Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 mars 2010

où est passée ma libido

brutos12844.jpg

Quelqu'un aurait-il vu passer ma libido ? Tu ne l'aurais pas aperçue traîner dans un coin, par hasard ? Je la cherche partout. Je crois que je l'ai perdue. En tout cas, je ne sais plus où je l'ai laissée. Au fond d'un sac à main ? Tombée de ma poche ? Posée quelque part, sur un coin de table ? Oubliée au fond d'un lit ? Emportée dans l'avaloir d'une douche ?

Je l'aimais bien, ma libido. On se promenait souvent, elle et moi, aux beaux jours comme par grand froid. Les soirs de pluie elle se blottissait contre moi, et ensemble il nous arrivait de faire des miracles. Faire jaillir le soleil, par exemple, si si, ça nous est arrivé.

Elle ne me quittait jamais. Je l'avais là, toujours en bandoulière. Qu'un beau sourire vienne à croiser notre route, et elle me sussurait de petites choses à l'oreille. Elle avait toujours de bonnes raisons pour me faire tourner les talons, de bonnes adresses à m'indiquer. Quand j'étais assailli par la fatigue ou par la flemme, il n'y avait guère qu'elle qui savait me faire relever. Au pire, entre la poire et le fromage, elle me dégottait toujours des liens vers quelque image coquine.

Avec elle, j'ai éclusé des saunas, des bars naturistes, elle m'accompagnait dans mes séances de massage et celles de natation... Il n'y a guère qu'à mon travail que je lui demandais de m'attendre à la porte. Et encore, parfois, il lui arrivait de s'installer près de moi durant mes réunions les plus ennuyeuses.

Seulement voilà, depuis quelques semaines, pas moyen de lui remettre la main dessus. Je vois des hommes, elle se tait. Je surfe sur Internet, elle ignore ma souris. Dans la nuit, à moitié ensommeillé, ma main affleure mon sexe, par accident, elle ne bouge pas d'un pouce.

Disparue. Dissoute dans mes obsessions, ou cachée sous la seule peau qui vaille, celle qui s'esquive, encore et toujours.

Des fois, je me dis qu'elle ne doit pas être loin, qu'elle se cache, simplement, qu'elle se joue de moi. Je la sens rôder. Ma libido réincarnée en frustration, c'est peut-être bien ça qui lui est arrivé.

Dis-moi, tu crois vraiment que c'est soluble dans l'obsession amoureuse, la libido ?

En tout cas, si jamais tu la trouves quelque part, je veux bien que tu me la ramènes, parce que franchement, elle me manque.

00:37 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (22) | Tags : viagra

Commentaires

salut, ça te fait ça verticalement et aussi horizontalement ? :-)

Écrit par : estèf | 21 mars 2010

Ho la vache, elle est peut être en balade avec la mienne parce que là, depuis le temps, je crois que j'ai arrêté de la chercher tant je suis convaincue qu'elle s'est bel et bien noyée dans un amour impossible.
Alors j'attends, j'attends que mon cœur veuille bien être aussi malin que ma raison, et je pense que ce jour là, elle reviendra. Mais promis, si je croise la tienne, je te la renvoie aussi sec, enfin, façon de parler ... ;-)
Plus sérieusement, je n'en ai jamais autant profité que quand je n'avais personne en tête, trop bon ! Mais la vie n'est pas réputée pour être simple, et avec le temps qui passe je dirais bien volontiers qu'elle se plait à nous infliger systématiquement la double peine cette garce !
Je nous souhaite le courage de retrouver le goût du printemps coquin ;-)

Écrit par : feekabossee | 21 mars 2010

Rien d'inquiétant ni d'anormal : il ne fait pas beau tous les jours non plus. C'est tout le plaisir de reprofiter du soleil quand il brille à nouveau.

Écrit par : Kigou | 21 mars 2010

Elle a besoin d'amour. La libido finit toujours par dépérir sans amour.
Je suis sur que ça lui manque.
Je le sais même... par expérience.
Un jour, tu le sauras : il faut que tu grandisses encore.
Mais il semble que tu sois sur le bon chemin.
Je te souhaite bonne chance, sincèrement.
Buddy

Écrit par : Buddy | 21 mars 2010

Libido et amour. Amis, mais pas toujours. Ma libido a eu besoin d'aller ailleurs, pour voir. Je l'ai suivi, les yeux fermés. Elle m'entraine d'écarts en écarts.
Et l'amour dans tout ça?
L'aurais-je perdu?

Chacun cherche...

Pfffff

Quel bordel.

Écrit par : πR | 21 mars 2010

Juste partie voir ailleurs comment c'est, histoire de revenir avec de nouvelles idées...

