Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 décembre 2009

mon labeur

etude-nu-masculin-g.jpg

Je suis depuis ce matin à cet âge où, serait-ce le double il serait temps de partir. Espérant avoir encore l'esprit clair. Et le cœur enfin léger car j'en ai soupé des peines et des chagrins.

Je suis aussi à cet âge où la loi impose désormais que les organismes compétents m'informent de ma situation précise au regard de ma future retraite. Comme par un fait-exprès, j'ai donc reçu dans une belle enveloppe bleue, estampillée "assurance retraite", que j'ai failli jeter directement à la corbeille croyant qu'il s'agissait d'une publicité pour un organisme financier, ce que je  pourrais appeler mes états de service.

Ils ont tout retrouvé, tout comptabilisé : mes premières colonies de vacances comme animateur, mon été aux entrepôts Casino, comme préparateur de commandes, mes nuitées dans les imprimeries de la presse parisienne, mes vacations de secrétaire médical dans un petit cabinet de banlieue, mes dix-huit mois d'emploi fictif (oups !), mes mi-temps de presque doctorant, mes petits passages dans l'administration d'État et mes grandes plages dans la territoriale... tout. Au total, ils ont reconstitué 84 trimestres. 84 trimestres travaillés et cotisés, 21 ans de bons et loyaux services. J'ai créé, j'ai construit, j'ai relié, j'ai écrit, j'ai synthétisé, j'ai managé, j'ai écrit, j'ai négocié, j'ai trié, j'ai écrit, j'ai arrondi un paquet d'angles, affuté un certain nombre d'armes, j'ai écrit, et d'arguments, j'ai écrit, j'ai écrit... C'est encore là que je m'en suis le mieux sorti. J'aurais eu envie de m'écrier, ça y est, la société m'est redevable ! Révérence...

Mais ils ont aussi fait le compte de ce qui me reste, les chiens : 80 trimestres. Vingt ans encore à me lever tous les matins à 6h15, à me taper deux heures de bouchon par jour - d'ici-là, ce sera d'ailleurs plus sûrement 22 ou 23 ans, et trois-quatre heures de bouchons - à hésiter chaque matin entre flagorner ma chef ou lui dire ses quatre vérités, à poursuivre la même aventure ou en rechercher une autre, à pourchasser des raisons d'espérer, des motifs d'intérêt, des buts nobles rassemblant l'utilité sociale et ce qui pourrait ressembler à un début de commencement de compétence à moi, à dépasser l'usurpation où je m'enferme pour me réconcilier avec moi-même, à être reconnu mais en sachant pourquoi... Vingt ans de quête, encore, à m'épuiser pour ne pas me perdre, à prendre le risque de finir à genoux, à passer à côté de ce que j'aurais pu faire, de ce que j'aurais aimé faire, de ce que j'aurais voulu savoir faire.

Au fond, ils ont raison, prenons les choses trimestre par trimestre. Au printemps, ça fera 79, cet été, 78, l'automne prochain, 77... Au fond, si je prends les choses positivement, je suis désormais  à l'âge où insensiblement le plateau de la balance se met à obliquer dans l'autre sens. Ça permet de voir la fin. Oui, sauf qu'une fin annonce l'autre, les autres. La fin de la séduction ? La fin des petits plaisirs cachés ? La fin, quoi... Pff.

Bon, allez, demain au bureau, j'emmène quelques bouteilles de champagne, au moins que ce soit l'occasion d'un peu de convivialité.

Quant à toi : santé !

Commentaires

Je le jure ! J'ai pas bu de champagne ! (Je n'aime pas ça !)
Et pourtant je vois double. Un pour ce qui est fait, un pour ce qui reste à faire ?
Bon anniversaire mon vieux. Je te l'affirme : désormais, tu ne vas que rejeunir.
Bises.

