Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 octobre 2009

le blogueur n'est pas qu'un animal paranoïaque (4 et fin)

IMG_2347.JPG

Pour clôturer une série de rencontre inter-blogueurs commencée , Bougrenette avait donc pris l'initiative d'un brunch, dimanche matin. Elle est comme ça, la Bougre. Elle aime le social, elle le provoque, elle y cache ses peurs et ses fragilités, elle s'y glisse à petits pas ou organise les choses en grand, avec son air de pas y toucher.

Nous étions donc onze autour de la table, chez Joe Allen. Pour attirer le chaland, si cela ce fut avéré nécessaire, elle mit donc un Bruno aux enchères, avec ses un mètre quatre-vingt-dix-huit, une belle charpente, quelques arguments de l'ordre du charme ajusté, souriant, souligné de subtiles pâtes d'oie, une voix des profondeurs... bref tout pour plaire. Et pas qu'à ces dames. Un homme aux enchères ? Ben c'était pour rire, évidemment, de toute façon, il aurait été hors de la portée de toutes nos bourses réunies. Et puis ces dames sont toutes engagées dans je ne sais quel programme où les hommes sont ramenés, consentants, au rang d'objets à adopter. Quand je te dis que c'était un plan de nanas.

Alex, Deftones, Bruno et moi, on sentait bien qu'on était là un peu en alibis. Voire en faire-valoir ou en amuseurs publics. Je parle de Deftones, là, qui s'y connait dans le domaine.

Donc, retour aux nanas, il y avait Fiso, qui tout comme Bougre avait été empêchée au Paris-Carnet et au Kremlin des blogs, et que je retrouvais là après - wouah !... - une bonne dizaine de jours sans la voir. Véro, entre sorties cul et sorties spectacles - mon équilibre idéal - que j'avais déjà croisée chez Bougre, tout comme Princess on Line. Petite Française, déjà un brunch à notre actif - en compagnie de Gicerilla un mois plus tôt. Multi-sourire, celle qui ne dégaine qu'avec des rimes - en repos momentané. Et Quine, qui m'avoua me suivre depuis longtemps, et qui conçoit le blog comme une façon de se réconcilier avec elle-même, assumant sa part intime grâce au doux confort de l'anonymat.

L'avantage d'être avec des nanas, c'est que si tu croises Edouard Baer sur un Vélib, près de l'Église Saint-Eustache, il te décoche un joli sourire et te salue amicalement de la main. Autrement, ça n'a que des inconvénients : arrêt chaque 10 mètres devant les devantures de magasins, rires putassiers indécryptables... d'autant que chassés vite du Joe Allen - on ne rigole pas avec le petit commerce - il nous fallut trouver une terrasse plus hospitalière pour finir l'après-midi. J'avais projeté de m'éclipser en douce pour faire quelques longueurs de piscine, et me décrasser de la semaine, mais je fus kidnapé sans ménagement.

Note que d'un point de vue anthropologique, je n'ai pas tout perdu à ce rapt : par exemple, j'ai appris qu'on faisait beaucoup dans le bi, chez ces dames. Le bi y est en effet fort bien côté, à ce qu'il paraît : on me demanda si je pouvais entremettre dans ce rayon, je dis sans vouloir décevoir qu'à ma connaissance, le bi préférait quand même surtout le mâle, ce qui n'incommoda pas Véro car elle n'est pas seule dans sa quête...

J'appris aussi que la fellation pouvait être, chez certaines, un moyen de contrôler la cuisson des œufs à la coque, mais que malheureusement, dans de nombreux cas, il fallait plutôt viser le mollet ou même carrément l'œuf dur ! (tu ne comprends pas ? C'est normal, un truc de nanas, je te dis, et je n'ai moi même pas bien saisi si la faute en incombait à l'homme, à la fille ou à la mouillette)

Plus que perturbé par le contexte, Deftones tenta une diversion autour d'une recette de cocktail sexuel, où il y faut un nain bi passé dans un agrégateur de flux RSS. J'espère qu'il développera bientôt dans un prochain billet. En tout cas, il les fit bien rire, ces dames. Et moi aussi, il faut bien le dire.

Voilà. En quatre billets, j'ai mis plus de liens qu'en vingt-trois mois de blogs réunis. Il ne faut plus m'en demander jusqu'à l'année prochaine. D'ailleurs, maintenant, il faut me laisser ou bien je meurs sur place.

Merci mesdames (Bougre, tu me fais signe quand Bruno en est à sa deuxième décôte !)

Commentaires

:-) compte sur moi, en attendant je lui ai fait suivre ta note, il va adorer. Les blogs, monde totalement inconnu pour lui, il se mélange le cerveau pour un simple commentaire, je ne manquerais pas de te faire part de ses éventuelles remarques. Je t'embrasse !
ps : quelle justesse dans l'analyse.

Écrit par : Bougrenette | 15 octobre 2009

intéressante et brillante description !

Écrit par : Gaspard | 15 octobre 2009

mdr ! Très amusant de voir ton ressenti de journée !
(ça me change ! ;o)
Et merci pour l'appel au Bi, on sait jamais... ;o)
Bises de papillon

Écrit par : VéroPapillon | 15 octobre 2009

Joliment résumé ;-)

Écrit par : Quine | 15 octobre 2009

Quoi j'ai manqué le Bruno aux enchères ? Oui, parce que tous les autres, évidemment on s'en fout ! NOOOOON, je plaisante, je suis juste triste de vous avoir loupés. Une autre fois j'espère. Pour la cuisson des oeufs, je peux vous expliquer si vous voulez. Elles sont coquines ces Dames :-)

Écrit par : Gicerilla | 15 octobre 2009

Joli post Oh ! J'ai l'impression que le nain bi va me coller à la peau ;-D

Écrit par : deftones75 | 15 octobre 2009

Là encore, vous m'épatez ! Excellent !

