Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 mars 2012

"on" ne va quand-même pas voter pour "ça" ?...

835110.jpg

J'ai un ami, très cher, qui veut voter utile. Un peu par défaut, si je comprend bien, mais utile. Dans son esprit, ça s'appelle voter Hollande au premier tour. Il lira probablement ce billet.

Le même, lors de la primaire socialiste, avait voté Montebourg, le démondialisateur...

Et ce paradoxe, vois-tu, n'en finit pas de me laisser perplexe.

Je passe sur les qualités oratoires alambiquées de son favori, sur sa plastique erratique, sur ses rondeurs dissimulées... L'enjeu est trop important pour qu'on s'en tienne, lui comme moi, à des aspects aussi superficiels.

Il reconnaît pas mal de mérite à Mélenchon. Il aurait pu être enclin à voter Europe-écologie si, pour le coup, son vote n'avait pas été perdu dans un puits sans fond à 3%. Pas de menace Le Pen non plus, puisque le socialiste caracole en tête et devance la blondillonne de plus de 10 points.

Pourtant, il pense - aujourd'hui du moins - devoir voter "utile".

Mais utile à quoi, au juste ?

capitaine de pédalo.jpgQuand Hollande promet en meeting de faire la guerre à la finance, mais s'efforce illico de "rassurer" les marchés et les spéculateurs dans les colonnes de la presse britannique, cela fait-il du vote Hollande un vote utile ?

Quand il se résout à annoncer une tranche d'impôts à 75% au dessus d'1 million d'euros de revenus, mais qu'il envoie aussitôt des émissaires dans les milieux du football, de la chanson et du cinéma pour y expliquer qu'il ne le fera pas, que ce n'est qu'un "coup" de campagne, cela donne-t- il une crédibilité à la notion d'utilité ?

Quand il déclare qu'il veut renégocier le traité européen Merkozy, mais qu'avec son groupe au Sénat, où il est majoritaire, il laisse voter le mécanisme européen de stabilité, véritable carcan libéral, qui justement contient une obligation de ratification du traité en question, n'est-on pas en pleine inutile ubiquité ?

Qu'y a-t-il d'utile à donner un blanc sein à cette vision si étriquée de la gauche qu'il n'en reste presque plus rien ? Parce que le vote du premier tour, c'est bien ça : un chèque en blanc. C'est le signe de l'adhésion, pleine et entière.

Moi, j'ai une autre vision : le vote Hollande pourra être utile au second tour, s'il se passe quelque chose au premier. Si Eva Joly cartonne pour donner de la force à l'idée de la sortie du nucléaire. Si Poutou ou Arthaud incarnent un rassemblement de poids. Si l'union du "non de gauche" au référendum de 2005 réussit à se refaire. Sinon, même le vote Hollande du second tour sera inutile, je le crains...

Et ça tombe bien, il est en train de se passer quelque chose, à côté de quoi il serait dommage de rester.

Ce n'aurait pas forcément été mon choix initial, mais ça se passe : Mélenchon rassemble, et développe des thèmes intéressants et pédagogiques. Il a cassé l'effet de sidération auquel toute la classe politique et médiatique était en train de céder autour de la fille Le Pen. Il a nommé l'Orbanisation du régime Sarkozy, mission confiée à Claude Guéant. Il a cassé le mythe de l'intouchabilité de 31.jpgl'hyper-richesse en proposant 100% d'impôt au dessus de 360.000 euros de revenu annuel. Même sur l'écologie et contre toute attente, il est pertinent avec sa fameuse "planification écologique", sa dénonciation du productivisme, sa référence au scénario négawatt pour la sortie du nucléaire et la sobriété énergétique. Il est seul à donner du crédit, dans la clarté, au rétablissement de la retraite à 60 ans et à la sécurité sociale professionnelle.

Alors moi - c'est ma conviction mais elle m'a l'air tellement évidente - même si les accents plébéiens de Mélenchon agacent parfois : la seule chose d'utile qui pourrait arriver, c'est qu'il passe devant Bayrou au premier tour. Que ce soit lui, l'événement de l'élection, et que Hollande soit obligé de s'engager dans un contrat avec sa gauche, plutôt que d'aller s'encanailler au centre sur des promesses de désendettement à la con qui nous conduiraient inéluctablement dans une hellénisation de la France !

Il faut virer Sarkozy, certes, mais pas à n'importe quel prix ni n'importe comment ! Car derrière les déceptions et les humiliations, souviens-t'en, il y a toujours le fascisme...

