Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 septembre 2010

ma fête

2007099FeteHuma.jpg

La fête de l'huma, pour moi, c'est des tas de souvenirs d'enfance, le retour à la maison avec une peluche géante sous la bras gagnée au Secours populaire, ou un poisson rouge.

C'est mes jeunes années, privées de spectacle, passées à animer un stand, puis à mobiliser des équipes, à faire signer des pétition, à compter des adhésions.

C'est la convivialité d'adulte, dépourvue d'obligation, des moments de retrouvailles avec des amis que je ne revois que là, ou avec mes amis blogueurs de nouvelle génération, autour de plats gastronomiques, de salades landaises, de confits d'oie, de plateaux de fruits de mer, de saucisses-aligot - car contrairement à l'image véhiculée, la merguez n'est pas le signe distinctif de la fête de l'huma - qui se concluent par des tours de chant ou des petits pas de danse.

C'est de grands moments de concert, le dernier de Bashung ou Roger Hogson il y a deux ans, celui de Le Forestier l'an passé, ou ceux de l'Orchestre symphonique de Radio France, au milieu de garçons aux torses affriolants

C'est ma petite famille qui en fait son rendez-vous rituel, monte du sud pour l'occasion et se la vit de A jusqu'à Z, quand moi je pourrais me contenter du F. F comme Ferrat, tiens, à qui un hommage d'artistes sera rendu, ce samedi, en début d'après-midi sur la Grande scène.

Bref, la fête de l'huma, parce qu'il n'y en a pas deux, j'y serai encore tout ce week-end. Et il m'étonnerait qu'avec ma nièce S. qui fait partie du voyage, nous ne passions pas par le stand de Madagascar !...

Commentaires

Cette année, j'aurais bien aimé en être. Mais j'y serai un peu avec toi, Camarade !
A la grande liberté...

Écrit par : estèf | 11 septembre 2010

J'ai beau creuser ma mémoire cette fête là je n'y suis jamais allez.
Quand j'étais gamine, la rentrée scolaire était plus tardive, donc mes parents nous laissaient à la campagne chez une de nos tata.
Et eux filaient à " la fête"!
Lorsque nous étions enfin de retour leurs yeux en brillaient encore.
Décortiquant le discours de Machin et de Chose à l'infini.
Une année ma mère en revint le pied droit démis,une très sévère entorse, qui handicapa longtemps le pied et le caractère!
Ceci étant probablement la cause de cela ...

Écrit par : mume | 13 septembre 2010

-> estéf -> D'ailleurs... je t'y ai vu !!...
-> mume -> Non, c'est pas vrai, tu n'y es jamais allée ? Toi ? Bon juré, si ça te dit, l'an prochain on s'y donne rendez-vous... du bon pied, et du bon oeil !

Écrit par : Oh!91 | 14 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.