Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 février 2010

autour d'une cabine

07-06-11_m.jpg

Il y a, parmi toutes les oeuvres de James Ensor présentées au Musée d'Orsay (l'exposition est hélas terminée), riches en lumière et en couleurs, quelques réalisations picturales décalées et pleines d'humour, parfois peintes au trait, dont celle-ci, intitulée Baignades à Ostende. De loin, on n'y distingue rien, un joyeux fouillis, une foule grouillant, jouant et s'ébrouant. De près, elle devient intéressante, elle fourmille de caricatures et de saynètes rigolotes, une grosse femme qui fait du vent pour le bateau à voile de son fils avec un pet. Deux hommes qui s'embrassent goulûment en se pourlêchant la langue. On n'y compte pas les paires de fesses déculottées, et tout se passe comme si la mer désinhibait jusques aux nuages et au soleil...

La baignade est le temps du plaisir par excellence. Et du badinage.

Ça me rappelle un petit film présenté ces jours-ci à la Cinémathèque française dans le cadre de l'exposition La lanterne magique (jusqu'au 28 mars 2010), du nom de l'ancêtre du cinéma. La gélatine y est peinte à la main, image par image, et un système de boîte d'optique, avec de magnifiques boiseries vernies et des pièces de cuivre, des miroirs et des fenêtres, projette les séquences sur une diapositive fixe, plus pâle, représentant une plage, Étretat, semble-t-il, et deux cabines de bain.

Contrairement à cette vidéo, le film est présenté à la Cinémathèque sans musique. Le médiateur-projectionniste actionne le film à la main, y ajoutant selon son humeur des ralentis, des accélérations, des retours en arrière, émettant ce faisant divers bruitages avec sa bouche, des sifflets, des plouf et quelques éclats de rire.

Un peu comme pour reconstituer l'atmosphère des projections d'époque, qui faisaient accourir petits et grands, pour rêver à d'impossibles vacances.

Pour les plus coquins, derrière un rideau de velour épais est présentée une sélection de films d'animation anciens érotiques ou pornographiques. Rien que cela vaut le détour. Mais pas sûr que ça te fasse bander...

Commentaires

Nan c'est vrai, j'ai pas bandé, moi !
(tu me diras, ces jours-ci, même l'idée d'une fellation me fait mal, alors ... ;))

Écrit par : Fiso | 11 février 2010

-> Fiso -> pffiou !!... Tu vas pas mieux, toi ?

Écrit par : Oh!91 | 13 février 2010

Les commentaires sont fermés.