Écrit par : Boby | 15 décembre 2009

Je crois que tu as bégayé ce matin et tu as oublié d'effacer... je commente sur la 2e édition en supposant que la 1e va disparaître... j'espère que j'ai misé sur le bon cheval parce que je vais t'en pondre une tartine là ;-)
Donc soufflons des bougies ! 40 ? 45 ? 50 ? (c'est à ces âges qu'on reçoit un courrier des caisses de retraite). Vu le nombre de trimestres que tu cites, et les études que je suppose supérieures (puisque presque doctorantes ;-) que pencherai pour 45.
En voilà que ce matin ressurgit sur le bout de ma langue (ou de ma souris) ce commentaire que je retiens depuis quelques jours. Pour ton anniversaire je te l'offre.
Ce qui fait déclic en moi c'est "La fin de la séduction ? La fin des petits plaisirs cachés ?".
J'adore quand tu nous racontes tes aventures humides, mais ce qui me gène c'est que les protagonistes sont toujours jeunes et beaux. Et je crois que c'est une caractéristique des amours gay (allez hop, un lieu commun !) que cette prééminence du paraître, du corps, de la séduction physique. Et donc, forcément, plus on souffle de bougies et plus on s'en éloigne, et adieu la séduction.
Si tu me connaissais en vrai (en chair et en os j'ai envie de dire...), tu saurais pourquoi ça me dérange tant ;-D

Écrit par : madame de K | 15 décembre 2009

ah.. c'est quoi ce gaspillage ? t'envoyer un courrier au bout de 20a.. quelle utilité ??? un double post ??? mais je n'aurais même pas le champagne....
Enfin j'espère que dans 25 a (ou 30a) tu prendras les transports en commun non polluant non mais alors !!!!

Écrit par : Francis | 15 décembre 2009

-> Boby -> Que Dieu t'entende !
-> Madame de Sherlock Holmes -> Il est vrai que dans ces lieux dédiés à la baise, c'est la gent belle et bien bâtie qui attire le plus, même si je me suis ouvert, au fil des ans, à des profils moins "frais". Pour le reste, mes amours évoluent plutôt avec mon âge, si tu suis mes chroniques, ou si tu en reprends des anciennes, tu y verras que de Laurent à Igor, de Menem à Ali, de Zoltan à Saiichi, mes amants ont tous plus ou moins mon âge, souvent d'ailleurs un an ou deux de plus, leurs corps sont pétris d'imperfections, ils me seraient sans doute ingrats si je n'avais pour eux de l'amour... Les photos qui illustrent mes billets sont choisis pour leur esthétisme, ou leur sex-value, mais la réalité ne se conjugue jamais sur papier glacé...
-> Francis -> J'espère que dans 25 ou 30 ans, les transports publics seront dignes de leur temps...

Écrit par : Oh!91 | 15 décembre 2009

Il est amusant de voir ce qu'un courrier aussi administratif peut engendrer de réflexions, sensations, changement de paradigme !
Peut-être est-ce dû à ta sensibilité, mais sans doute la (perspective de) retraite est-elle aussi bien plus qu'une simple mise en congé du travail... (ou n'est-ce pas le travail lui-même qui...) ?

J'entends mes collègues dont la date de retraite approche (ils sont bien plus vieux que toi !) en parler de plus en plus souvent, comme pour faire une sorte de deuil progressif. Pourtant, la plupart ont hâte d'y être, et quand ils y sont, ils ne manquent en général pas d'activités !
La retraite c'est aussi le commencement de quelque chose d'autre, mais plutôt comme un envol qu'une fin. Enfin une vie que l'on est en droit de mener à sa guise, avec des contraintes librement choisies (à part l'économique, bien sûr) !Libre à chacun de la choisir pantouflarde ou hyper-active, en tout cas la manière de la vivre est généralement très peu différente de la façon dont on a abordé la vie active, mais au moins on peut en faire vraiment le choix.

Écrit par : See Mee | 15 décembre 2009

bon anniversaire Chouchou !

Écrit par : Bougrenette | 15 décembre 2009

Joyeux anniversaire!! Et continue à écrire, je t'en prie!

Écrit par : St Loup | 15 décembre 2009

-> Se Mee -> Crois-moi, même si c'est triste, je l'attends déjà. Je ne voudrais pourtant pas m'aigrir au travail, je voudrais que ça reste stimulant, gratifiant, et j'espère qu'il y aura du rebond, parce qu'il ne me plairait pas de traîner longtemps entre deux eaux question boulot...
-> Bougrenette -> Merci, bichette : ton mail ce matin m'a mis plein de beaume au coeur. Je te souhaite que tout se passe bien dans les prochains jours. Je t'accompagne ;
-> St-Loup -> Discret, mais toujours là quand ça compte. Merci à toi. Je crois que je vais continuer encore... quelqus paires d'année. Bises.

Écrit par : Oh!91 | 15 décembre 2009

Bon anniversaire !

