Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 août 2010

Mada (0) sortie de jachère

madagascar.jpg

Au premier jour, les écrans vidéo du B-777 de la Kenya Airways étaient hors d’usage mais les huit heures trente de vol vers notre escale de transit à Nairobi nous parurent courts.

Au deuxième jour, des enfants tiraient au bout d’une ficelle des bouteilles en plastique écrasées, promenant l’un derrière l’autre, au pas de course sur un trottoir escarpé d’Antananarivo, leur joyeux compagnon d'infortune. Des sourires, le dénuement, et les inévitables tensions urbaines.

Au troisième jour, ce sont les rizières en terrasse des hauts plateaux malgache qui nous offrirent, sous une brise tranquille, notre deuxième coucher de soleil.

Au quatrième jour à Antsirabe, je chantais On ne voit pas le temps passer lors d’une improbable soirée karaoké. Notre chauffeur Nina avait un beau frère directeur d'agence bancaire chez qui nous fûmes invités à partager des rhums parfumés des familles.

Au cinquième jour, ma nièce S. avait épuisé son stock de stylos et acheté du riz et des bonbons à offrir.

Au sixième jour, il faisait nuit lorsque nos tentes prirent place, au terme d'une journée de pirogue, sur madagascar 4.jpgune lagune de sable au bord du Tsiribihina.

Au septième jour, ce blog poursuivait sa jachère, si loin de mes pensées. Un vol de sarcelles éclipsa même les crocodiles approchés à peine plus tôt.

Le huitième soir, les pirogues remisées et les piroguiers remerciés, fut la soirée des zébus.

Le neuvième jour, miracle des Tsinghy, annonçait le dixième.

Aux premières lueurs du dixième jour, un peu honteux, le jeune guide de la veille sortait timidement de la petite tente, abandonnant sur les pommettes de ma nièce, devenue femme en une nuit, un parfum de grâce inconnu, et laissant son tonton à de turbulentes questions sur le passage, les rites et la responsabilité des tuteurs, que rassurerait seule la majesté impériale des baobabs géants.

Au onzième jour, je retrouvais un transit intestinal normal.

Au douzième jour, nous eûmes notre onzième coucher de soleil, cette fois sur les larmes du retour, proche d’une plage où j’abandonnais mon téléphone portable et son laborieux répertoire à l’appétit des requins blancs.

Au treizième jour, le film du voyage se déroulait à l’envers sur un ruban de sept cents kilomètres de riche humanité.

Au quatorzième jour, je me faisais dérober mes quatorze premiers euros à l’aéroport d’Antananarivo. Ou peut-être en faisais-je don sans le savoir à des va-nu-pieds à l’indignité incomparablement moins féroce que celle de touristes blancs incapables, par leur condition même, par leur parfaite inutilité, de rivaliser en humanité avec des hommes et des femmes qui savent tout et plus du monde et de la vie.

Au quinzième jour, les écrans vidéo du B-777 de la Kenya Airways étaient réparés entre Nairobi et Paris. Le temps nous parut long à mourir.

Au dix-septième jour, je débute une série de chroniques sur Madagascar. Certain de n'être pas à la hauteur de ce fertile tourbillon de rencontres.

(lire ici Mada 1 : Jules-César)

Commentaires

Heureux de te relire et de te retrouver avec ce joli carnet de voyage. A bientôt cher oh!

Écrit par : estèf | 04 août 2010

Chouette !
J'ai hâte de lire les détails de cet appétissant compte à rebours.
(n'attends pas bcp de commentaires, c'est le désert sur la blogosphère et seules les rimes prolifèrent)
:)

Écrit par : Fiso | 04 août 2010

-> estéf -> L'oeil toujours en alerte, je vois... A propot de carnet et de récit, il me semble que tu en as commencé un chez πR (hé, hé !) et que l'on en attend toujours la suite...
-> Fiso -> mais si déjà de rimes
tu ne ne me guère brimes,
si seuls pour toi, estéf et une poignée d'autres je trime,
me voilà gratifié de déjà belles primes.
La trêve n'est au fond pas un crime.
Alors t'inquiète : à l'horizon point de déprime !

Écrit par : Oh!91 | 05 août 2010

Pas d'inquiétude! Il y a encore des lecteurs (même s'ils ne commentent pas souvent)
Mes vacances approchent... mais je rattraperai mon retard éventuel début septembre!