Écrit par : RPH | 22 mars 2010

Elle te surprendra, t'offrira un superbe retour, pourquoi pas, toujours imaginer le meilleur, ne pas y voir un pire qui n'a pas d'avenir. Y croire et ne pas baisser les bras, profiter de cette étape autrement, tu peux le faire ; -)

Écrit par : Bougrenette | 22 mars 2010

-> estéf -> Merci d'être passé du mail au commentaire. J'aime bien te voir entrer dans mon univers... Même en biais, si tu veux tout savoir ;
-> feekabossée -> Ben on va s'occuper autrement, sorties au concert ou au musées, pique-nique entre-amis, et puis peut-être que c'est elle qui me retrouvera la première. T'as raison, tâchons de prendre ça avec philosophie...
-> Kigou -> Tu crois qu'elle finit toujours par revenir, comme le soleil ?
-> Buddy -> Je ne sais pas qui tu es, je crois que c'est la première fois que tu passes. Ton commentaire est intéressant : tu as raison, je l'ai peut-être usée, à la pratiquer sans amour. Mais c'est dans l'amour qu'elle a fini par trébucher : dans un amour obsessionnel et inaccompli. J'espère qu'en retrouvant l'amour un jour, il sera bien accompagné, question libido. Merci de ton passage ;
->πR -> Chacun cherche son chat... Toi, c'est l'amour, ou quelque chose comme ça. Pfff, comme tu dis !...
-> RPH -> Tiens, ça ne me déplais pas de croire ça. Peut-être faut-il l'attendre sans hâte, alors ?
-> Bougrenette -> Ben déjà, je profite en te consacrant mon samedi, na !

Écrit par : Oh!91 | 22 mars 2010

Peut-être était-elle devenue trop populaire et elle voulait un peu plus d'exclusivité... Tel Hadrien je te dis "patientia". Elle sera bientôt de retour. Ne t'inquiète pas. :-)

Écrit par : St Loup | 23 mars 2010

Est ce vraiment toujours lié à l amour ?
Amoureux , il m est arrivé d avoir la libido en berne , le poids des habitudes ...
Non amoureux , mais les sens en éveil , elle m'a conduit dans des endroits de consommation , ( "il faut bien que le corps exulte " nous chante Juliette Gréco ...)
Il y a eu des moments , aussi , où je tentais une visite au sauna dans l'espoir de relancer un désir amoindri , parfois en vain .
Pas de doûte , amoureux et la libido exaltée , c'est la combinaison gagnante.

Écrit par : Gilles | 23 mars 2010

D'après Wiki (pourquoi pas ?), "Saint Augustin fut le premier à distinguer trois types de désirs, la libido sciendi, désir de connaissances, la libido sentiendi, désir sensuel au sens large, et la libido dominandi, désir de dominer".
Ca laisse de la place pour le reste, du coup.

Écrit par : manu | 23 mars 2010

Je ne l'ai pas vue par ici, mais étant donné la distance... et je doute qu'elle vienne se balader au pays de la pudibonderie protestante. Heureusement qu'Oyaté et moi-même avons notre nid à nous ou nos libidos et nos amours se croisent et se fécondent. Je te souhaite le même; qui sait, ça l'attirerait peut-être, la garce!

Écrit par : Doréus | 24 mars 2010

Cher Oh!
Je passe à chaque fois, mais c'est la première fois que je me fais remarquer... Je suis un fidèle de ton blog. Je suis un fidèle en général.
Pour en revenir à ma libido : je vis un amour intense, énorme, tellement énorme que c'est ce qui a failli nous perdre. Ceci est résolu, maintenant. La seule chose que je constate, et je ne cherche pas à expliquer : quand je ne suis pas avec lui : ma libido dort, hiberne, boude, est en latence. Quand je suis avec lui, et seulement avec lui, elle explose, elle se rattrape. J'ai découvert cet état il y a presque 4 ans maintenant, avec lui. Et pour rien au monde je n'y renoncerais et n'y renoncerai.
Je ne suis qu'un cas particulier, mais pour moi, maintenant, la libido est inextricablement liée à cet amour
J'aime pas les généralisations, de toutes façons
buddy

Écrit par : buddy | 24 mars 2010

Ca va revenir ! elle est juste partie se reposer un peu
j'ai eu le coup l'année dernière et pourtant je mettais le feu
un de mes amis aussi, pendant deux mois, calme plat
au point que sa femme pensait qu'il avait une p'tite nana

Rien à avoir avec futurs fantasmes, grand amour
vie de débauché, alimentation équilibré ou besoin d'un séjour
Je rejoins jolie Boug en te disant que ça ne doit pas t'empêcher
de profiter, de sortir, de t'éclater en attendant de la voir revenir

Écrit par : Multi-sourires | 25 mars 2010

"So long, no news" tu pourrais dire. Je ne suis pas passé. Pas envie et plein d'autres choses.
Moi ma libido va super bien. Après un moment de grand doute suscité par ce que j'ai vécu comme LE rejet, j'ai repris confiance en moi grâce à un super mec, beau, intelligent, sympa et pas francais. bref mon Seiji à moi.
Il connait depuis le début ma situation et la respecte. Un vrai coup de foudre mutuel.
et en plus il a 22 ans de moins que moi.
Je ne sais pas combien de temps cela durera, mais nous profitons de chaque moment et c'est super bon.
Allez, prends patience, ca reviendra, crois moi...

