Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 décembre 2010

Stockholm

2500618027_small_1.jpg

Je voulais te parler de mon trouble, des vagues-à-l'âme qui me traversent. J'y ai peiné, mais voilà, c'est fait, on va donc pouvoir passer à autre chose et revenir à la musique.

Je voudrais juste dire et redire qu'en écrivant ainsi, j'utilise le blog pour ce à quoi il sert : parler de moi. Je n'y parle donc que de moi.

Tu pourrais y voir un récit à charge, le portrait d'un ingrat, te prendre de pitié pour moi, mais mon intention n'est pas d'orienter ainsi ta vision de l'ami qui est en cause. Le seul sujet, c'est moi. C'est ma façon de vivre les choses, de m'y soumettre, de les vivre sur le mode de la soumission, ou de les dire ainsi.

Ce trouble, c'est d'abord et avant tout mon procès. Et si l'on doit juger un persécuté, il n'y a pas pour autant de persécuteur.

Mon ami est innocent de son manque d'amour. Il est libre et pur. Je ne suis ligoté que par les projections que j'en conçois.

Aime-moi,  console-moi, accompagne-moi. Mais s'il-te-plaît, ne l'accable pas, ne le fragilise pas. Il est libre et pur. Et moi, j'écris pour me libérer, pour me soulager, ne parlant que de moi, usant de l'excès pour retrouver du souffle.

Au fond, ce n'est qu'une petite littérature...

23:46 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (7)

Commentaires

Quel joli billet que cette conclusion (provisoire !), et rassurante en plus...
Porte-toi bien !
A bientôt

Écrit par : estèf | 31 décembre 2010

Je te lis là-dessus et je ne veux surtout pas te dire quelle attitude adopter. Ce billet, justement, montre la maturité et le détachement dont tu fais preuve. Je veux simplement te faire savoir que je te lis et que je te souhaite de souffrir moins.

Écrit par : Doréus | 31 décembre 2010

-> estéf -> cocu et digne, n'est-ce pas l'étoffe des grands ? (mais putain que ça fait mal !)
-> Doréus -> Merci pour ta retenue, sois sûr que je l'apprécie. J'aimerais bien que ce détachement soit totalement accompli. Parfois, je m'en sens capable. C'est subreptice. Il faudrait que je fasse comme dans mes apprentissages aquatiques autrefois. Une fois perçu le détachement, une fois reconnu, m'efforcer de le reproduire, de le répéter, de le retrouver, et puis peu à peu ne plus le lâcher... Mon expérience, avant d'y arriver, c'est qu'il ne faut pas avoir peur de se boire des tasses... Bonne année à toi.

Écrit par : Oh!91 | 02 janvier 2011

Boire des tasses (au propre comme au figuré), ça fait partie du processus d'apprentissage... J'en connais aussi quelque chose.

Écrit par : Doréus | 02 janvier 2011

-> Doréus -> ...et toujours recracher l'eau, après la tasse ! ;-) Même par le nez !!

Écrit par : Oh!91 | 03 janvier 2011

Tu es incroyable ...

Écrit par : Bougrenette | 03 janvier 2011

-> Bougrenette -> Pas encore autant que toi !...

Écrit par : Oh!91 | 06 janvier 2011

Les commentaires sont fermés.