B

Écrit par : petite française | 15 octobre 2009

Heu, je ne veux pas faire mon mauvais caractère, mais je n'ai pas été "empêchée" au Paris Carnet.
J'étais ailleurs, certes, mais ce n'est sûrement pas là que j'aurais passé ma soirée d'anniversaire ! :p
Sinon, tu assures dans le compte-rendu même si je n'apprécie qu'à moitié le "en dehors d'Edouard Baer, être avec des nans ça n'a que des inconvénients".
Tu vas me payer ce mot de trop, mon pote ...

Écrit par : Fiso | 15 octobre 2009

Oh 91 à l'honneur chez didier goux !
biz

Écrit par : corto74 | 15 octobre 2009

-> Bougrenette -> Surtout qu'il ne se mange pas le cerveau, ce serait dommage pour pareille carcasse !...
-> Gaspard -> Merci, de la visite et du commentaire, ça me fait plaisir ;
-> VéroPapillon -> On ne sait jamais, comme tu dis : mais j'ai vraiment apprécié notre petite après-midi ensemble ;
-> Quine -> Merci. Et bises ;
-> deftones75 -> pour la vie, pour la vie, je te jure ! Un truc comme ça, impossible de s'en défaire. Ou alors tu t'en trouves un une fois pour toutes, et tu exorcises...
-> petite française -> je ne croyais pas pouvoir encore vous épater, chère madame. N'oubliez pas de nous tenir informé du verdict, le mois prochain, j'en suis curieux ;
-> Fiso -> ho la la, je crains le pire quand tu t'énerves, je sens que ça va me coûter cher...
-> corto74 -> Merci de me donner l'alerte ! Nouvelle attaque, donc, en effet, j'ai vu ça. Encore un billet plein d'homophobie et de misogynie, tout en cherchant à s'en défendre. Il s'embourbe et c'est pitoyable ! Et quoi ? Je jubile, vois-tu... mais je préfère mille fois quand c'est toi qui me linke.

Écrit par : Oh!91 | 16 octobre 2009

Je suis à la bourre pour le commentaire ! Mais j'étais pas la dernière au rdv (ça me change). Belle maîtrise cher Oh ! Mais si ma mémoire est bonne, tu n'étais pas le dernier non plus à participer aux élucubrations sur les nains bi et autres oeufs à la coque... ;-) Bisous.

Écrit par : P_o_L | 16 octobre 2009

Par un lien qui en amène un autre j'arrive chez Zoridaé et puis chez un certain D Goux ! Hier et maintenant aujourd'hui il vous "consacre un billet"... Je vous lis depuis un certain temps et vous êtes venu chez moi une fois ! Je suis vraiment écoeurée des propos qu'il tient à votre égard et c'est vrai que ce type est homophobe entre autre ! Je suis vraiment triste ce matin, je ne comprends et ne comprendrai jamais ce genre de propos... Peut-être vaut-il mieux les ignorer parce que cela lui ferait trop d'honneur si vous lui consacriez un billet mais bon je passais juste pour vous dire que le hasard des cliques ne fait pas toujours bien les choses ! Par contre je suis heureuse d'avoir découvert votre blog il y tout juste une année !
Bonne journée à vous !

Écrit par : Virginie | 16 octobre 2009

Je te trouve un tantinet de mauvaise foi p'tite tête
car tu omets de dire qu'après être revenu des toilettes
tu nous as dit nous quitter pour faire des longueurs
sans préciser natation avec un sourire de bonheur

allez racontes nous ce que tu as vu dans les WC
il était grand, petit, mignon celui qui t'a accosté ?
tu crois vraiment qu'on va marcher dans ta combine ?
des longueurs.... de bisous voir plus, pas de piscine ;-)))

Écrit par : Multi-sourires | 16 octobre 2009

En tentant de déchiffrer la bande audio, j'ai entendu une voix d'homme couverte par des gloussements, parler d'un nain à double sens... Merci pour ce compte-rendu plein de piquant. Quand je pense que j'aurais pu être l'une de ces nanas. Au prochain brunch peut-être, avant que tu ne meures?

Écrit par : kielut | 17 octobre 2009

-> P_o_L -> Pas le dernier non plus à avoir exprimer mes craintes sur où un rencart pouvait bien finir par me conduire : et voilà, vous m'avez dépravé !
-> Virginie -> Je lui avais consacré un billet, puis un deuxième, il y a plus d'un an de cela, mais j'ai compris ce que tout cela avait vain. J'ai donc choisi de ne plus le considérer, ni de près ni de loin, juste comme un élément du décor, un peu comme ces crottes sur un trottoir, histoire de ne pas marcher dedans. Même si du pied gauche sa porte bonheur, ça colle quand même aux semelle et ça reste désagréable ! Je suis venu en effet déjà par chez vous. Sans doute pas assez souvent. Je vous remercie sincèrement d'avoir osé ce commentaire et de m'apporter votre soutien. A bientôt ;
-> Multi-sourires -> Tu m'offres mes premières rimes, mais je te jure que, ni je suis allé aux WC, ni j'y ai rencontré qui que ce soit, et que les seules longueurs auxquelles j'ai renoncé à cause de vous sont bien des longueurs de piscine. Juré craché. A une prochaine...
-> kielut -> Je promets que je ne meurs pas avant de t'avoir croisé à un brunch ! Merci de ton passage. Nain à double sens ? Pas sûr que ce soit de moi, ça...

Écrit par : Oh!91 | 17 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.