Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 août 2011

les ailes bohêmes

opéra d'oslo,national radio orchestra of bratislava,musique,bains thermaux

Budapest, la page 2011 est tournée.

je me souviendrai de Bougre et de sa famille, pour qui se transformer en guide touristique est un privilège,

de l'interdiction du naturisme proclamée par une météo folle,

de la proscription de toute visibilité homosexuelle dans les bains thermaux, revendiquée par les nouveaux règlements,

des névroses higiénistes de la soeur d'Igor,

mais du rire qu'elle en conçoit,

de mes névroses à moi que j'ai tues, sauf sur ces pages,

de l'entrain jovial et étonné de Bernard, au premier jour de son séjour et au premier de ses bains, pour qui je fus, à en croire l'oeil pétillant dont il me gratifia, une belle surprise - et lui le plus abouti de mes pis-aller. J'aurais pu engager plus de projets, pour orienter et accompagner sa semaine hongroise, mais je ne m'en sentais pas l'âme,

du sourire virtuose d'un violoniste aux ailes d'ange, Tomas, l'irradiant jeune homme des bains Király, le seul qui soit redescendu à moitié habillé de sa cabine pour me retrouver dans l'obscurité d'une douche et me remettre un papier comportant son nom et son adresse mail, avant de retourner au bras de sa jeune dulcinée, tchèque comme lui, attraper le train qui les ramènerait à Prague. Tomas m'a parlé du plaisir qu'il avait eu à se retrouver dans des bains qui n'existaient pas chez lui, les Turcs n'y étant hélas jamais arrivés, de son contrat qui prendrait fin avec le mois d'août au sein de l'Orchestre de la Radio nationale de Bratislava, du capitalisme industriel du XIXème siècle dans la condition duquel était à nouveau jetée la jeunesse-kleenex d'aujourd'hui, en dépit des talents, des auditions qu'il passerait prochainement à Oslo, avec l'espoir d'y intégrer l'Orchestre de l'opéra ou, pour retrouver "de l'estime de (lui)", celui au moins d'accéder à la phase finale de la compétition.

Je lui ai parlé d'Oslo, où j'avais voyagé quelques mois auparavant juste pour assister - justement dans cet opéra à l'accoustique subtile et à l'esthétique magistralement déstructurée - à la Lulu d'Alban Berg. De Schoenberg, Webern et Berg, il concéda de ce dernier qu'il fut le plus "compréhensible", et de son concerto pour violon, dit à la mémoire d'un ange, auquel il ne s'était jamais attaqué, des plus inspirés.

En me remettant son papier et dans un sourire de braise, il me précisa juste qu'il était peu fréquent de se découvrir des soutiens dans le métier qui était le sien, et qu'il me promettait, en cas de réussite, de me convier à ses programmes musicaux. L'ange partit par les airs, une heure après m'avoir trouvé auprès d'une fontaine d'eau chaude dans un échange de politesses.

Comme quoi, un semblant de culture n'est jamais vain. Associé à un brin de courtoisie, comme de l'union de l'eau et des rêves, il peut en éclore un instant magique. C'est à dire une rencontre.

Pour finir sur une touche sucrée et titiller les infatigables papilles de Bougrenette, je me souviendrai aussi du strüdel tiède aux griottes, et de sa boule de glace aux pavots de chez Menza. Une tuerie, comme elle dit.

Commentaires

Bon reste à attendre la prochaine fois alors : -) et retourner chez Menza, et tout et tout. Bonheur ; -)

Écrit par : Bougrenette | 05 août 2011

-> Bougrenette -> Faut toujours des perspectives, pour avancer, pas vrai ?

Écrit par : Oh!91 | 11 août 2011

merci pour cette plongée dans les eaux
pas très sereines apparemment ....
belles images néanmoins (au sens propre et figuré)
ce fût un plaisir,
de remonter ainsi le courant de ton recit de "vacances"
au plaisir toujours renouvelé de te lire
chaleureuses pensées

nb : ah tiens, l'estime de lui (de soi) ....

Écrit par : olivier | 30 août 2011

-> olivier -> Ah ben tiens, tu es au bout, déjà ?... Merci de ce bienveillant compagnonage, en tout cas, toujours utile à ce pernicieux estime de (soi)...

Écrit par : Oh!91 | 30 août 2011

Les commentaires sont fermés.