Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 décembre 2009

la lutte contre le sida otage de la propagande gouvernementale

affiche.jpg

J'allais cet après-midi me livrer à un test de dépistage du Sida. Précaution. Pour moi, et pour les autres. Peut-être parce que j'ai découvert des statistiques alarmantes la semaine dernière : 18% de la clientèle des saunas gays déclarent être séropositifs. Avec ceux qui ne connaissent pas leur sérologie, on ne doit pas être loin des 25%. Pour ma part, je suis prudent, mais une capote à une pipe, je ne peux pas, sans saveur, c'est imbitable !

J'allais donc à l'Institut Fournier, connu pour la qualité de ses services et ses horaires étendus (expérimentés en banlieue, les centre de dépistage anonymes et gratuits imposent des horaires et des jours de consultation réduits à la portion congrue).

Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je vis trente personnes attendre devant moi, puis une petite affichette annonçant qu'en raison de la réquisition des médecins pour les besoins des centres de vaccination contre le virus H1N1, un seul médecin procédait aux consultations de dépistage, et que, nous vous remercions de votre compréhension, le service était momentanément perturbé, avec interruption des consultations pendant deux heures. Déjà que j'ai l'Internet  perturbé à la maison en raison des défaillances Neuf-SFR... Si même la santé s'y met !

Lorsque je me suis présenté à son guichet, la secrétaire d'accueil s'est montrée extrêmenent gentille et compréhensive. Elle m'a proposé une alternative : une consultation ordinaire, sans anonymat et payante. Je l'ai acceptée. Seul le résultat m'importait. Mais j'ai pensé à tous ceux qui, en raison d'une liaison adultère, d'un écart accidentel, du fait qu'ils vivent encore chez leurs parents, ou pour toute autre raison ne peuvent pas s'offrir le luxe d'une feuille de remboursement de sécurité sociale à leur nom faisant apparaître l'acte médical en question, et qui n'ont donc pas le choix, combien sont susceptibles de se décourager devant l'épreuve ?

Notre pays connaît 7.000 nouvelles contamination chaque année, les pratiques de relapse tendent à se généraliser, on sait que l'on a insuffisamment recours au dépistage, et que la méconnaissance de leur sérologie par les séropositifs est l'un des grands facteurs de la contamination... mais l'on vide de leurs médecins les centres de dépistage au profit de l'opération de communication gouvernementale, qui n'a comme objectif que l'écoulement des stocks de vaccins indûments acquis !

Ainsi va la vie en Sarkozie et Rozalye.

Mais il est vrai que la journée mondiale de lutte contre le sida, c'était il y a déjà quinze jours...

Commentaires

Eh oui, c'est fou comme en temps de crise, on arrive encore à trouver 7 millions d'euros et des brouettes pour le plan de com du "président" et rien pour la lutte contre le sida.
Ah si, cette année, et parce que Y. Bergé a quand même mis les pieds dans le plat, les Français ont donné un peu plus pour le sidaction (6 millions, quel record...) et un peu moins pour le téléthon (90 millions : c'est vrai que la myopathie concerne tout le monde et que le sida est une maladie orpheline qui touche très peu de gens).
Il y a décidément quelque chose de pas net au royaume de France.

Écrit par : deef | 15 décembre 2009

-> deef -> Ben oui, la crise, c'est pas pour tout le monde. Dans les cabinets ministériels, ils se sont accordés 23% d'augmentation, comme ça, sans bargouiner... Cela dit, je ne suis pas pour qu'on mette le frein sur la recherche dans le domaine des maladies orphelines, hein, juste pour qu'on se ressaisise d'urgence sur le Sida !

Écrit par : Oh!91 | 16 décembre 2009

Oh 91: je n'arrive pas à comprendre ce qui motive votre insatisfaction, à moins que ce billet ne veuille dire autre chose, ou qu'il ne soit cynique.

Est-ce qu'on risque d'attraper le SIDA avec une fellation, oui ou non ?
Si la réponse est "non, très peu en réalité, les rapports buco-génitaux sont très faiblement contaminants mais on les fait passer comme tels (on ment ou on exagère, donc) dans un juste souci de prévention, alors là, ok, rien à dire à votre billet.

