Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 novembre 2011

sur l'air de "quand je pense à fernande"

débander.jpg

Hollande a donc décidé qu'il ne nous ferait pas bander. Pas rêver, pas kiffer. C'est la crise ! Il a décidé de se faire élire sans les écolos et sans la gauche. Avec le centre, c'est la crise, je te dis. Ce serait à mourir de rire si ce n'était pas à pleurer...

Il a choisi le plus à droite de ses rivaux comme directeur de communication, décidé de jouer les pères-la-rigueur, avec juste de belles pensées pour l'école, et encore moyennant d'obscures "contre-parties" que les enseignants apprécieront, ça fait homme d'avenir. Note qu'il avait recommandé à Jospin de mener campagne avec cette même posture un peu fade. Ce n'était pas la crise, mais ça avait eu un succès retentiissant. On en rigole encoe dans les chaumières cossues du néolibéralisme. Il y ajoute le sel de l'intrusion non dissimulée du lobby nucléaire, venu s'immiscer sans voile jusque dans les négociations inter-partis - vive la démocratie techno-industrielle ! - le poivre de l'accord encombrant devenu sans objet - vive la Vè République -, et la sauce moutarde-au-miel de l'œillade plein cadre à Bayrou - coup de fusil dans son pied gauche, pour reprendre l'expression de Mélanchon.

Arnaud avait pour lui un talent de tribun, sans égard pour le modèle économique qui entraîne l'Europe gogo.jpgpar les grands fonds, Martine d'afficher du courage et d'assumer un tranquille ancrage à gauche, Manuel, s'il s'était tu, on aurait pu l'imaginer en gogo boy sous une boule scintillante de boîte de nuit. Manuuuuuu !!....

Franchement, d'une façon ou d'une autre, j'aurais peut-être pu, à un moment ou à un autre, sentir quelque chose frémir en moi, au niveau du bas-ventre. Mais Hollande. Pourquoi rime-t-il avec Fernande, ce con, alors que non, je vois pas, vraiment ? Je l'aurais plutôt fait rimer avec Lulu, même si c'est ma thématique d'automne, car là je ne bande plus - mais plus du tout.

La bandaison, papa, ça ne se commande pas.

Déjà que le 22 avril, ce ne sera pas facile de savoir quoi faire, mais le 6 mai... quelle tristesse !

Commentaires

Qu'est-ce que mon billet fait en lien sous "bandaison" ?

Je rappelle que nos relations sont purement platoniques !

Écrit par : Nicolas | 29 novembre 2011

-> Nicolas -> Ouf, je suis soulagé (euh ! le mot est peut-être mal choisi...) Enfin, ça me tranquillise de savoir qu'entre François et toi, ce n'est pas consommé ! Sauras-tu garder l'érection platonique ?

Écrit par : Oh!91 | 30 novembre 2011

Si Sarkozy est réélu, là je peux t'assurer que tu vas bien débander pour le coup... Et pourtant Sarkozy ça rime avec zizi.....

Écrit par : RPH | 30 novembre 2011

assez d'accord avec toi...pas bandant, ces potentiels candidats...mais n'est pas le propre du suffrage universel et de la démocratie que de finalement ne pouvoir élire que les candidats représentant le plus petit dénominateur commun à tous les électeurs, donc forcément des personnalités un peu floues, cherchant à contenter un maximum?..je crois que c'est ce cher Tocqueville qui disait ça (j'ai pas beaucoup lu, je reconnais)....mais quelque part, je préfère encore ça à un autre syst^me , qui serait lui plus(+) autoritaire...
EN même temps, j'ai du mal à comprendre comment des personnalités plus forte comme MArtine ou Arnaud ne rassemble pas plus..