Écrit par : Nicolas | 15 décembre 2009

Alors, joyeux anniversaire! Pour moi, ça s'en vient jeudi. Pour la retraite... on y pensera dans trente ans, car les années d'études n'ont pas exactement permis l'accumulation d'un fonds de retraite bien garni. Heureusement, j'ai pas les bouchons à négocier. L'heure de pointe ici? Euh...

Écrit par : Doréus | 15 décembre 2009

Ben alors, mon lapin, on déprime ?
Dans 80 trimestres, on a déjàa rencard avec Boug' pour faire péter les déambulateurs et mettre le feu à la maison de retraite !!!!
Choueeeeeetttttteeee !

Écrit par : Fiso | 15 décembre 2009

À vrai dire, je ne t'imagine pas sans écrire. Cela n'a été qu'une façon sympathique de te montrer combien j'aime me promener par ton blog. ;-)

Écrit par : St Loup | 16 décembre 2009

alors ,

http://www.youtube.com/watch?v=hrvA1AEL7zA

Écrit par : gilles | 16 décembre 2009

-> Nicolas -> merci ;
-> Doreus -> merci. Et moi je dis, une vie sans bouchon, ça devrait valoir un bon paquet de trimestres supplémentaires au boulot...
-> Fiso -> En fait ouais, sérieux... Et pas qu'à cause des 80 trimestres...
-> St-Loup -> Bien sympathique, en effet ;
-> gilles -> vidéo captée au boulot, bobo : nos ordis sont bridés, pas de streaming, YouTube interdit. Ca attendra ce soir, pour que je comprenne ton message. Merci d'avance.

Écrit par : Oh!91 | 16 décembre 2009

Même âge que toi et les mêmes 20 ans de taf en perspective... tu aurais dû être prof, là au moins les horaires sont plus humains, enfin, dans mon pays.
Bon anniversaire et merci pour les macarons, en plus Fiso a apporté le champagne ; )
Amitiés.

Écrit par : Dana | 16 décembre 2009

C'est mon premier commentaire sur un blog.
Emotion!

Et ce sera sans grand lien avec le sujet de ton dernier post, je m'en excuse, mais il fallait absolument te dire combien la découverte d'entre2eaux m'a ...

m'a quoi d'ailleurs?

Touché.

Je ne trouverai pas mieux à chaud,
C'est vague,
mais les émotions ont été variées en te lisant.
Alors. Pas mieux.


Je ne sais pas bien comment je suis arrivé,
j'ai du taper des mots-clés peu convenables,
toujours est-il que j'ai échoué sur les rives du fleuve,
j'ai sauté sur un post un peu au hasard,
et voilà, depuis une petite semaine,
je dérive au gré du courant.

Il y a ton écriture, qui installe confortablement, incite à rester.
Et surtout, il y a la générosité du partage.

Je me suis reconnu souvent ici et là.

Mon chemin pour l'instant ressemble au tiens.
Je suis peut être ou tu en étais il y a dix, quinze ans.Enfin, j'ai cru comprendre.

Je vais dériver encore, voir où mène toute cette eau...
si tu veux bien.

Ah oui, il me faut peut être un pseudo, pour un anonymat, moins anonyme.

pi.air?
A moins que je garde celui-là après tout ?

jenesaispasencore.

Écrit par : jenesaispasencore | 16 décembre 2009

J'aime pas te sentir comme en haut à gauche ...
Alors je te serre dans mes bras, aujourd'hui tout particulièrement.

Écrit par : M. | 16 décembre 2009

-> Dana -> Ah!, les macarons... grande spécialité nationale !! Je suis content si tu les as appréciés. Et bon courage pôur tes vingt ans à venir...
-> jenesaispasencore-> En mai 2007, sur un blog qui me fascinait depuis déjà quelques semaines, je laissais comme toi un premier commentaire... Les blogs, ce n'était pas mon truc. Internet était un moyen de trouver des images, des vidéos, matière à de petits plaisirs volés. Et puis des textes m'ont pris, une écriture. Vorace et subtile. Qui cognait. Qui s'inscrivait dans son temps. Qui avait une crudité saignante. Je m'y plongeais, m'y reconnaissais, m'y frottais, puis finalement m'y aventurais... Il y a déjà deux ans et demi que je rentrais dans cet univers, sans savoir que je serai peu de temps après attrappé par la manche pour produire, moi-même, sans honte et sans retenue.
Méfie toi, le pseudo que je choisis alors, en trente secondes pour juste pouvoir poster mon premier commentaire, ne m'a ensuite plus jamais quitté. Si, le temps d'une parenthèse de larmes durant l'été 2008, où j'eus besoin de tomber des masques et de lui rendre du 'Olivier'.
Les larmes, justement, elles ne sont plus bien loin, elles ont les mêmes causes et les mêmes visages, je ne sais pas pourquoi elles tardent à s'écouler alors que les parfums de la trahison et de l'ingratitude rodent à nouveau.
Sois le bienvenu ici, et permets-moi de te dire que je suis immensément honnoré de ce commentaire que tu me laisses, et de tout ce que tu m'écris.
-> M. -> Ben oui, qu'y faire...? Je prends les bras...