Si vous êtes une personne qu'on dit "à partenaires multiples" (ce qui semble être le cas, même si vous n'allez pas souvent au sauna, vous y allez parfois, c'est vous qui le dites plus haut) et que vous avez choisi le sexe sans capote, ok, rien à dire non plus. Vous ne violez pas, vous ne trompez pas, tout le monde est volontaire pour tutoyer la mort. Vous savez pertinemment aussi qu'un résultat de test, c'est comme l'étoile qu'on voit dans le ciel, elle brille mais elle est déjà morte depuis longtemps. Le test vous dit qu'il ne détecte rien, mais rien ne prouve non plus que vous n'êtes pas contaminé et contaminant depuis dix jours, depuis la veille, depuis une heure.

Vous acceptez de vous mettre en danger et de mettre des partenaires (forcément) consentants en danger, mais vous n'êtes pas content pour quoi ? Parce qu'on vous propose de vous faire payer un certificat de non-contagion que vous obtenez d'habitude rapidement et gratuitement ?

Je ne dis pas que si on attrape le SIDA, on n'a qu'à en crever à ses frais, tant pis. Sinon, que dire de l'alcoolisme, de l'obésité, du tabac, etc.
Vous voudriez qu'on consacre plus d'argent à la lutte contre le SIDA, à la prévention ? Mais c'est contradictoire avec votre "imbitable avec capote". Vous voulez qu'on soigne mieux les malades ? Comme tout le monde, mais n'avez-vous pas le sentiment que pour vous, pour vos amoureux, certaines des balles sont dans vos mains, et que si vous jouez contre vous, votre camp, vous êtes responsables de ce qui vous arrive avant l'Etat, avant Sarkozy ? Ce n'est pas Sarkozy qui vous tue, c'est un virus, qui n'a pas de bulletin de vote.

Écrit par : Suzanne | 16 décembre 2009

Hello ! tien tu t es encore fait allumer pas d goux !
biz

Écrit par : corto74 | 16 décembre 2009

-> Suzanne -> Bien, vous vous êtes donné de la peine, cela vaut une réponse. En commençant par une petite clarification : 1/ je ne baise pas sans capote, 2/ je pratique la fellation sans capote - précisément en raison de ce que vous dites du très faible risque lié à cette pratique, 3/ Je fais un test de temps en temps, histoire d'avoir des certitudes quant à ma sérologie, car je ne peux pas dire exactement que je suis dans des pratiques à zéro risque : une façon de mieux respecter les autres aussi. 4/ Si vous aviez bien lu mon billet, vous auriez compris qu'en ce qui ME concerne, le passage par une consultation nominative n'a pas été un problème. Je souligne simplement que pour une majorité de gens, cela peut en être un, et qu'il vaut mieux offrir à tous le droit au dépistage que de le réserver aux pseules ersonnes les mieux assumées et les mieux entourées. C'est une question de santé publique.
La finalité de mon billet est simple : le dépistage est une nécessité, pour toutes les personnes qui ont pris ou pensent avoir pris des risques. Moins on dépiste, plus on prend le risque de contaminations involontaires. L'accès facile et gratuit au dépistage est une des conditions de la réussite de cette politique. Donc une des conditions pour limiter le nombre de contaminations. Pour vous-même, Monsieur Goux, ou vos enfants.
Alors même que les associations alertent sur le relapse, sur le nombre de contaminés non dépistés, et sur les risques inhérents, on vide les centre anonymes et gratuits de leurs médecins. C'est un non-sens, une absurdité, et une lourde responsabilité (vous avez remarqué, je n'ai pas dit "crime"). A bientôt ;
-> corto74 -> La bête est à l'affût. Toujours. Tapie là. Et parfois elle bondit. Elle n'a juste pas vu qu'elle avait perdu toutes ses dents !

Écrit par : Oh!91 | 16 décembre 2009

Ok, merci pour l'explication.
"On vide les centres anonymes et gratuits..." Seulement pour la grippe, non ?

N'empêche, si la fellation est peu contaminante, elle l'est un peu quand même (tandis que le cunnilingus, non, ce qui montre bien que Dieu-Allah essaie un peu de racheter ses conneries sur le péché originel de la Femme, et préfère punir les gays). Qu'on prenne des risques consentis, oui, mais c'est un peu contradictoire, quand on prend ce risque, quand on le fait prendre à d'autre, d'incriminer les politiques. Ils étaient coupables lors du sang contaminés, ils sont coupables pour des tas d'autres chose, mais... (bon, je ne vais pas me répéter, je vous ai assez ennuyé, et puis, vous faites peut-être partie de ces gens qui pensent qu'il faut demander des indemnités aux tabagistes qui vous ont vendu votre paquet de Gitanes chaque jour)
J'allais dire "prenez vous en main", mais euh, p'têtre qu'il vaut mieux pas. Bonne bourre sans Sida, en tout cas.

