Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 janvier 2011

le cadeau à ma nièce

File_030.JPG

Il y a juste un an, je t'avais parlé de la maladie de ma nièce. Le traitement fut lourd et radical. Elle avait passé Noël à l'isolement. Mais retrouvant peu à peu les chemins de l'alimentation à force de chercher la sortie du tunnel, puis reprenant du poids au printemps, elle avait pu sortir et, encore instable, reprendre place sur les bancs du lycée. Malgré l'épreuve et le doute, en dépit de la fragilité, elle réussissait son bac, glanant au passage une mention assez-bien qui valait médaille d'or olympique.

Et cet été, nous l'emmenions avec nous à Madagascar. La promesse de ce voyage, attendu puisque devenu une règle pour les 18 ans de nos nièces, mais annoncé au plus fort de son isolement en cadeau de Noël, avait constitué un puissant motif de lutte contre la maladie.

Ce voyage, qui était ainsi déjà un succès, et où elle connut l'amour pour la première fois non sans me plonger dans un certain désarroi, je te l'ai raconté , tout le mois d'août, dans 11 chroniques parfois intimes dont je suis particulièrement fier, et qui forment encore, en haut à droite, une partie de l'ornementation de mon blog.

J'ai repris ces billets tels-quels. Les nettoyant à peine de quelques allusions grivoises ou déplacées. Je les ai mis à la deuxième personne du singulier, remplaçant chaque "ma nièce S." par un joli "tu" tout rond. A l'aide du logiciel de livres-albums d'un grand laboratoire photographique, j'y ai mêlé mes meilleures photos, respectant scrupuleusement les règles de l'édition : démarrant chaque chapitre sur la page de droite, positionnant proprement les colonnes et les titres, respectant la casse... j'en ai fait un livre. Un beau livre illustré. Sensible et personnel. Et je le lui ai envoyé dans un papier d'argent, par la poste, juste après Noël.

Hier, je recevais ce SMS de sa part :

"Merci tonton. Je ne sais pas exprimer ce que j'ai ressenti en voyant ce livre de toi par toi. C'est puissant. C'est magnifique. Je t'embrasse très fort."

Puis deux heures plus tard, celui-là :

" La lecture est achevée, je viens de lire le dernier mot. Tu as raconté ce voyage avec sensualité et érotisme, faisant naître des sentiments très forts. Merci de t'être autant livré, j'en suis touchée à l'extrême. Je t'aime, tonton, il me tarde qu'on puisse se retrouver pour échanger encore et encore sur ce rêve malgache".

Disons que réussir à être tonton, ça aura au moins déjà été quelque chose !

22:51 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

tu es magnifique !

Écrit par : estèf | 08 janvier 2011

-> estéf -> Il y a au moins toi pour me le dire...

Écrit par : Oh!91 | 09 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.