Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 juillet 2010

amour en grève

capote.jpg

Jeudi dernier, j'étais en grève. Entre la manif pour défendre les retraites et une séance de rattrapage, par amour, j'ai commandé à la librairie qui avoisine le cabinet de mon psy un roman d'Henry Gougaud, le parolier de Jean Ferrat. Le libraire m'avait assuré que l'objet de mon désir serait livré rubis sur ongle mercredi au plus tard.

J'ai chamboulé aujourd'hui mon emploi du temps, mes trajets, mes projets, et me suis livré à des négociations difficiles avec la chaleur pour parvenir à cueillir le fruit mûr et pouvoir l'emporter avec moi à Londres, où je me rends demain pour un nouveau séjour emprunt de sentiments et de lyrisme.

J'aime bien la librairie Comme un roman, dans le troisième, à qui je dois l'acquisition de quelques romans qui m'ont touché récemment, dont La petite fille de Monsieur Linh, de Philippe Claudel, instruit par le regard bienveillant de St-Loup.

Mais sur ce coup-là, le vendeur n'a pas assuré, manquant de me dire qu'avec le diffuseur concerné par ma commande, j'aurais mieux fait, malgré tout, de passer un petit coup de fil avant de me déplacer. Car ma commande était toujours en rade et mon déplacement fut vain. Point de Paramour, et devant mon désarroi, dont la visible sincérité devait être totalement désarmante, la jeune fille qui m'accueillit à la caisse et me fit l'annonce décevante s'est sentie obligée de m'offrir un autre livre en compensation.

C'est ainsi que je pars à Londres avec un Truman Capote. Un roman noir, m'a-t-elle dit, mais extrêmement sensible.

Du noir pour l'adrénaline, et du sensible... tout ce qu'il me faut, peut-être. Je te dirais ça au retour, ce sera une découverte.

Gougaud m'accompagnera plus sûrement vers Madagascar, sans doute, lorsque je m'y envolerais dans quelques semaines. Et finalement, ce n'est peut-être pas plus mal.

20:33 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Rooo oui Truman Capote ! Découvert l'été dernier, j'adore ! Et tu dois aussi essayer l'incroyable Jean Genet (http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Genet)

Écrit par : feekabossee | 01 juillet 2010

Pour Paramour, c'est peut-être mieux ainsi car ton week-end en aurait peut-être été chamboulé. Choisi un moment paisible...

"Il est parfois de purs instants de transparence où semble s'effacer toute frontière entre le dehors et le dedans, où l'âme et le jardin se regardent, se découvrent accordés et s'accueillent dans la paisible évidence d'une amitié plus ancienne et fidèle que la mémoire des jours."

Paramour, p.113

Écrit par : estèf | 02 juillet 2010

-> feekabossee -> Jean Genet, j'ai essayé, et depuis longtemps encore : une écriture qui m'a profondément troublé et captivé. Où se mêlent un regard politique et une intimité discible : Querelle, évidemment, et surtout le captif amoureux, qui rencontrait mon intérêt pour la question palestinienne... Il m'en reste encore à lire, à voir, des textes de Genet et de ses pièces ;
-> estéf -> Cet extrait renforce mon envie de rentrer dans ce livre. Décidément, j'ai hâte !

Écrit par : Oh!91 | 05 juillet 2010

Les commentaires sont fermés.