Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 novembre 2010

à la poursuite de Lulu

Agneta-Eichenholz-as-Lulu-001.jpg

Lulu, prototype de la femme fatale. Indomptable. Insondable. Libre. Partie de rien, finie comme rien, elle a tout connu sur le grand cycle du néant, jusqu'au meurtre. Elle est celle derrière qui l'on court à en mourir, sur l'échine de qui l'on se fracasse. L'objet du désir par excellence.

L'opéra d'Alban Berg en a fait un animal de foire, presque une princesse hottentote, quand la pièce de Wedekind en avait fait le paratonnerre à tous les fantasmes.

Je l'écoute et l'écoute à m'en repaître, ces jours-ci. Sous les baguettes de Pierre Boulez ou de Karl Böhm, enregistrements mythiques, paraît-il. Cultes, dirait-on aujourd'hui. Inaudible aux premières écoutes, puis encore aux suivantes, la partition d'Alban Berg prend finalement forme à mes oreilles, la dramaturgie s'anime peu à peu. La pièce de Wedekind, montée au théâtre de la Colline et que je suis allé voir dimanche, m'a permis d'y ajouter des images, des nuances aux personnages - épaisseur ou futilité - et certaines grilles d'interprétation.

Depuis, la musique m'en apparaît plus juste, plus intense encore.

Donc je suis prêt. Prêt à filer sur Barcelonne, courir à mon tour - c'est cocasse - derrière Lulu, et ce 189626-patricia-petibon-pavol-breslik-pendant.jpgfaisant assister à mon premier monument lyrique : Patricia Petibon dans le rôle titre, et Olivier Py à la mise en scène !

A la clé un week avec celui qui, il n'y a pas si longtemps encore, me laissait m'asphyxier dans mes propres frustrations, et aujourd'hui me tient par la main pour m'introduire dans ce sanctuaire réservé.

Avant de revenir de ce pèlerinage vers le futur, et d'en partager avec toi mes impressions, forcément belles, je te signale que la version théâtrale qui vient de m'enjouer à la Colline sera en tournée en janvier (*) : à Toulouse, à Grenoble et en Bretagne (hé hé ! - clin d'œil à quelques uns de mes blogo-lecteurs préférés).

Et vraiment, c'est à voir.

_________________________

(*) Grenoble MC2 du 7 au 13 janvier 2011, Nantes Le Grand T du 19 au 22 janvier 2011, Toulouse TNT du 27 au 30 janvier 2011

Commentaires

Ainsi donc, tu seras à Barcelona ce week, de l'autre côté de la montagne... J'espère que tu auras le temps de te plonger dans la ville, de sentir la force des catalans, et peut-être d'entendre l'estaca.

Écrit par : estèf | 11 novembre 2010

-> estéf -> Plonger dans la ville, pour sûr ! Sentir la force des Catalans, que veux-tu dire au juste ??? ;-) Quant à l'estaca : tiens, j'en ai trouvé une belle, là, avec Zebda : http://www.youtube.com/watch?v=x5LIXYnpexk

Écrit par : Oh!91 | 12 novembre 2010

La force qui se dégage de cet hymne, tu connais beaucoup d'autres exemples ? Un hymne qui ne répond pas aux bruits de bottes par un bruit de botte...

Écrit par : estèf | 13 novembre 2010

-> estéf -> Je n'en connais pas. Aprés l'avoir vu hier soir, vraimemnt je n'en connais pas qui qit pareille force. C'était tout bonnement exceptionnel. Quel opèra, mon dieu !

Écrit par : Oh!91 | 14 novembre 2010

Les commentaires sont fermés.