Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juillet 2010

dans la folie londonnienne

roh-salome3_400x387.jpg

Cette fois, je suis un vrai. Un vrai de vrai. Et tu sais à quoi on peut le dire ? Pas au fait que j'ai vu 12 opéras cette saison, dans une frénésie presque adolescente. Pas au fait que j'ai plusieurs fois parcouru des centaines de kilomètres, comme un amant impatient, en voiture, en train, voire traversé la Manche pour aller voir des opéras. Pas à mes queues qui commencent parfois à quatre heures du matin devant Bastille pour réussir à accommoder mes entrées d'opéra à un budget modeste... Non, on le sait à une chose : désormais, je fais partie de ceux qui ont déjà vu au moins un opéra dans au moins deux mises en scènes différentes.

J'étais donc à Londres le week-end dernier pour revoir Salomé, de Richard Strauss. Ou plutôt pour voir Salomé au Royal opera House dans la mise en scène de David McVicar. Une expérience d'opéra incroyable. Presque insoutenable. Angela Denoke y reprenait le rôle créé en 2008 par Nadja Michaël. Un rôle exigent, intense, au corps mobilisé, livré à son propos démoniaque, jouant du sang, du sexe, sacrifiant le désir à l'impossible assouvissement, obtenant - plus que de son beau-père, d'un bourreau nu à ses ordres - la tête coupée du prophète adoré.

L'intensité musicale de Strauss se doublait ici du relief étonnant de chacun des personnages du livret. Le texte d'Oscar Wild en était magnifié, jusqu'aux bavardages iconoclastes des Juifs de Judée, ou aux mondanités dépravés de la cour d'une tyrannie bling-bling.

La veille, nous étions allés voir Le fantôme de l'Opéra au Her Majesty's Theater. Car Londres est aussi la ville de la comédie musicale. En se promenant à pied sur l'avenue qui remonte de Picadilly Square à Soho, les théâtres se suivent et se ressemblent : Hair, Mama Mia, Les misérables, Thriller, Chicago, Priscilla Queen of the desert, Le Roi Lion... Toutes ces productions y prennent pied pour des mois, des années, deviennent les noms familiers de leurs théâtres d'adoption, et jouent à guichet fermé chaque soir.

Il ne manquait que YMCA à cette fièvre. Mais cet air-là, c'est la fanfare de la garde royale, à l'heure de la levée dimanche matin, devant Buckingham Palace, qui nous le jouera, au grand étonnement de la foule rassemblée. Peut-être en hommage au 4 juillet américain ?

Londres a aussi été l'occasion d'un retour aux galeries nationales pour les salles du 16ème siècle, avec leurs Veronese et leur Michel-Ange, d'une visite au British Museum, avec toujours cette gratuité d'entrée qui t'épargne le poids du devoir d'en avoir vu le plus possible pour en avoir pour ton argent. La Pierre de Rosette et la momie de Cléopâtre auront suffi à nous combler pour cette fois.

Ah! Et puis nous avons aussi fait notre petite croisière sur la Tamise, car vu de l'eau, Londres ne se vit pas pareil.

100_4669.JPGVoilà. Et comme le soleil était au rendez-vous, celui du ciel et celui des yeux, avec de la tendresse et du plaisir au bout de l'archet, le week-end m'a rendu un peu oublieux du reste. Pour un peu, je n'en aurais pas remarqué qu'un blog de ma fratrie avait décidé de se mettre en suspension...

Commentaires

ca devait être sublime, une fois encore je t'envie, et de me dire que j'ai une chance folle de pouvoir parfois profiter de toi, de tes idées, de tes partages, de tes intentions, de tes appels sur ma messagerie (elle adore je crois qu'elle craque pour toi) bref plein de bisous et bon weekend !

Écrit par : Bougrenette | 09 juillet 2010

Evidemment, ça fait envie !

Écrit par : Gicerilla | 10 juillet 2010

Alors là, j'en suis un, mais secrètement... car pour aller à l'opéra, il me faudrait me taper quelques milliers de kilomètres. Et je n'en ai pas les moyens!

Écrit par : Doréus | 12 juillet 2010

-> Bougrenette -> L'idée que ta messagerie en pince pour moi est excellente : mais je le pense aussi, figure-toi, si tu savais sur quel ton elle me parle à chaque fois, avec ce petit rire gêné et malicieux que je ne connais qu'à elle... Bon, toujours partante pour des plans lyriques ou musicaux, si je comprends bien ;
-> Gicerilla -> Pour tout vous dire, Gi, je ferai le tour du monde pour la revoir, cette production, si elle devait être l'objet d'une reprise aux antipodes ;
-> Doréus -> Offre-toi une fois de temps en temps, à l'occasion d'un voyage, ce type de grands plasir. Sans lésiner au bout du bout sur le prix du fauteuil, histoire de t'en mettre vraiment plein la vue et la tête.

Écrit par : Oh!91 | 13 juillet 2010

ah j'étais aussi présent lors du YMCA de la garde de Buckingham!
trop drôle ^^
et un bon coup de soleil en prime!!

Écrit par : pierolalune | 22 juillet 2010

-> pierolalune -> Tu as raison : la journée dans les jardins de sa Royale majesté, puis dans sa cour, ont bien préparé le terrain au bronzage estival... Drôle en effet, cette coincidence. Merci de ton passage et de ton commentaire.

Écrit par : Oh!91 | 04 août 2010

Les commentaires sont fermés.