Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 février 2010

au dessus de 40.000, je prends tout !

george-marchais.jpg

"Au dessus de 40.000, je prends tout !"

Tu te souviens de cette phrase ? C'était l'élection présidentielle de 1981. Georges Marchais dénonçait l'existence de revenus exorbitants, qui plombaient l'économie réelle. Le SMIC devait être alors autour de 2.600 francs - brut, à tout casser. Et il avait lancé cette proposition qui faisait frémir dans les chaumières dorées : "au dessus de 40.000 francs, c'est 100% d'impôt." Il y avait un sens, dans cette proposition. C'était que quels que soient les mérites, quels que soient les talents, quel que soit le temps consacré à son travail, personne ne peut prétendre valoir plus, ou produire un travail qui vaudrait plus que celui additionné de 15 personnes ensemble, fussent-elles salariées au smic.

Depuis, l'échelle des injustices ne s'est pas envolée : elle s'est mise sur orbite.

On s'est beaucoup ému de la double rémunération de Proglio, pourtant classé seulement 32è au rang des salaires des patrons du Cac 40. Lui en est à 100 fois le SMIC. Ce qu'un smicard a gagné en quarante ans, lorsqu'il fait le bilan de sa vie avant de prendre sa retraite, lui l'a gagné en moins de cinq mois.

Même au prix d'un effort phénoménal, physique tout autant qu'intellectuel, au prix de sacrifices de la vie familiale, de renoncement aux menus plaisirs de la vie - à supposer qu'il y en eut, et non des fastes et des facilités à tous les étages - même en y concentrant toutes les capacités créatives de la terre, qui peut raisonnablement penser qu'il est à ce point extraordinaire pour accomplir en 5 mois ce qu'un homme ordinaire accomplit en une vie ? Qui ?

Alors oui, moi je dis qu'il faut une limite indépassable à l'échelle des injustices. Allez, je suis brave, je la fixe à 30, deux fois plus que Georges Marchais, histoire qu'on ne m'accuse pas de vouloir organiser la "fuite des patrons". Trente barreaux sur une échelle, ça permet déjà d'aller haut, non ? Ça fait trente fois plus de surfaces habitables, trente fois plus de meubles, trente fois plus de voitures et de résidences secondaires, trente fois plus de maîtresses à entretenir, des studios 30 fois mieux placés dans Paris pour les études des enfants... Wouah ! Ça doit déjà ne pas être si mal que ça !

Et comme aucun comité d'éthique, observatoire de la rémunération ou autre conseil de surveillance ne fera renoncer qui que ce soit à ses privilèges et à sa convoitise, moi je dis : au dessus de 40.000 euros mensuels, je prends tout ! Et c'est bien parce que la baguette de pain est passée d'1 franc à 1 euro, depuis 81. (Tiens ! Le smic n'est pas passé à 2.600 euros...)

Commentaires

Ça va en faire du monde ! Et pas que des patrons.

Écrit par : Olivier Autissier | 02 février 2010

-> Olivier Autissier -> Ca fera aussi quelques footballeurs, une poignée de chanteurs, des grands comédiens, et puis une ribambelle d'animateurs télé, c'est ça ? Eh bein, qu'ils payent, ou qu'ils partent !! On verra bien si "animateur télé", c'est délocalisable, comme métier...

Écrit par : Oh!91 | 02 février 2010

la baguette, l'exemple est parfait et finalement on ne peut rien y faire, à moins de supprimer le pain et tout le reste.

Écrit par : Bougrenette | 02 février 2010

Moi ce qui m'étonne le plus c'est : comment font-ils pour dépenser tout cet argent (je suis bécasse, hein ?). Et ce qui m'étonne encore plus, c'est qu'ils en veulent toujours davantage... sans complexe, sans pudeur, sans vergogne je dirais même !

Écrit par : madame de K | 02 février 2010

Désolée, je ne serai pas au PC ce soir. Une autre fois...

Écrit par : Fauvette | 03 février 2010

-> Bougrenette -> Et je ne parle pas de l'option "je vous le tranche", passée de 20 centimes de francs à 20 centimes d'euros...
-> madame de K -> Non seulement ils en veulent toujours davantage, mais souvent ils évoluent dans des mondes où tout est gratuit, tout est offert par leur société, passe sur des comptes "réception" ou "relations publiques", préservant tout leur pouvoir d'achat, à quelques broutilles près, pour leur seule épargne. A gerber !
-> Fauvette -> Warf ! Elle est très bonne, celle-la. Mais je crois que je n'y serai pas non plus. Trop de travail, finalement...

Écrit par : Oh!91 | 03 février 2010

Les commentaires sont fermés.