Écrit par : Suzanne | 16 décembre 2009

Non mais, qui c'est, cette obsédée de la fellation contaminante ? Une frustrée du vit ou quoi ?
@Suzanne : je pense que vous avez assez dit de conneries, je sors la boîte à baffe.
Ce que dit Olivier avec ce billet, c'est que le nain, là, vous savez votre idole nauséabonde qui nous sert malheureusement de président, lui et son gouvernement d'incompétents n'ont depuis qu'ils sont arrivés au pouvoir pas engagé une seule campagne de prévention contre le sida.
Et que, non contents — ces macaques — de ne rien faire pour promouvoir des attitudes de protection en matière de santé publique, ils sont en train de bousiller ce qu'il nous reste de système de soins au nom d'une approche connement comptable de la santé. Ça vous monte au cerveau, bécassine, les déremboursements successifs de médicaments, la volonté de ne plus prendre en charge les affections longue durée et autres franchises que nous subissons, pendant que le nain se paie 7 millions d'euros de com par an et un "Air Force One" pour ses petits déplacements ?
Mais peut-être que lorsque vous serez encore plus vieille, plus bigleuse, plus malade, car un jour ou l'autre vous serez malade (enfin, si tant est que vous ne le soyez pas déjà, du cerveau au moins), oui, un jour ou l'autre vous serez diabétique, cardiaque, ou bien vous aurez un joli petit cancer ou Alzheimer, et que ce jour-là, suite à la politique de votre nain de jardin préféré sur le modèle des USA qui lui est si cher, on ne vous remboursera plus vos soins, eh bien, ce jour-là, ça vous montera peut-être au cerveau — enfin ce qu'il en restera — qu'effectivement la santé à deux vitesses, c'est pas tout à fait génial.
Quant à votre "ce qui montre bien que Dieu-Allah essaie un peu de racheter ses conneries sur le péché originel de la Femme, et préfère punir les gays", je ne peux que vous répondre en vous disant que je n'espère vraiment pas qu'un de vos enfants vous revienne un jour penaud, la queue entre les jambes et bien plombé, faute d'avoir été prévenu des dangers du sida par des gouvernements qui n'en ont rien à foutre. Non, vraiment, je ne vous le souhaite pas.
Ou peut-être si, finalement, juste pour vous plomber un peu le cervelet.

Écrit par : deef | 16 décembre 2009

Deef: tant d'intelligence et de gentillesse, ça fait plaisir. Je ne souhaitais pas susciter un débat, figurez-vous. Je posais des questions, j'exprimais un désaccord, et toc, la machine embraye... Voyons voyons, elle n'est pas d'accord, elle dit que le SiDA c'est pas la faute de Sarkozy et elle a l'air de trouver ça pas bien qu'on se plaigne d'être contaminé si on est pas protégé, ça ne peut être qu'une sarkozyste moraliste, vielle frustrée qui a une triple capote sur le cerveau et des toiles d'araignée où je pense.

J'ai compris ce que disait Oh 91 plus haut, le truc sur Dieu-Allah c'était une vanne, je n'y crois pas, libre aux cons ou aux pauvres gens qui voient dans les maladies vénériennes une punition divine de psalmodier, de sermonner, enfin bref.

C'est vachement sympa de souhaiter la mort ou la contamination des autres (même des sarkozystes!) dites donc... Ouaouh, z'êtes un mec humain, pétri de bonté, sensible et tout, vous. Juste pour dix lignes qui ne vous plaisent pas et que vous comprenez de travers, en plus.

Eh bien moi je vous souhaite une excellente santé, une bonne continuation, les rencontres et les amours les plus charmantes possibles, sans cette fichue maladie si vous ne l'avez pas déjà, et si vous l'avez, la moins virulente possible, voilà.

