Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 juin 2011

la fulgurante matérialité de l'eau

propulsion sou-marine.jpg

Je suis retourné nager cette semaine. Une première fois mercredi, puis encore vendredi et hier. De petites séances, après plus de quinze jours d'arrêt total des turbines. Les récentes douleurs de mon dos sont ennuyeuses, mais pas handicapantes, et j'ai décidé, comme je le fais chaque fois également en cas de tendinite naissante, de ne pas m'y soumettre. Attendre qu'une douleur s'en aille, c'est souvent lui laisser toute la place pour s'installer.

Me replonger dans le bassin m'a fait du bien, c'est peu dire. j'aimerais décrire dans un long paragraphe, ou même en plusieurs pages, l'état de quasi jouissance que m'a procuré la toute première impulsion. J'ai cru pourfendre, immergée, une falaise de glaise, m'introduire dans une anfractuosité utérine. J'étais phoque en eaux glacées, spermatozoïde en pleine compétition. Le temps de ces trois premiers mètres, je sentais l'eau frétiller sur ma peau, se faire écrin soyeux, me toucher plus qu'à l'accoutumée, caresser mon corps depuis la pointe extrême de mes doigts qui ouvraient la piste, jusqu'au bout de mes orteils tendus. J'ondulais, j'étais porté, j'incisais la masse aqueuse, puis, émergeant à la surface, mes membres retrouvaient leur rythme et leurs réflexes, oublieux des vacances où je les avais forcés. Je nageais comme avant la pause, plus sensible simplement à la portée de l'eau, lui découvrant une matérialité inédite, fulgurante et orgasmique.

Ce qui n'empêche que je passe mon week-end de Pentecôte au bureau, et que ce n'est pas pour m'amuser à bloguer. Donc j'en reste là. Je serai à nouveau dans le grand bain demain, dès 8 heures avant de me remettre au travail. Au moins, j'y oublie les poussières du chantier et la turbulence des cœurs.

17:58 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : nager, natation, sensation

Commentaires

D'abord je me suis dit "il a fumé quoi ?" ensuite je me suis dit "ha mais non, il ne fume plus non plus lui" enfin je me suis dit "finalement, l'eau c'est vraiment sa came !"
(Hey, c'est bientôt, bientôt hein ! Allez hop, dernière ligne droite et après tu souffles un peu.)

Écrit par : feekabossee | 13 juin 2011

Aller courage ça approche et cela sera très réussi comme d'habitude.

Écrit par : Bougrenette | 14 juin 2011

-> feekabossee -> C'est vraiment ma came, en effet. Et là, encore trois jours sans la toucher, et je suis déjà en état de manque. Heureusement, à partir de samedi, on va l'enchanter ne peu (heu! j'ai fumé quoi, encore...)
-> Bougrenette -> Inch allah ! Bises. Tu vas nous manquer...

Écrit par : Oh!91 | 16 juin 2011

Les commentaires sont fermés.