Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 avril 2011

l'après Fukushima

apres fukushima.JPG

"On  ne  résout  pas  un  problème  avec  les  modes  de  pensée  qui  l’ont  engendré"
Einstein

Or on s'attaque à Fukushima avec... une norme de sûreté. Bravo Sarko ! Mettre les pieds pendant quatre heures sur le sol nippon pour pondre juste un bidule, bravo vraiment ! Areva est fier de toi...

Je crois qu'il y a mieux à faire que de changer une norme, mieux que de la rendre internationale, mieux que de se préparer AU risque de plus, mieux que de jouer la guerre des technologies...

Nous sommes dans l'après Fukushima, qu'ils le veuillent ou non, qu'ils soient près à le voir ou non. Je refuse que l'oligarchie productiviste me conduise, ni mes nièces ou leurs enfants, ni mes amis et les gens qui me sont chers, dans l'abîme ou un futur noir de science fiction.

L'heure est à voir le développement hors du sillage de l'accumulation des richesses et le progrès autrement qu'en vulgaire avatar du capitalisme. C'est ça, l'après Fukushima. C'est la réponse écologique aux inégalités sociales. C'est la résistance sociale et la défense de l'environnement qui se vivent autrement qu'en rivales. C'est le bonheur ailleurs que dans la possession, c'est la redécouverte de la richesse intérieure, des richesses intérieures, de la culture, des cultures, probablement la restauration des vertus du multiculturalisme. C'est le bien partagé plus grand que le bien privatisé, c'est le devoir de solidarité, c'est la pénalisation de la sur-possession. Ce sont les limites de la planète acceptées pour ce qu'elles sont parce que jamais travesties par l'injustice. C'est le Front de Gauche et Europe-Écologie qui apprennent à sortir de l'esprit de boutique et se présentent ensemble aux prochaines élections. Et qui - tu sais quoi ? - se trouvent beaux et fiers de ce dépassement...

Ouais, bon, on n'en est pas là. 2012 ne l'aura pas encore digéré, et ça ne viendra pas de France, c'est à peu près sûr. Mais l'après Fukushima, ce sera ça. Ou ce ne sera rien !

09:50 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

Dis, cher Oh, tu nous redonnerais presque un peu d'espoir ! Mais tu crois vraiment qu'on peut sortir le Front de gauche du "productivisme social" ?

Écrit par : estèf | 03 avril 2011

-> estéf -> Je crois qu'il y a dans le front de gauche beaucoup de gens qui en sont déjà sortis depuis longtemps dans leur tête, et qui aimeraient bien que ce combat ne soit pas oublié à chaque bataille décisive, au nom de l'urgence sociale et du repli identitaire... Mais Mélanchon n'a-t-il pas participé au tout premier rassemblement au Trocadéro, après Fukushima ?

Écrit par : Oh!91 | 07 avril 2011

rien à voir avec le sujet, mais puis-je savoir où vous avez trouvé cette magnifique illustration
merci

Écrit par : nat | 02 novembre 2011

rien à voir avec le sujet, mais puis-je savoir où vous avez trouvé cette magnifique illustration
merci

Écrit par : nat | 02 novembre 2011

-> nat -> Excusez ma réponse tardive... Hélas, je n'arrive pas à me souvenir où je suis allé voler cette image. Je pratique beaucoup avec des mots-clé sur Google image, pour trouver mes illustrations, et je dois dire que je manque parfois de délicatesse à l'égard de leurs auteurs. Merci de votre passage, en tout cas.

Écrit par : Oh!91 | 05 novembre 2011

Les commentaires sont fermés.