Écrit par : Suzanne | 16 décembre 2009

Il n'a jamais été écrit ici, à aucun moment, que le sida c'était la faute de Sarkozy. Chaussez vos bésicles, relisez et arrêtez de fantasmer.
Quant à vos soi-disant vannes, vous feriez mieux de vous abstenir, elles ne font rire personne d'autre que les tordus dans votre genre — D. Goux et Cie. Vous allez peut-être trouver ça injuste, mais voici la vérité toute nue : vous n'avez aucun humour. N'essayez donc pas d'en faire, ça tombe à plat.
Et non, je ne suis pas pétri de bons sentiments. Si ça ne vous sied pas, ma foi, le mieux que vous ayez à faire c'est de passer votre chemin et d'aller poster vos âneries ailleurs.

Écrit par : deef | 16 décembre 2009

Bien, Deef, c'est votre blog, après tout, et j'ai eu tort d'essayer d'y discuter, restez entre vous bien au chaud.

Écrit par : Suzanne | 16 décembre 2009

-> Suzanne -> Il faut toujours se méfier des idées reçues : le cunnilingus est également contaminant, avec un facteur aggravant en cas de règles. On recommande de prendre un préservatif, et de l'ouvrir avec un ciseau dans le sens de la longueur pour en faire un écran rectangulaire... Les risque quadruple zéro ne présente évidemment pas que des avantages. Pour le reste, je ne confonds pas responsabilisation et santé publique, on a nos papes pour ça ! Il faut informer, prévenir, soutenir les associations qui font un travail de proximité, ne pas laisser s'installer des pratiques devenu=es dangereuses... et en faire un peu moins pour la grippe A. C'est mon avis ;
-> Deef -> J'allais te dire : ne cogne pas, tu vas te faire mordre... Mais trop tard. Note que question mordant, t'en avais sur la patate. Suzanne, Deef a raison d'être ainsi dans la révolte, parce que derrière la morgue cynique de nos dirigeants, leur irresponsabilité, leur laissé aller, il y a des préjudices irréversibles qui se nouent.
Merci à tous les deux de mettre ainsi un peu d'animation et de l'esprit dans le ronron de ce blog. Ça me manquait, tiens...

Écrit par : Oh!91 | 16 décembre 2009

Salut Oh :-)

Tu fais très bien d'attirer l'attention sur ça:
"Peut-être parce que j'ai découvert des statistiques alarmantes la semaine dernière : 18% de la clientèle des saunas gays déclarent être séropositifs. Avec ceux qui ne connaissent pas leur sérologie, on ne doit pas être loin des 25%."

En Italie les rapports non protégés sont de plus en plus fréquents.
Pas tellement chez les adolescents, plutôt chez les jeunes adultes, les trentenaires, les quadras.
Donc des gens qui savent, ou plutôt qui ont su.

J' ai l'exemple, frappant, d'un ami hétéro (38 ans, intello) qui l'année dernière m'a dit, mine de rien, qu'il allait au labo chercher le résultat de ses analyses, je lui ai demandé s'il était malade, il m'a répondu que non, mais tous les deux mois, il fait un contrôle AIDS, suite à quoi il m'a expliqué qu'il baise généralement sans préservatifs. ma question a été "Mais les filles, les femmes, elles acceptent???"
Réponse, oui!
Le connaissant et connaissant certaines de ses partenaires, j'en ai été éberluée!

Alors pourquoi?
Parce que j'ai questionné (je l'ai engueulé aussi).
Et bien , je dirais par inconscience, parce que les campagnes sont de plus en plus discrètes, parce que la maladie fait moins peur, peut-être l'impression qu'elle se soigne bien, ou qu'on peut vivre avec.
Mais au delà de ces motifs, j'ai une impression, une sensation étrange, comme si la vie avait moins d'importance, une attitude inconsciemment suicidaire. Peut-être liée au fait que les 20/40 ans en Italie sont vraiment des générations sacrifiées, de longues études qui aboutissent sur des contrats précaires, des boulots de merde, aucune vision du futur...
j'ai plein d'amis entre 30 et 40 ans, diplômés, brillants, qui partagent encore des apparts avec d'autres, qui ne peuvent pas envisager d'avoir des enfants car ils sont économiquement trop fragiles...etc

c'est un problème de société très préoccupant.

alors si les États en rajoutent, on va à la catastrophe

baci baci

Écrit par : céleste | 17 décembre 2009

Oh 91 : j'ai regardé ce qu'on en dit sur les sites des associations d'aide aux malades et de prévention du SIDA, les opinions sur la dangerosité des pratiques convergent pour l'essentiel, mais diffèrent sensiblement sur les sujets dont on parlait plus haut (à partir du moment où les risques de contamination sont faibles, limites inexistants, les conseils de prévention sont plus ou moins hyperprécautionneux)
Et, de toute façon, je suis d'accord avec votre premier commentaire. Comme quoi, il suffit parfois de causer un peu.