Écrit par : arthur | 30 novembre 2011

-> RPH -> C'est drôle comme on entend partout et tout le temps qu'on n'aurait pas le droit d'exprimer ses frustrations, son agacement, l'insatisfaction profonde, l'absence totale d'espoir que suscite la candidature Hollande, comme une espèce d'espoir déçu d'avance, une désespérance annoncée, parce qu'alors, on prendrait le risque, forcément inconsidéré, d'en reprendre pour cinq ans de sarkozisme. Sarkozy est de ce que je honnis le plus. je crois même qu'en cas de duel avec Marine Le Pen, je ne pourrais pas me prononcer tellement je les crois semblables. Mais je redoute tant l'effet dévastateur de nouveaux espoirs déçus par le refus d'affronter le productivisme ravageur. Non, un autre capitalisme n'est pas possible !
-> arthur -> ce que tu décris, couplé à l'abstention de plus en plus structurée des couches populaires et à la dérive libérale des services publics, ça forme sans doute l'impasse de notre système démocratique actuel. Pourquoi ne pas inventer quelque chose, quelqueS choseS, qui ne serai(en)t pas plus autoritaire(s), mais juste plus démocratique(s) ! Comme des expériences à mener localement, départementalement, par thèmes, par lieux, par communautés. Place à l'invention !

Écrit par : Oh!91 | 03 décembre 2011

tu as sans doute raison.Je suis d'accord sur ces inventions à trouver localement, "départementalement"..on dirait que tu connais un peu ma vie, c'est drôle....
Je pensais souvent à toi aujourd'hui, que je ne connais pas, mais je pense que ma journée avec de jeunes artistes tunisiens t'auraient bien plu.MAis peut-être me trompe-je?

Écrit par : arthur | 04 décembre 2011

S'il n'y avait que François... Mais Marianne non plus ne nous fait pas bander !
Rénovons notre démocratie. Tiens par exemple, au lieu de cette foire d'empoigne dans tous les sens de programmes quasi inconnus de tous, on pourrait...
- faire la liste de tous les grands sujets politiques, sociaux, environnementaux et demander que tous les partis énoncent clairement leur position ;
- organiser un tour "zéro" de présidentielle simplement pour savoir combien de français soutiennent chacun des programmes, un sondage en vrai grandeur donc ; chacun saurait combien il pèse ;
- laisser un mois ou deux à nos responsables politiques pour leur donner le temps de s'organiser autour de grands dénominateurs communs ;
- faire nos deux tours de présidentielle.
Je ne suis pas sûr qu'on banderait plus, du moins tous ensemble, mais au moins on aurait quelque espoir dégager de grandes majorité sur un programme commun minimal avec une vraie légitimité...
Sinon la révolution, mais ça fait toujours mal et la plupart du temps c'est une nouvelle minorité qui prend le pouvoir.

Écrit par : estèf | 04 décembre 2011

-> arthur -> jeunes, artistes et tunisiens, voilà trois mots qui vont très bien ensemble... J'en connais donc un peu plus sur ta vie maintenant ;
-> estéf -> ...de grandes majorités sur un programme commun minimal... Mouais, ça me laisse perplexe.
Je ne suis pas si sûr qu'il n'y ait pas de majorité pour des changement un peu plus radicaux, comme lors du rejet du traité constitutionnel par referendum. En politique, s'il faut choisir entre PPCM et PGCD, on n'est pas sorti de l'auberge ! Il importe peu que l'on chérisse l'idée de la révolution (c'est quoi, d'ailleurs ?) ou que l'on en redoute la violence, le fait est que frustration après frustration, le pouvoir passant de main en main au mépris des braves gens, et les richesses insolentes exultant d'apparats de plus en plus somptueux, il pourrait devenir inévitable que la distance et le rejet ne débouchent sur l'explosion. Personnellement, je préfère la révolte - avec le potentiel créateur et solidaire du collectif -, au repli - où ne germe que la haine.

Écrit par : Oh!91 | 07 décembre 2011

Mouais... J'étais sans doute dans un grand jour de pragmatisme mais si tu m'invites à une nuit d'utopie, je plonge avec plaisir.

Écrit par : estèf | 09 décembre 2011

Aucun ne me fait mouiller mais toi au moins, tu me fais rire ! :)

Écrit par : Fiso | 10 décembre 2011

-> estéf -> Plongeons donc dans l'utopie, le reste n'est que mauvaise littérature !!
-> Fiso -> Encore que des fois, ça fait pas beaucoup rire, mais bon !

Écrit par : Oh!91 | 11 décembre 2011

Les commentaires sont fermés.