a la peur trop de fois reconnue de se perdre dans d'inutiles obsessions.

Je suis amoureux comme jamais. Amoureux d'un possible, d'un irréel tangible. Amoureux à balayer d'un trait les mille frivolités racontées-là par vacuité, par quête ou par dépit. Amoureux à achever d'un coup de revolver en pleine tempe mon chagrin de cinq ans, déjà à l'agonie. Amoureux à te le dire, à te le crier, à te le chanter, à te le scander. Amoureux à déboucher une bouteille de choix, un Tokaji Aszu de Hongrie, par exemple.

Mon regard se mue. Entends-tu la métamorphose qui s'opère en dedans de moi ?

Alors ce blog va changer, c'est impérieux. Il va changer de rythme, de substance, de visage. Il va rester ouvert, car je ne lui renie rien de ses futilités bassement humaines, rien de ses envolées emphatiques, rien de ses vertus thérapeutiques. Mais, voile jeté sur nos plaisirs à nous, il ne sera plus le blog intime et/ou extime qui a pu parfois t’enivrer, t'éclairer ou te tromper sur ma quête, selon ce que tu y cherchais toi-même.

Je le garde ouvert pour conserver aussi près de moi un petit muret où évacuer des états perplexes de mon âme, pour y déposer les émotions que j'aurais envie d'y partager, y livrer parfois des combats aussi, te faire entendre des notes de musique... Mais clairement, il ne sera plus le moyen de tromper l'ennui ou de combler mes manques. Je ne suis pas libertin, même si j'ai connu des libertinages.

Me voici face à toi mais un autre. Me voilà peut-être vraiment moi-même, à aimer te voir dans mes rêves, te retrouver dans un film avec Charles Berling, à me surprendre jouer du Scarlatti pour toi et inscrire au fond de mon regard le regard tendre qui éclaire ton visage.

Un nouveau jour commence.

Commentaires

ouahhh!!! quelle belle déclaration, quel enthousiasme!!!ca fait du bien à lire, c'est communicatif!!! je suis jaloux, presque...j'ai pas envie de te perdre: il faut que tu continue à nourrir ce blog de ta belle plume, de tes interrogations, coups de coeur, coups de blues, coups musicaux, coups tout court. Tu es un des rares blogs que je lis régulièrement, dont j'attends avec impatience les billets. Mais cela est bien futile au regard de ce que tu vis!! je suis content et heureux pour toi, pour moi aussi. C'est bien les bonnes nouvelles de ce genre! Bon été, bel été, que l'amour soit, est beau!

Écrit par : arthur | 30 juillet 2013

L'enthousiasme fébrile, l'optimisme ensoleillé indiquent que tu es payé en retour.

Écrit par : Jérôme | 01 août 2013

Je ne suis pas venue depuis longtemps (depuis très longtemps) et je reviens pour lire ce message si vibrant et si optimiste. superbe ! Tu es amoureux d'un possible ? C'est merveilleux ! Toutes mes félicitations.

Écrit par : Mme de K | 01 août 2013

Tokaji Aszu moi je dis oui et re oui et quel bonheur de te lire ainsi, j'ai hâte de le voir aussi : -) enfin le bonheur que tu mérites tant.

Écrit par : Bougrenette | 04 août 2013

Alléluiaaaaah mon frère !
Comme je suis heureuse !
En plus si tu viens moins sur ce blog pour vivre plus ton bonheur tout neuf, ça me fera une raison de moins de culpabiliser sur mes retards de lecture !
N'empêche, t'es toujours pas venu et on a dépassé l'année ... ;-(

Écrit par : féekabossée | 04 août 2013

Je suis heureux de ce que je viens de lire... Tu as raison, le bonheur mérite qu'on se concentre.

Pour ma part, je viendrais encore te lire ici. Ne serait-ce que pour te sentir dans les parages. Mine de rien c'est important et c'est pour ça que je viens de temps à autre.

Tu sais, aujourd'hui, la motivation étant ce qu'elle est, je viens de relire des billets que j'avais publié lors de ma propre expérience (furtive) de blog... Ca m'a tellement remué... Je disais tellement de choses ... Je mesure combien cette matière là est précieuse...

Allez, Parain ;-) je t'embrasse fort. Et te souhaite le meilleur.