Ça t'étonne, hein, que je fasse de la politique comme ça depuis mes vacances hongroises ?!? Mais c'est qu'à l'époque de TV5-Monde et d'Internet, je suis ici un peu comme à la maison. Avec du temps pour écrire en plus... Et puis l'Orbanisation, je l'ai sous les yeux.

D'ailleurs, puisque j'en ai pris le goût, j'ai encore entendu du Mermet hier soir. Une émission qu'il te faut absolument prendre le temps d'écouter : tous les discours de Sarkozy décryptés au moyen de procédés scientifiques. Ses mots, sa syntaxe, ses formes rhétorique de prédilection... Tout y est décortiqué, et c'est hyper instructif.

Nicolas-Sarkozy-discours-tribune_pics_390.jpgLe mot qu'il utilise le plus ? C'est "ça". Le "ça" qui "suffit !", le "ça" qui "ne peut plus durer". Le "ça" imprécis, impersonnel, qui établit immédiatement la connivence avec l'auditoire. Ou le "on", son deuxième mot, encore plus flou, responsable de tout, l'incarnation du laxisme, l'ennemi invisible, le lâche, qui permet de tout dénoncer et de ne rien expliquer...

Quand à ses formes négatives, interrogatives ou, le must, interronégatives, dont il use et abuse, elles ont des fonctions précises, parfaitement étudiées. A écouter d'urgence avant d'entrer dans les deux derniers mois de la campagne.

Quant à moi... Plouf ! Je retourne dans les eaux douces et soyeuses de Budapest. La campagne, je la reprendrai maintenant à mon retour.

Commentaires

aaahhhhh ça fait plaisir de lire de tels billets de bon matin. A la fois doux, avançant tranquillement sur le chemin de la persuasion tranquille, mais allant au but avec efficacité. Bienvenue parmi les blogchéviks !

Écrit par : Gdec | 03 mars 2012

Si sur le fond je pense comme toi et apprécie Mélanchon; mais aujourd'hui je pense comme ton ami. Peut-être changerais-je d'avis d'ici les élections. Mais d'une part je crois que sans une apparence de compromission la gauche a peu de chances de passer. Par contre aux législatives qui suivront je voterai à gauche-gauche pour mettre en face d'un président, que j'espère plus démocrate que l'actuel, un contre pouvoir...

Écrit par : jelaipa | 04 mars 2012

-> Gdec -> Merci de ton passage et de ton commentaire. Je ne sais pas si ces quelques mots font de moi un bolchevik, j'espère y échapper, mais le terme blogchevik m'amuse assez. Allez, bon courage, deux mois encore à tenir pour réussir cette campagne. Bonne route !
-> Jealipa -> Oh non, pas toi...!?! Mais à quoi elle sert, cette élection, si on ne peut plus se servir du premier tour ?... Tu sais bien qu'avec cette Vème république à la con, le résultat de la législative ne sera qu'une reproduction amplifiée du résultat de la présidentielle...

Écrit par : Oh!91 | 05 mars 2012

@Oh!91: bin si je vieillis...Et puis on sera au moins deux avec ton ami ;-) J'aime bien Mélanchon mais, à moins que cela change, il n'a à ce jour aucune chance d'être élu. Trop de haine sur les étrangers et les marginaux sont distillés depuis des mois...
(j'ai par ailleurs comme ton ami voté Montebourg aux primaires socialistes; lequel m'a déçu quand j'ai vu qu'après il avait pris la grosse tête)
A ton avis qui va passer si Hollande n'est pas au second tour?
Sinon d'accord avec toi: même pour les présidentielles cette Vème république est une république à la con...Essayons d'en tirer le meilleur pour avancer (t'es naïve me dit sans arrêt mon fils, qui prône le vote blanc; ce qui a l'heure actuel me semble lâche)
Finalement toi tu te bats, moi j'essaie de ruser.
In Fine même combat camarade!

