Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 mai 2011

saison des chantiers

stany.jpg

J'ai commencé hier un grand chantier à la maison : j'inverse ma cuisine et ma salle de bain. Dix ans après être venu m'installer dans mon petit pavillon de banlieue, au calme et à l'air, l'opération lifting se fait par de la chirurgie lourde.

Il a fallu faire des cartons, pousser les meubles du séjour pour libérer de la place, bâcher tant qu'on pouvait. Des casseroles et des paquets de pâtes trainaient encore dans les placards quand les ouvriers sont arrivés à 7h30 et ont commencé à tout casser. (Instant de grâce quand le jeune et beau David a fait de nos regards son vestiaire)

Depuis, c'est Beyrouth à la maison... plâtres et colle à nu sur les mûrs, carrelages arrachés, gravas, moignons de câbles... Plus un fauteuil ni un canapé où me vautrer. Et cette petite poussière qui se glisse partout, jusqu'entre les doigts et les touches de ce fichu clavier.

Donc résumons :

Le chantier de ma toiture, tombé dans les mains de margoulins il y a presque deux ans, est perdu dans les limbes judiciaires : une audience est fixée pour novembre, mais la petite entreprise a bel et bien disparu dans la nature.

Le chantier de couverture de l'A6B n'en finit pas de finir, mais il semble évident que cet été n'en sonnera pas le bout.

Le chantier de mon cœur, c'est à peu-près Fukushima : j'ai réussi à en refroidir les ardeurs, mais il y a toujours des fuites radioactives. Il est temps que je m'attelle au sarcophage.

Au chantier du tramway, près de la piscine Roger Legall, on commence à poser les  rails. Et les beaux jours y conduisent un jeune et frémillant public, au maillot Kalvin Klein prèt à se laisser tomber aux pieds pour un oui pour un non.

Quant au chantier de mon métier, là, encore trois semaines à tenir, après, je livre, quoiqu'il arrive.

Et désormais donc, un chantier de plus qui ne verra pas sa fin avant septembre, celui de mon chez moi...

Et avec tout ça, j'ai le dos en compote.

08:42 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

COURAGE pour tenir dans cette tourmente du renouveau de ton chez toi !

Écrit par : mume | 29 mai 2011

En chantier de vous connaitre...

Écrit par : RPH | 29 mai 2011

oups, quel chantier...
courage à toi

Écrit par : Gilles | 29 mai 2011

Quel bâtisseur ! Tu oublies ton chantier d'écriture ! Quelle belle formule : "le jeune et beau David a fait de nos regards son vestiaire".

Écrit par : estèf | 30 mai 2011

-> mume -> Merci - j'espère ne pas avoir de mauvaise surprise, mais si la période du chantier sera longue (puisque ça se passe au black, et donc seulement les week-end...!!), le résultat devrait être assez sympas. les ouvertures déjà en place, je commence à avoir un aperçu du résultat final. Je croise les doigts...
-> RPH -> Excellent !
-> Gilles -> merci, j'esère tenir !
-> estéf -> Pour l'écriture, je suis pas bien sûr d'être dans la construction... en tout cas aucune date de livraison n'est arrêtée.

Écrit par : Oh!91 | 31 mai 2011

Moi je suis très inquiète. Elle devient quoi la chambre d'ami puisque vous pétez tout ???
(j'ai un indic', j'ai vu des images)

Écrit par : feekabossee | 04 juin 2011

-> feekabossee -> C'est ça, dès qu'on fait des travaux, les ouvertures sont beaucoup moins étanches. Pour te rassurer, la chambre d'ami, rendu au triste sort de l'entrepôt pour encore quelques semaines, va retrouver toutes ses couleurs et ses fonctions... Avec une réservation d'avance pour toi. Que ce soit dit !

Écrit par : Oh!91 | 05 juin 2011

Bienvenue au club!

Tu râles, mais je constate que tu t´es débrouillé pour que le jeune et beau David vienne passer ses week-ends chez toi, et en pleine chaleur estivale...

Tu as bien fait de tout bacher, ce qui ne t´empêchera pas d´avoir une sacrée surprise quand tu ôteras ces baches...

Fidèle à ton blog, je vois que tu n´as pas pu t´empêcher que même tes travaux se déroulent entre deux eaux.
Au fait, une petite suggestion espagnole, si tu le vois utile: parmi les nombreuses choses qui me semblent tellement coutumières ici, et j´en oublie complètement que les français font les choses autrement, mes amis et parents de visite s´étonnent toujours de voir dans chaque pièce d´eau deux manettes de robinet, rouge et bleue, sur le mur. Je leur explique que c´est pour couper l´eau dans cette pièce en cas d´avarie ou de travaux, sans devoir la couper dans toute la maison. Comme ils trouvent que c´est pas con, et en plus, élémentaire à installer pendant qu´on est en travaux, cela pourrait peut-être t´inspirer.

Mais bon, tu as le beau David pour s´occuper de ton robinet...

Écrit par : zarxas et des poussières... | 10 juin 2011

-> zarxas et ses poussières -> et tes ouvriers, ils sont mignons tout pareil ? J'adore tes arrivées en rafale et en fanfare (sauf que normalement, les débarquements, c'est les 6 juin, pas les 10 !! Pas mal l'idée d'un robinet général par pièce. Mais pour chez moi, c'est trop tard.

Écrit par : Oh!91 | 11 juin 2011

Les commentaires sont fermés.