Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 décembre 2010

un violoncelle égaré dans les douches

 

paris-neige.jpg

J'aurais été dans tous les plans pour éviter les pièges de l'hiver. Après Budapest au début du mois, j'étais ce week-end (version prolongée), dans le Sud, où je rendais une petite visite à ma maman avant les fêtes de Noël. Et si le mistral glacial n'a pas accompli sa promesse de ciel bleu, au moins n'aura-t-on pas vu la couleur de la neige.henri-demarquette.jpg

Puisque j'ai du nez, je me suis dégotté, d'abord, un petit concert classique de derrière les fagots, avec - entre un Oiseau de feu (Stravinsky) et une Rhapsodie espagnole (Ravel) - je te le donne en mille : un concerto pour violoncelle, celui de Dvorák, fort agréablement charpenté, interprété avec énergie par Henri Demarquette et l'Orchestre français des jeunes, actuellement en résidence au Grand Théâtre de Provence.

Et puis aussi une piscine olympique. Yves Blanc est un bassin rapide, à fond plat et peu profond. Hors-mis dimanche, les lignes d'eau étaient clairsemées et l'on y nageait avec agilité. Si les vestiaires, face au personnel de cabines, sont strictement cloisonnés, les douches y ont aussi leurs recoins où un peu de réconfort viril peut venir récompenser les efforts accomplis dans l'eau. Ça soulage, mais ça ne compense pas un violoncelle. Je me comprends.

Météo France annonce le redoux. Je vais donc pouvoir remonter tranquillement, et faire semblant d'aller travailler ces prochains jours, dans le calme des confiseurs, sans la pression des collègues et de la hiérarchie. J'adore.

Quand à mon trouble, dont tu te soucies, il est là, profond, sourd, inquiétant, nourri de défiance, il gronde dans les basses sans trouver encore à se structurer sous ma plume, mais j'y viendrai, bientôt. En contre-ut des fêtes ?

Commentaires

Faut-il se méfier de l´eau qui dort?
En tous cas, tu as eu raison, un peu d´oiseau de feu, de mistral et de rhapsodie espagnole sont fort appropiés contre l´humidité stagnante et ses moisissures.

Écrit par : zarxas | 21 décembre 2010

-> zarxas -> L'eau ne dort jamais. Même prise dans la glace, paraît-il... Bah, c'était bien, et ça permet de relativiser l'idée selon laquelle ne se passeraient des choses qu'à Paris...

Écrit par : Oh!91 | 21 décembre 2010

hum j'avais perdu le fil de tes tours et détours. Ton trouble se laisse deviner mais comme caché, ne cherchant pas à s'exprimer réellement (enfin c'est comme ça que je le ressent) tu vibres : -) sur une fréquence que l'on ne perçoit pas, et j'espère pouvoir t'entendre.

Écrit par : Bougrenette | 21 décembre 2010

Les commentaires sont fermés.