Écrit par : jelaipa | 05 mars 2012

Avec le temps, un vote surgit de bien loin, entre les réalités et la perception du moment, et l'avant. Les votes utiles ratés, une fois à Voynet qui a pesé peu, un autre à Taubira, échoué sur un 21 avril. Et la culture politique, complexe construction, entre sa propre histoire (non, je ne pourrais jamais revenir au vote coco ou assimilé), et ce qu'on ressent des pratiques locales et nationales. En ce sens, bien que Méluche soit devenu assez séduisant, politiquement, ses troupes locales peuvent être un furieux repoussoir...
Tu reproches à Hollande un parcours d'équilibriste. C'est en parti vrai et en parti exacerbé par le prisme des médias qui nous restitue beaucoup de choses partielles ou tronqués. Mais le métier de président, fait de choix assumés et d'arbitrages délicats nécessite ce talent...
Et puis non, surtout pas continuer avec ce szar.
Rien n'est encore acquis et pour moi, il y a bien deux votes utiles. Un pour que Hollande fasse le maximum au premier tour, écrase le sortant et nous fasse ce bien infini... L'autre pour que Mélanchon soit la surprise du premier tour.
Ce serait une belle combinaison, non ?
Pour ça chacun son boulot. Que la gauche de la gauche aille voter cette fois ci !
Ton ami est peut-être dans cet état d'esprit.
Profite bien de tes instants hongrois, camarade, qui reste un bien joli nom.

Écrit par : estèf | 06 mars 2012

-> Jelaipa -> Le vote blanc n'est pas un vote lâche. On a le droit de ne plus croire à ce système politique, car c'est vrai que nous sommes entourés de politiciens médiocres, loin des réalités, et qu'on a le droit de manifester ce rejet comme on le peut. Franchement, sans l'offre de rassemblement que Mélenchon réussit à proposer, ç'aurait pu être pour moi une alternative. Plus en tout cas qu'un vote Hollande au premier tour. Mais comme ce n'est pas Mélenchon qui m'intéresse, voire même, sa réussite personnelle et ses mérites oratoires m'inclineraient à prendre des distances, parce que j'ai peur de tout ce qui ramène à l'homme providentiel. Ce qui m'intéresse, c'est le rassemblement en train de s'opérer, c'est la confiance retrouvée pour une masse joyeuse et diverse dans la capacité à peser. Regarde bien, Jelaipa : Hollande et Le Pen sont séparés par 13 à 14 points. Il n'y a ni Chevénement ni Taubira, l'extrême gauche et les écolos sont exsangues : vois-tu le moindre risque, franchement, que Hollande ne soit pas au second tour ? Allez, malgré ton âge, reste sage et ne te bride pas, va...!
-> estéf -> Ton raisonnement se tient. Et puis la tradition politique que tu exprimes existe, après tout. Elle freine sans doute autant les changements majeurs dont nous avons besoin qu'elle assure une stabilité rassurante pour quiconque a un petit patrimoine ou une petite sécurité à préserver. Je crains à l'inverse que nous soyons à la veille de ruptures qui pourraient être violentes si elles ne parvenaient pas à s'exprimer dans des formes citoyennes.
Mais en tout cas ton raisonnement le prouve : il ne sert à rien aux socialos d'aller pêcher des voix chez les cocos, et inversement. Ces électorats sont finalement plus imperméables les uns aux autres qu'il n'y paraît. C'est ailleurs, chez les déçus de tout poil, chez ceux qui ont déjà décidé de renoncer à la politique parce que la politique les a abandonnés, qu'il faut aller chercher des voix.
Choix assumés et arbitrages délicats... Bah, si cette sémantique te rassure sur le personnage. C'est ce qu'il incarne politiquement que je ne crois voué à rien...
Après, le personnel politique, local, régional, national... là, il n'y en a pas beaucoup pour rattraper les autres. La médiocrité règne partout, les violences et les coups bas aussi. Mon dieu que les jeunes socialos m'en ont fait voir, quand j'étais militant étudiant. Et sans scrupule avec ça ! Disons que ces comportement sont juste plus décevants quand on les trouve chez les communistes, où l'on attend d'autres vertus et d'autres capacités créatrices d'idées et d'actions. Mais ils n'y sont pas pires.
Masi on se retrouvera. Et avant que les blés ne soient sous la grêle, j'en suis sûr.

Écrit par : Oh!91 | 06 mars 2012

En attendant, j'ai signé l'appel pour un référendum sur le nouveau traité européen, à la une de l'Huma. Même un peu socialo, un rebelle est un rebelle.

Écrit par : estèf | 06 mars 2012

-> estéf -> Ah, ben voilà, le référendum sur le traité européen, déjà un beau combat commun en perspective...

Écrit par : Oh!91 | 08 mars 2012

Les commentaires sont fermés.