Écrit par : nicolas | 05 août 2010

Il est revenu. Joie. Raconte nous. Tes paysages, tes rencontres, tes émotions dans un pays que j'imagine magnifique.

Écrit par : πR | 05 août 2010

-> nicolas -> De toute façon, toi, tu es de la trempe de ceux qui bloguent même pendant leurs vacances, non ? Encore visible à la Comète la semaine prochaine ?
-> πR -> Je vais te raconter, va. Par le menu. J'en ai plein le coeur et les doigts, et en plus, tu sais quoi ? Je n'ai pas eu de promotion cet été, j'aurais donc tout le loisir d'écrire, même peut-être pendant mes heures de... loisir. Content de te revoir par là aussi.

Écrit par : Oh!91 | 05 août 2010

un clic pour le cas où ...
et bien oui le blogueur favori est de retour !

Écrit par : Gilles | 05 août 2010

:-)))) cool cool, hâte hâte, va falloir nous organiser un truc pour que tu puisses nous raconter tout ca de vive voix ! (quoi comment ça je m'impose chez toi le dimanche midi pour le brunch que tu sais si bien préparer ?! ;- ) )

Écrit par : Bougrenette | 06 août 2010

-> Gilles -> Sympa, l'accueil ! Que c'est bon de se sentir désiré (que va dire mon psy, qui m'interrogeait sur ma propension à toujours vouloir donner une image idéalisée de moi...?!?)
-> Bougrenette -> Ben, je croyais que tu visais le Cher, pour ton brunch, ce dimanche ?!?...

Écrit par : Oh!91 | 06 août 2010

Alors là je vais te lire avec avidité, impatient que je suis de connaitre mada (comme disent les réunionnais "ennemis") et un jour d'y aller.. je vois que Nairobi est toujours aussi bouleversant.... et aussi que tu t'acoquines avec les banquiers !!!
remarque marginiale, pourquoi écris tu "couché" de soleil (mais je ne cherche pas de querelle "intestine" !)

Écrit par : Francis | 06 août 2010

-> Francis -> C'est corrigé... encore que ce couché de soleil avait la saveur d'un émincé de volaille ! (oui, bon, bof !...) Accroche-toi, je commence la publication !

Écrit par : Oh!91 | 06 août 2010

Envie de voyage. Ca commencera ici, par procuration !

Écrit par : Gicerilla | 08 août 2010

-> Gicerilla -> Allez hop ! Embarquée, la Gi... Mais je vous en conjure : ne me parlez pas de mon psy pendant le voyage...!!

Écrit par : Oh!91 | 08 août 2010

je suis d'accord avec toi, ce "couché" avait un "son "..rimant presque avec boucané, c'est pour ça que je pensais que tu l'avais vu ailleurs..
c'est parti donc pour Mada, mais comment vas tu faire pour écrire aussi sur les championnats de natation à Budapest, double raison pour toi de prendre la plume ?????

Écrit par : Francis | 09 août 2010

-> Francis -> Bah ! Budapest, cette année, ça se passera à la télé, sans doute pas beaucoup sur le blog. A moins qu'il s'y passe un truc exceptionnel qui m'inspire... On verra : encore beaucoup à dire sur Madagascar !

Écrit par : Oh!91 | 09 août 2010

Tu me pistes aussi ! T'inquiète, je vais aller finir chez πR...

Écrit par : estèf | 09 août 2010

-> estéf -> Ah! Il était temps, Toi aussi, tu fais dans la série télé : bon, j'y fonce...

Écrit par : Oh!91 | 10 août 2010

2 ans déjà, et pas une ride! Votre, ce blog, est une étoile dans ma nuit!

Écrit par : saint-drenant | 03 septembre 2012

-> saint-drenant -> Une étoile, parmi des milliards d'autres, j'espère, car il y faut du nombre pour parfairer une voute céleste. Merci de votre passage, de votre halte, plutôt, qui réchauffe mon antre, et merci d'exhumer ce récit, vieux de déjà deux ans en effet, mais auquel je paye un prix particulier. A bientôt j'espère.

Écrit par : Oh!91 | 03 septembre 2012

Les commentaires sont fermés.