Par contre, les réactions du type "allez crever, toi et tes gosses, salope sarkozyste", c'est légèrement choquant.
Souhaiter à quelqu'un la mort pour une critique de billet, déjà, ça craint quelque peu, souhaiter la contamination par le HIV c'est dégueulasse vu le contexte parce que je n'ai pas eu de discours qui appelle à cette réaction (style : c'est une punition divine, tu l'as bien cherché mon p'tit pédé), et aussi parce qu'il y a des personnes derrière leur écran, que ce genre de souhait exprimé à une personne précise, même si c'est une sarkophile (ce qui n'est pas du tout, du tout mon cas, en plus, mais là n'est pas le problème), c'est méchant (je me répète). Vous ne savez pas si je n'ai pas déja fermé les yeux d'un frère, ou d'un copain d'enfance, qui est mort tout maigre et tout pourri parce qu'un ami ne lui a pas sauvé la vie.

Écrit par : Suzanne | 17 décembre 2009

"parce qu'un ami ne lui a pas sauvé la vie"
C'est une référence au livre de Guibert "à l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie", roman ancien qui date de l'aube du SIDA, que je recommande.

Écrit par : Suzanne | 17 décembre 2009

-> céleste -> Cette dimension quasi suicidaire, reliée à l'absence de perspective et d'avenir, c'est intéressant. Entre l'illusion d'une maladie qui serait devenue "facile à vivre", et le "rien à perdre de toutes façon", il devient simple de se dire "au moins, autorisons-nous du plaisir authentique". Et comme tu dis, cette vision, qui se répand, est devenue extrêmement dangereuse. Sans compter qu'elle sera vite coûteuse pour la société (et lucrative pour les laboratoires pharmaceutiques - lien de cause à efet ?). Baci !
-> Suzanne -> Je suis donc sûr que désormais, vous adhérez à 100 % à mon billet... Vous pourrez en faire part à qui vous savez, et à ses commentateurs indignes ! Quant à votre passe d'armes avec Deef, vous n'aurez pas pris ses "souhaits" à la lettre, évidemment. Il en va de ce type de cris comme de l'invoquation des crocs de bouchers ! Il s'agit de symboles, violents, certes, que je ne reprends pour ma part pas à mon compte, mais qui animent un débat, au même titre que l'élégance de votre réponse initiale qui en prenait le stricte contre-pied !
Quant à moi, je vous remercie du sérieux, de la sincérité et de l'intérêt de vos contributions ici, je n'en attendais franchement pas tant.

Écrit par : Oh!91 | 17 décembre 2009

Oh 91:
Je n'en ferai part à personne, n'étant ni porte parole, ni porte faix! Surtout pas à quelqu'un qui sait lire. Je ne reviens pas sur mes premières réactions, et votre billet nu prêtait le flanc à la critique. Si j'avais été complètement d'accord avec cette critique, je ne serais pas venue discuter ici... Il n'y a aucun conflit de loyauté à s'expliquer, à aller de blog en blog. Ou alors, c'est qu'on est con, qu'on a des chefs, des maîtres-blogueurs à penser, l'esprit de troupe, qu'on met des digicodes là où ils n'ont pas lieu d'être, qu'on choisit son camp et qu'on tire à vue dans le noir. Dommage de reproduire sur un blog les clôtures hérissées de barbelés, les murs avec tessons de bouteille, les Rottweiller dans le jardin, les casse-toi d'là t'es pas d'ma bande. C'est un des thèmes récurrents de Didier Goux, pétri d'outrances, de contradictions et d'humanité très sensible, qui ne vire pas ses contradicteurs, ne leur coupe pas la langue et ferroie sans humilier ses victimes jusqu'à la dernière larme.

Si Deef regrette ses souhaits, il peut le dire lui-même. Je note que vous ne les partagez pas :-)

Écrit par : Suzanne | 17 décembre 2009

Pour finir: Je relis mon commentaire précédent, et le trouve outré car un blog n'est qu'un blog. Il s'adressait à Def en plus grande partie, et je remercie Oh 91 pour son accueil et cette discussion.

