Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 février 2012

la civilisation de la rédemption

 radar à feu.jpg

En début de semaine, entre deux considérations sur la hiérarchie des civilisations, Claude Guéant a pris le temps de dresser le bilan 2011 de l'un des plus beaux fleurons de la nôtre : les caisses enregistreuses installées sur le bord de nos routes. Elles ont flashé 19 millions de fois et généré 630 millions d'euros de recette, qui désormais, pour les deux tiers, ne seront plus affectés à la sécurité routière (entendez à l'installation de radars supplémentaires) mais contribueront directement au désendettement de l’État.

Au total, entre 11 et 12 millions de points de permis ont été retirés pour la seule année passée. Ce qui est, conviens-en, un indicateur de valeur indiscutable en matière de civilisation. Tout autant sans doute que les 33.000 expulsions d'étrangers sans-papier ou quelques dizaines de rafles de leurs enfants à la sortie d'écoles.

Quant à moi, malgré quelques 30.000 km parcourus en 2011, j'ai réussi à n'en perdre... aucun ! Le dernier qui m'a été volé, c'était en août 2010, à la sortie de Narbonne : mon régulateur de vitesse n'avait pas résisté à la forte pente sur un tronçon à 50 à l'heure, et l'appareil avait crépité à mon passage autoroute-fribourg.jpgà 56 - compté 51. Seul en voiture, j'étais puni d'avoir quitté l'autoroute dans l'espoir de trouver une petite plage naturiste pour m'amuser quelques heures avant de rejoindre des amis dans la Drôme. Je n'ai jamais trouvé la plage en question, mais quelques heures plus tard, aux abords de Montpellier, une aire d'autoroute m'offrit de me soulager et d'oublier la mésaventure.

J'en suis donc toujours à six points sur mon permis, avec dix-huit mois à tenir avant de les avoir tous récupérés. Les six points qui me manquent, je les ai perdus tôt, pour un dans la première année des radars automatiques en 2003. Pour deux, à cause de l'utilisation de mon téléphone sans oreillette, un dimanche à la campagne en 2005, et pour trois à un feu rouge, considéré comme grillé par des policiers zélés un soir où, un peu excité, j'allais à l'opéra. Ça devait être au printemps 2009. A l'époque, même les petits dépassements de vitesse t'imposaient trois ans sans fauter avant de récupérer les points perdus. Une infraction qui aujourd'hui vaudrait un point avec un an de rédemption, mais la loi n'étant par principe jamais rétroactive, mes points, eux, sont toujours sous le coup d'un sursis de trois ans automatiquement reconduits à chaque nouvelle infraction.
 
permis de conduire.jpgPutain, dix-huit mois ! Est-ce que je tiendrai jusque là, pour me mettre franchement à l'abri de la perte de mon précieux graal ?
 
Tiens, d'ailleurs, j'avais une question à poser au seigneur des totems flashant : dispose-t-il de statistiques sur l'accidentologie liée aux coups de freins à l'approche des radars sur les voies rapides ? A-t-il une stratégie pour réduire la mortalité des deux-roues, la seule en hausse, et qui te laisse des potes en deuil aujourd'hui ?

 

Commentaires

J'ai la même question par rapport à ces caisses enregistreuses en bord de route. Curieusement, elles sont rarement situées à des endroits particulièrement dangereux, mais plutôt à des lieux où, justement, les conditions normales d'une route permettent une accélération relativement sécuritaire. Leur but est-il vraiment d'améliorer la sécurité routière? Permettez-moi d'en douter...
Ceci dit, je n'ai été leur victime qu'une seule fois et c'était à cause d'une mauvaise signalisation. Ici, à moins de se faire arrêter par un policier en personne, le propriétaire du véhicule reçoit un PV par la poste et doit payer une amende, mais comme il n'y a aucun moyen de prouver qui était au volant, il n'y a pas de points.

Écrit par : Doréus | 21 février 2012

-> Doréus -> Rappelons à tous les lecteurs de ton commentaire, que ce "ici" dont tu parles est bien, bien loin de nous, là-bas, en Alberta. Et que ton blog est comme un voyage dans ses immenses espaces... Merci de cet éclairage !

Écrit par : Oh!91 | 21 février 2012

Les commentaires sont fermés.