Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 août 2011

les trois sœurs

les trois soeurs.jpg

Juste en passant...

une petite ressucée de vacances, tu l'auras deviné, avant la vraie rentrée, comme à chaque fois. D'où le nouveau silence...

mes trois nièces qui s'invitent à la fête, d'où la fatigue. Et la fraîcheur. Et le titre dérobé de cette note, il paraît que je suis coutumier du fait...

mon jumeau qui, quinze ans après, découvre Budapest sur mes pas, s'y plaît, s'y reconnaît, et se révèle d'un mail. D'où le sourire...

mon sourire clair, justement, passé à portée de main mais que je n'ai su attraper, même pas au vol. D'où... un truc un peu bizarre au milieu du dos.

un vieux pédé qui m'offre du gel douche, à l'instant, espérant juste, sans doute, que je lui découvre mon sexe gonflé sous les douches crasseuses de la petite piscine de campagne. D'où l'amusement...

ah! et puis, la fée, en virée à Paris, entre enchantement et désenchantement. Une, parmi trois écorchées, à leur façon. D'où son billet - trimestriel. Et une voiture cassée. Rien, quoi, comparé à ce à quoi ses mioches la raccrochent. Un truc qui pourrait s'appeler la vie continue.

la vie, tu sais ? Ce truc poisseux et informe, qui s'accroche aux basques même quand tu sais pas où tu vas...
-------------------------
(Illustration volée sans autorisation chez Mariette)

10:20 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Oui voilà, ce truc poisseux et informe qui s'accroche aux basques ...
Mais comment font les gens sans préoccupations ? Sans souci ?
Ils ne s'ennuient pas ? Ils ont des trucs à se raconter ?
Tu crois qu'on est des grands malades nous ?
Moi, là, je voudrais juste être vers toi plus souvent, c'est tout ce que je veux dire. Refaire le monde avec toi, en touchant des pieds en or même si ça me fait sourire, au moins, ça fait sourire.
Enchantement, désenchantement et bientôt une nouvelle rentrée scolaire de la vie qui continue mais rend de plus en plus désabusée. Désabusée pragmatique, c'est peut être une forme de bonheur nouvelle vague non ?

Écrit par : feekabossee | 27 août 2011

-> feekabossee -> le bonheur, version désabusée pragmatique... oh là là, quel programme. Dis, à quel moment on considère qu'il a réussi, le voeu formé sur un pied doré : après une semaine ? un an ? Une vie ?
Bonne rentrée, en tout cas, et j'ai l'oeil sur les récitals de piano (les récitaux ?)

Écrit par : Oh!91 | 30 août 2011

Ben ... si c'est une semaine, pour moi c'est mort. On va se dire un an hein, histoire de garder l'espoir encore un peu vivace.

Écrit par : feekabossee | 31 août 2011

-> feekabossee -> va pour un an. Ca laisse le temps de voir venir

Écrit par : Oh!91 | 31 août 2011

Les commentaires sont fermés.