Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2010

ainsi va la blogo

une terre en chiffon.jpg

Un gros ballon gonflé de mots et d'images, de vérités et de mensonges, d'usurpations et d'exhibitions, une sphère gigantesque, pas tout à fait lisse. De l'eau dans les crevasses. Des sables mouvants, presque inconsistants. Des îles qui se forment sous l'effet des courants, ou qui disparaissent ensevelies, avec leurs passagers clandestins. La faute aux bouleversements climatiques. Quelques plaques tectoniques qui se meuvent avec lenteur, qui font qu'on la reconnaît depuis l'espace. Autour, des réseaux sociaux en anneaux, des météores qui constellent le ciel de twitts fulgurants. On y naît, on y meurt, dans l'indifférence ou les larmes.

Bleue et paisible de loin, hospitalière de prime abord, on peut s'y perdre, s'y enliser, s'en ennivrer, s'encanailler à bon ou à mauvais escient pour peu qu'on y jette l'ancre.

Si tu y touches elle te transforme, si tu l'ignores elle te rattrape. Tu y vois une fenêtre pour échapper à quelque chose, puis elle t'enferme à son tour. Tentaculaire. Illusoire. Prédatrice.

Trente-sixième mois que j'y navigue. J'en côtoie les pièges. Des ailerons tournoient sans cesse autour de mon embarcation. Parfois la houle est tempétueuse. Mais j'y trouve encore les récifs paisibles et les baies protectrices.

Marin des grands chemins, j'ai appris à avancer sans plus me retourner sur les cadavres en décomposition. Mais ils m'habitent.

Parfois le ciel prend la figure des ogres.

Commentaires

c'est mi figue mi raison, non raisin, tout ça !? mais ça me semble bien triste.

Écrit par : Bougrenette | 22 octobre 2010

Belle image. C'est ce que je voulais dire avant de lire le commentaire précédent... Mais finalement je persiste, parce que les accidents et les crevasses exaltent aussi les "récifs paisibles et les baies protectrices". Et aussi parce que les mots ici, justement ici, me sont souvent porteurs.

Écrit par : Axel | 22 octobre 2010

"Parfois le ciel prend la figure des ogres."
superbe, forcément superbe ... aurait dit Duras

il est des blogs qui donnent beaucoup plus que ce qu'ils imaginent
au delà du plaisir de lecture
on s'identifie parfois
quand ils se taisent, puis disparaissent on s inquiète
on ne se connait pas mais pourtant tout sauf l'indifférence

souhaits que tu navigues entre les récifs paisibles vers les baies protectrices, longtemps, longtemps .

Écrit par : Gilles | 22 octobre 2010

Est-ce que la blogosphère devrait être différente du monde qui nous entoure ? Non, impossible voyons, puisque ceux qui l'habitent, habitent aussi ce monde auquel certains tentent d'échapper. L'humain reste l'humain où qu'il se transpose et entraîne avec lui tous ses défauts et qualités, grandeur et médiocrité. C'est une illusion de croire qu'ici serait mieux que "dehors". Ici et là-bas c'est le même monde démultiplié. Une fois cela accepté, plus de déceptions, plus de désillusions mais une autre sphère offerte pour communiquer, rencontrer. Je trouve cela plutôt bien, non ?

Écrit par : Gicerilla | 23 octobre 2010

Trente-sixième mois, trente-sixième dessous?

Écrit par : RPH | 23 octobre 2010

-> Bougrenette -> pas triste, ma bougre, pas triste... juste un peu amer de voir l'horizon se transformer si vite, de voir des tentatives avorter, et en même temps, la vie est faite de cela. Je suis peut-être trop conservateur, et aimerais que rien ne change, que tout ne fasse qu'embellir...
-> Axel -> Il me semble que c'est ton premier commentaire ici. Ce que tu écris me touche. Merci de témoigner ainsi de ta présence ;
-> Gilles -> Fidèle parmi les fidèles, toi, alors... Tu es de ces dauphins qui viennent danser autour du voilier quand le ciel est clément, et dessiner sur mon visage un sourire bête. Écoute : je crois bien qu'en ce qui me concerne, c'est parti pour durer longtemps encore. Je ne sais parfois plus vraiment comment, mais je me surprend toujours à dénicher un vent quelconque pour relancer la machine. Merci ;
-> Gicerilla -> Oui, oui, oui, Gi, mille fois oui ! Ce post est noir, mais il n'efface rien de ce qui est clair. Il est sombre parce qu'une étoile s'est éteinte. Une qui m'était chère. Alors d'un jet, j'ai voulu l'écrire, entre deux réunions au travail, et d'un clic, je l'ai balancé. C'est terrible, un clic. C'est facile. C'est difficile. Mais je crois profondément à ce que tu dis de la rencontre : ne l'avons nous pas éprouvé nous-même ? C'est peut-être dans cette faculté à ne pas maintenir trop d'étanchéité entre cette bulle virtuelle et le monde réelle que l'on trouve finalement les ressources pour continuer, non ? Je crois que je veux mon blog connecté ad vitam sur le monde réel !
-> RPH -> Toujours concis, toujours bien senti !

Écrit par : Oh!91 | 23 octobre 2010

"sur les cadavres en décomposition" ??
Pas tout à fait. Mais presque.
Bon anniversaire.

Écrit par : Boby | 23 octobre 2010

-> Boby -> Mais non, rappelle-toi : les trois ans, ce sera le 16 novembre...! J'y reviendrai d'ailleurs Là, je n'ai fait qu'entrer dans le 36ème mois... Bises en passant.

Écrit par : Oh!91 | 24 octobre 2010

Une errance sur la planète que tu décris.
Ce blo(h!)g qui m'agita tellement.
Je me souviens du jour de la première lecture.
La parole qui déclencha.
L'ivresse.
Une soif terrible.
(...)
Le ciel prend la figure des ogres.
Ils ne me croqueront pas...

Dis, tu connais ce jeu d'enfant?
Qui consiste à voir dans le ciel.
Ce que bon me semble.
J'y ai joué hier encore.
Tout va bien.
En ce moment, j'y vois de l'oh!.

Hey. Merci toi ;-)

Écrit par : πR | 25 octobre 2010

que sont ces sanglots longs...?

Écrit par : Francis | 25 octobre 2010

-> πR -> Comme le chanterait Ferrat, "tu aurais pu rester, encore un peu !..." Mais bon, tu sais et ce que ça me fait, et ce que j'en pense. La bonne nouvelle dans l'histoire, c'est que tu es un homme libre. Et tu sais comment on les reconnait, les hommes libres ? Ils voient ce qu'ils veulent dans le ciel ! Je te souhaite de les trouver partout, y compris sur la terre ferme, la liberté et son chemin. Tu restes mon filleul ;
-> Francis -> Ce n'est qu'un cri. Il faut crier pour rebondir. Et parfois savoir crier fort !

Écrit par : Oh!91 | 25 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.