Écrit par : Oh!91 | 16 décembre 2009

Bon anniversaire à toi, dans une semaine ce sera mon tour...
Que les vingt et quelques années à venir nous soient douces ...

Écrit par : mume | 16 décembre 2009

-> mume -> Eh oui... nous sommes tous les deux des victimes de Noël !! Je nous les souhaite douces aussi... et paisibles !

Écrit par : Oh!91 | 16 décembre 2009

Bon anniversaire Oh!
Tu vois tout le monde pense à toi, même la caisse de retraite, mieux vaut en rire non ?

Bonne journée.

Écrit par : Fauvette | 17 décembre 2009

-> Fauvette -> Tu as raison, mieux vaut en rire. Et oublier ce fichu courrier pour au moins les quinze prochaines années...!!

Écrit par : Oh!91 | 17 décembre 2009

Zut, Facebook m'avait prévenu et j'ai oublié. Bon anniversaire. Et puis pour le retraite, on boira un autre coup !

Écrit par : Olivier Autissier | 17 décembre 2009

Mais euuuu je porte plainte contre mon agrégateur moi !
Je ne suis avertie que ce soir de ce post et du suivant d'ailleurs ...
Bouh !
Ça me rend triste de ne pas t'avoir fêté ton anniv' à l'heure !
Alors je squatte la fin de ce billet pour des tonnes de bisous doux, et toute ma tendresse.
Je suis vraiment triste de t'avoir loupé, ça me fait tout bizarre, comme quand je suis en retard pour celui de mon frère ...
Je te souhaite tellement de douceur pour les 80 trimestres à venir, et pour les suivants aussi, que je voudrais juste être plus proche parfois et te sauter au cou très fort et faire tout péter ces bisous sur tes joues !

Écrit par : feekabossee | 17 décembre 2009

-> Olivier Autissier -> Mais comment Face-book l'a-t-il donc su ?... Je ne me méfis décidément pas assez de tous ces croisements, opérés à nos corps défendants... Merci quand même, vieux frère !
-> feekabosséé -> Moi, mon agrégateur, j'ai fini par m'en séparer. Une rupture difficile. Mais il me faisait des trucs comme ça, ou il me harcelait de choses que je ne pouvais plus faire, j'ai préféré le quitter !... Sois pas triste, pour les anniv, c'est pas l'heure, qui compte, c'est la douceur. Et là, rasure-toi, y'a largement le compte. Plein de bisous.

Écrit par : Oh!91 | 18 décembre 2009

Pfff j'arrive tjrs en retard moi ! Joyeux anniversaire quand même !
bises
B

Écrit par : petite française | 19 décembre 2009

-> petite française -> Il n'est jamais trop tard avec les Web 2.0... Merci.

Écrit par : Oh!91 | 19 décembre 2009

Oui, cette fin la annonce l'Autre et toutes les autres. Il y aurait de quoi s'effrayer. Pourtant, à voir le monde comme il va, ce sera peut-être plus une délivrance plutôt qu'une punition. Vivre les jours comme ils viennent sans penser à demain est encore la meilleure solution que j'ai trouvée mais, mais ne pas penser à demain est un travail à plein temps. Double-emploi ?

Écrit par : Gicerilla | 20 décembre 2009

-> Gicerilla -> Quelle délivrance, quand vous laissez derrière vous 6 milliards d'individus, dont la moitié a moins de trente ans...?!? Va pour le double emploi, car il faut bien jouir de la vie. Mais sachons gardé derrière la tête de ces préoccupations urgentissimes !

Écrit par : Oh!91 | 20 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.