Écrit par : ΠR | 07 août 2013

Moi aussi, je suis heureux de ce qui t'arrive. Quand je pense à toi, j'imagine un long fleuve qui traverse sans cesse de nouvelles contrées. Il fut des pays sublimes et enivrants, des passages plus difficiles à travers des défilés périlleux. J'espérais de voir déboucher un jour sur une mer intérieure aux eaux calmes, une arrivée en delta riche de tous les bras qui t'ont accompagnés. Je vois une belle sérénité t'envahir enfin. Je suis tellement heureux de te connaître et de penser qu'une belle personne est auprès de toi au quotidien. Mon Maurice me disait que le meilleur reste à venir. Tu vois...
J'attends avec impatience le nouvel Oh à lire.
Des bises et mes meilleures pensées.

Écrit par : estèf | 07 août 2013

Par contre tu déconnes si tu ne réponds plus à tes commentaires ! non mais oh ! ;-) pas de nouvelles bonnes nouvelles comme on dit.

Écrit par : Bougrenette | 14 août 2013

Que de beauté dans ce texte! L'amour te va bien. Profites-en!

Écrit par : Doréus | 15 août 2013

Ouais moi je suis 1000 fois d'accodak avec Bougrenette !
Ça va plus du tout !
(P'tin ça fait ça l'amour ? en vrai ? ) (trop booooon !)
(t'es en train de courir tout nu dans le jardin ? Une couronne de fleurs sur la tête ? un ukulélé coincé entre les dents qui brillent ? allez avoue !)

Écrit par : féekabossée | 16 août 2013

-> à tou(te)s, à ceux et celles qui se sont manifesté(e)s discrètement par mail ->
Vous êtes A-DO-RABLES ! Je suis si heureux et si fier de ce que vous m'apportez de loin, de près, depuis si longtemps déjà.
J'aime et je me sens un autre. Je me sens celui que j’étais déjà au plus profond de moi. J'ai un peu honte de le dire, pour qui souffrirait encore, mais je suis fier d'avoir su ne pas insulter l'avenir, même au fond du gouffre, même dans la transparence crue. Et me voir devenir un objet de désir pour celui qui lui-même mérite tant d'être aimé t'apportera peut-être, à toi qui de derrière ces rideaux me regarde, un petit peu de confiance. Une bombe d'espoir à fragmentation fait entendre ses déflagrations dans ma poitrine et je retrouve l'enfance de la vie.
C'est bon comme ça, Bougre ? Ça te va filleul ? Et toi, la montagnarde, et toi le grand cousin au sourire clair ? Et vous autres-là, du Canada, de l'archipel blogosphérique et d'ailleurs ?...
Je vous aime.

Écrit par : Oh!91 | 19 août 2013

Oh! oui ça me va !
J'ai bien aimé aussi que, dans l'autre commentaire, tu penses au tiers chant, oui "tout le reste est des idées ".

Écrit par : estèf | 19 août 2013

et nous aussi, on t aime, toi qui dis si bien...


AIME, encore, encore et encore
rien de mieux pour se sentir vivant

Écrit par : Gilles | 20 août 2013

C'est beau de se déclarer ! Très émouvant
Je suis heureux pour toi, tu vis pleinement
Ce que tu nous donnes à lire ici en partage
a créé autour de toi une communauté bienveillante
merci encore et toujours de cette confiance

Écrit par : Olivier | 21 août 2013

Ouiiii un gros peu de confiance ; Ouiiii une bombe d'espoir :
Ouiiii ça me va !
JE t'embrasse fort, fort, fort.

Écrit par : féekabossée | 21 août 2013

"Je le garde ouvert pour conserver aussi près de moi un petit muret où évacuer des états perplexes de mon âme, pour y déposer les émotions que j'aurais envie d'y partager, y livrer parfois des combats aussi, te faire entendre des notes de musique"
Oh oui, mon Oh!, mon complice des éclats de rire et des crises de larme, continues, s'il te plaît, de livrer tes nobles combats et de nous apostropher !
PS : En parlant de combats, je crois que tu seras fier de savoir que je viens de gagner celui que je mène depuis 7 mois ... ;)

Écrit par : Fiso | 07 novembre 2013

Quelle belle déclaration....
Je brûle de savoir la suite.
Un suis beau blog ne peut pas s'arrêter comme ça.
Encore que...

Écrit par : zabulon | 23 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.