Écrit par : Suzanne | 17 décembre 2009

J'y suis peut-être allé un peu fort, j'admets, mais je n'ai à aucun moment employé les termes que vous me prêtez ("allez crever, toi et tes gosses, salope sarkozyste").
Une fois de plus, n'exagérez pas.
Sur le couplet "j'ai fermé les yeux à un frère", figurez-vous que je ne vais pas vous plaindre, parce qu'on ne vous a pas attendue, qu'on y a tous eu droit un jour, que ce n'est pas fini et que c'est bien pour ça que je perds toute patience quand je lis des débilités du genre "Dieu... préfère punir les gays" sous couvert d'humour.
Si vous aviez fermé tant de yeux de "tout pourri" que ça, cette phrase-là, même pour rigoler, ne vous viendrait pas à l'esprit.

Écrit par : deef | 17 décembre 2009

Deef: ok, j'ai lu, je n'ai pas envie de surenchérir, cette conversation est terminée pour ma part.

Écrit par : Suzanne | 17 décembre 2009

une seule façon de ne plus être contaminé, ni courir de risque : mourir !

arrêtez de vous incriminer... il y a une maladie, ma soeur en est morte le 1er mai, et, ainsi, elle a fait la nique à la H1N1 !!! protégez-vous, testez-vous, ou ne vous protégez pas, ne vous testez pas... mais sachez, au moins, ce que vous encourez.

Que vous vous enc... vous léch... vous... a... b... c... d... ou g... (surtout !) on s'en FOUT !!! (littéralement). On vous demande, seulement, d'éviter de contaminer vos partenaires.

Alors, vos querelles de chapelles et de minarets (brandis, érigés... dressés) vous ne nous éclairez guère.

Mêler Sarkozy à cela... je serais presque de l'avis de Didier... je crains que ça ne soit beaucoup plus compliqué.

Écrit par : Lucia Mel | 17 décembre 2009

Oh!91, arrête de donner de mauvais conseils à Deef (qui s'en tamponne et il a bien raison) "ne tape pas, tu vas te faire mordre" et puis quoi ? tendre la joue gauche, en plus ?
De toute façon, je n'aime pas les débats sur les blogs, je préfère débattre les yeux dans les yeux.
N'empêche qu'il y a bien une attitude que je n'aime pas, c'est celle qui consiste à faire marche arrière quand pense avoir dit une connerie et à la transformer en vanne. Ou alors à citer Dieu et jurer qu'on n'y croit pas. Bref.
Je voulais réagir suite au commentaire de Céleste.
Je crois qu'elle a deviné juste. Ceux qui ont appris à aimer avec le SIDA, à avancer dans la vie sans aucun espoir de la mener pépère ont aussi choisi de se foutre - plus ou moins - de tout, finalement.
Mourir de ça ou d'autre chose, bosser là ou ailleurs, aimer un tel ou un tel, finalement, quelle importance puisque rien ne dure ?
Il règne un cynisme qui fait froid dans le dos, et que je ne retrouve pas chez les générations plus âgées.
Et dans les rapports humains, une désespérance qui fausse tout.
Joyeux Noel, Félix !
;)

Écrit par : Fiso | 18 décembre 2009

-> Lucia Mel -> De Sarkozy à la Sarkozie, il y a une toute petite nuance, qui s'appelle la société comme elle va. Mon billet dénonçait la désorganisation des centre de dépistage en raison d'une campagne de vaccination discutable (et discutée) - alors que sur les voies de la contamination au HIV, tout le monde est d'accord. Ai-je le droit ? Je suis ravi que ça aie suscité du débat, l'outrance me convient dès lors qu'elle permet d'exprimer en clarté des partis-pris, et puis basta ! Quant à la supposée "humanité" de réaco-cynisman number one, j'ai déjà écrit, dans un billet qui s'appelait "la démarcation républicaine", ce que j'en pensais... Merci de ton passage ;
-> Fiso -> Félix ??? Bon, allez, on tourne bientôt la page de 2009, y'aura peut-être de plus belles choses...

Écrit par : Oh!91 | 18 décembre 2009

message supprimé : le débat est clos, sur le registre de l'invective en tout cas. Désolé, Monsieur AVAST, votre coup de gueule ne manquait pas d'à-propos !

Écrit par : administrateur | 24 décembre 2009

Les commentaires sont fermés.