Écrit par : Ange gardien | 25 mars 2010

Question "...c'est soluble dans l'obsession amoureuse, la libido ?" Il y a déjà dans cette question, une part de réponse non. Ou bien aurais-je mal lu ? Car si vous êtes amoureux elle n'est pas loin j'en suis sûre, elle se manifestera sans aucun doute avec le convoité.
En revanche, si "l'obsession amoureuse" dont vous parlez n'a pas d'objet particulier, juste elle-même comme sujet, alors là zêtes foutu car on ne peut pas dicter au coeur d'aimer comme on dicte à sa main de se lever...

Écrit par : Gicerilla | 27 mars 2010

-> St Loup -> Pour le coup, de l'exclusivité, elle en a trouvé. Bon, je vais tenté de patienter, avec des yeux grand-ouverts...
-> Gilles -> Il faut bien que le corps exulte. j'adore cette phrase, chantée par Brel plus que par Greco, non ? J'ai dans l'idée qu'elle provient de la chanson des vieux amants - pour moi, une des plus belles, des plus accomplies de toutes les chansons d'amour...
-> manu -> Saint-Augustin livrait la marchandise avec un manuel d'installation ?
-> Doréus -> Laisse-moi me souvenir. Je crois bien l'y avoir rencontrée un jour, ma Libido, au Canada : elle s'était égarée dans le vestiaire d'un grand complexe sportif universitaire de Montréal, et traînait entre les cabines. Je crois me souvenir qu'elle avait aimé. Mais bon, peut-être moins de pudibonderie en Québec qu'en Alberta ?
-> buddy -> Merci d'oser apparaître de cette façon. Ça me touche. Je t'envie et te comprend. En fait, ma libido tend aussi à se lier à un objet de désir exclusif - elle en a même profondément transformé mon imagerie et mes fantasmes. Le problème, c'est qu'elle a mal choisi l'objet en question, parce qu'il se dérobe. Je voudrais bien réussir à ce qu'elle aille s'enraciner ailleurs, là où il y aurait plus de simplicité, moins de frustrations et de douleurs. A très bientôt j'espère ;
-> Multi-sourires -> J'essaye de m'aérer, en espérant qu'on s'habitue à la déprime ;
-> Ange-gardien -> Je veux bien croire ce que tu me dis : ça m'a rarement valu malchance. Je suis heureux que tu sortes de ton terrier et déploies à nouveau tes ailes, je n'ai pas souffert de trop de gentillesse, ces temps-ci. Profite bien de ce que tu vis, j'en suis vraiment et profondément heureux pour toi. Tu mérites le bonheur ;
-> Gicerilla -> Oh la la ! Non, le problème c'est que j'ai l'obsession mal-orientée, et je suis preneur d'une recette pour la re-polariser... Cela dit, comme vous et comme Nietsche, je me demande parfois si plus que l'objet de mon désir, je n'en arrive pas à aimer mon désir lui-même : est-ce ainsi que l'on s'habitue à sa déprime ?

Écrit par : Oh!91 | 27 mars 2010

Trop de jours que je ne suis passée chez toi ...
Me pose un peu les mêmes questions, mais j'ai pas perdu ma libido, loin de là ... Au contraire, je m'étourdis à chercher à cacher un arbre en mettant tout une forêt devant ... et ça marche pas bien, l'arbre étant quand même un séquoïa ... :) alors même beaucoup d'arbres devant ne le cache pas à ma vue, mais le temps que je les compte, ça m'occupe, quoi ! Et j'en ai vraiment beaucoup à compter en parallèle ... suis pas toujours super fière de moi, mais bon ... je fais de très belles rencontres, je prends bcp de plaisir, j'essaie de ne pas faire (trop) de mal, et je vis ...
Mais comme toi je ne rêve sans doute que d'une chose : re-polariser ....

Écrit par : M. | 29 mars 2010

Oh et Gilles : vous y êtes tous les deux, la chanson des vieux amants, créée par Brel, chantée aussi par Juliette. Une des plus belles chansons d'amour pour moi aussi, avec C'est beau la vie.

Écrit par : estèf | 29 mars 2010

-> M. -> C'est bien ce que je pensais : si un arbre peut cacher une forêt, l'inverse n'est pas vrai. J'ai fait le choix de me passer de la forêt. Ou plutôt, la forêt a fait le choix de se passer de moi, même si j'y glane quelques branches cassées sans importance de temps en temps. Je suis loin de la repolarisation...
-> estéf -> Et que dire de cette strophe :
"Moi, je sais tous tes sortilèges
Tu sais tous mes envoûtements
Tu m'as gardé de pièges en pièges
Je t'ai perdue de temps en temps
Bien sûr tu pris quelques amants
Il fallait bien passer le temps
Il faut bien que le corps exulte
Finalement finalement
Il nous fallut bien du talent
Pour être vieux sans être adultes."
Peut-être que dans vingt ans, nous en serons là, lui et moi, à ne pas comprendre comment le mal que l'on se fait nous a lié pour l'éternité...?

Écrit par : Oh!91 | 29 mars 2010

Si tu savais combien elle me parle, cette chanson...

Écrit par : estèf | 29 mars 2010

-> estéf -> Je m'en suis un peu douté : on est faits pareil !

Écrit par : Oh!91 | 31 mars 2010

Les commentaires sont fermés.