Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2009

le blogueur n'est pas qu'un animal paranoïaque

3997458185_a018d2a6bd.jpg

Une fois n'est pas coutume, le titre de ce billet ne correspond pas au thème qu'il aborde. C'est une phrase entendue au cours des nombreuses rencontres de blogueurs qui se sont déroulées la semaine passée auxquelles j'ai eu l'occasion de participer. J'en profite pour m'interroger ouvertement sur ma capacité à supporter, sur une longue durée, physiquement et financièrement, ce régime : la vie sociale et culturelle a du bon, mais elle a aussi un coût, en train de dépasser les limites de ma vaillance, tout comme celles de mon porte-monnaie. Voilà c'est dit. J'ai quand même des notes à écrire, des billets à lire sur des blogs amis, un travail avec des responsabilités, des longueurs de piscine à tenir et quelques devoirs d'ordre familial, ou des envies insatisfaites, qui se situent en dehors du champ de cette activité malgré tout fort stimulante !... c'est re-dit, voilà !

La semaine aura donc été celle d'un Paris-Carnet et d'un Kremlin des blogs, deux planètes qui se côtoient peu, trajectoires divergentes, alignement tous les 112 ans environ... Et aussi celle d'une nouvelle queue devant l'opéra-Bastille, un astre appartenant à une autre constellation. Plus un étrange rendez-vous de nanas ouvert aux hommes, où un Bruno d'un mètre quatre-vingt dix-huit devait être mis aux enchères, encore une idée saugrenue de Miss Bougrenette, et là on était dans le registre de la voie lactée. Bref, pour te ménager, et me soulager, j'en ferai le récit en plusieurs notes, ça devrait nous occuper pour la semaine.

Quoi dire d'abord de Paris-Carnet ? Que c'est bien d'arriver avant tout le monde, cela permet d'entrer en relation avec des gens avant qu'ils ne soient accaparés par leurs réseaux habituels. Donc quelques rencontres nouvelles furent faites. Avec un Benjamen frais émoulu, tout intimidé de sa première participation, un poil sauvage derrière une façade juvénile. Avec un Johann pour le coup pas timide, qui baptisa le parquet à coup de pinte à l'apéro et semblait capable de tout (mais je ne suis pas resté assez tard pour en être tout à fait certain). Avec Mathieu - ah, Mathieu ! - le fameux bon doux matou que tout le monde a envie de caresser. Et je dois dire y avoir lu, non sans plaisir, une empathie profonde, une bonhomie saine et radieuse. Avec Chondre, dont je pourrai désormais dire que je l'ai eu à ma table. Avec Laurent Gloasguen, celui par qui tout a commencé - mais je n'en parle pas car cette histoire appartient à une autre génération - heureux de sa vie à Montréal, rien à retirer, dit-il, et ça ne m'étonne pas. Avec Maître Eolas, qui faillit me snober, et j'ai promis que je ne le manquerai pas. Voilà c'est fait. Avec un latineo artimea (ou quelkechozum komsae) dont tout le monde vante du blog les mérites, je me dis donc qu'il faudra bien que je prenne le temps de m'y perdre. Avec Deef, qui entend consolider son sevrage par un retour à la natation et compte sur moi pour le motiver. C'est promis on s'y met dans quinze jours.

Il y avait également Philippe, qui s'acclimate doucement à sa nouvelle vie parisienne, avec qui nous étions restés sur un non-dit, ou plutôt sur un dit-mais-avalé-de-travers à propos d'une chronique qu'il fit sur la fête de l'Huma, nous avons donc pu nous expliquer. Ma fliquesse préférée, devenue sage par - on ne sait - l'effet de ses fâcheries à répétition, prix à payer d'un propos sans ménagement, ou la présence de son zhom... D'autres, qui ne me pardonneront pas de les avoir oubliés, mais Gamacé, Gilda, Franck, Kozlika... j'ai l'habitude de les retrouver dans un cadre plus... lyrique. Ou Rapha, dont je chope à chaque fois le sourire au vol. Ou les lascars qui nous viennent à chaque fois tout exprès de Nouvelle Calédonie. Ou encore Hadrien, l'hôte des lieux, dont j'ai soigneusement évité les frites, bien qu'elles semblaient mieux réussies qu'à l'accoutumée. Je le complimente au passage pour ses lasagnes aux aubergines, je me suis régalé.

Un peu plus tard, le lendemain, donc, c'est la Comète qui rassemblait des blogueurs.

C'est drôle : on croirait les loges d'une même société secrète...

M'enfin ! Voir un petit bistro de banlieue rivaliser sa race avec un bar parisien branchouille, c'est aussi une belle satisfaction.

(La photo est signée Franck)

la suite

Commentaires

Salut oh,
Voilà une rencontre bien remplie :)
Et ça donne envie d'aller à la découverte de certains blogs.
Heureux de te retrouver aussi actif qu'il y a quelque temps.
P.S: C'est chiron, j'ai juste changer de nom et de blog, question de me rapprocher plus de moi-même.

Écrit par : tchokri | 11 octobre 2009

Jolie photo !

Écrit par : Franck | 11 octobre 2009

Vive la banlieue, la Comète, ...

Mais je ne crois pas que l'on puisse y trouver une rivalité !

Écrit par : Nicolas | 11 octobre 2009

-> tchokri -> Il me semblait bien t'avoir démasqué, au delà du voyage que tu as fait - vers toi-même. Tu sais que ça me fait plaisir que tu me suives toujours ici ?
-> Franck -> N'est-ce pas ? Quel talent, quel coup d'œil, ce photographe !
-> Nicolas J -> Rivalité, au sens des deux rives du périphérique, évidemment ; pas au sens de la compétition... Bon, demain, j'attaque le KdB...

Écrit par : Oh!91 | 11 octobre 2009

Hé ho dis donc !
T'es en train de dire que la fatigue, le porte-monnaie, les obligations familiales, tout ça ... te font te questionner sur la capacité à gérer ces rencontres ?!
Tu t'interrogeras après dimanche prochain s'il te plait, merci !

Écrit par : feekabossee | 11 octobre 2009

Tu comprends pourquoi je m'autorise une sortie par mois
pour le plaisir mais aussi la gestion d'un budget ma foi
en tout cas enchantée d'avoir fait ta connaissance
et c'était pas un rendez-vous de nanas quoique tu en penses !

Écrit par : Multi-sourires | 12 octobre 2009

Tu vas finir, usé tout fatigué et fripé ;-) enfin ce que j'en dis moi, du moment que je te vois, ça me va !

Écrit par : Bougrenette | 12 octobre 2009

-> feekabossee -> Pourquoi, tu as l'intention de t'attaquer à mafatigue, ou à mon porte-monnaie ?!?... Non, tu sais, au point où j'en sui sur mon ardoise d'octobre, un peu plus, un peu moins... Et puis il y a des rendez-vous qui ne passent pas sur les comptes, c'est hors-compétition, enfin, tu vois ce que je veux dire...
-> Multi-sourires -> Et hop ! Ton premier comm chez moi, je me trompe ? Bon, ce n'était pas EXACTEMENT un rendez-vous de nanas, mais avoue que vu des mecs, ça pouvait y resembler fort. D'ailleurs je vous règle votre compte bientôt !Même plaisir, à une prochaine ;
-> Bougrenette -> Et encore, je ne me suis pas encore transformé en organisateur de rencontres, moi !

Écrit par : Oh!91 | 12 octobre 2009

Euh, on t'aurais sûrement pardonné si tu n'avais pas mis nos noms hein !! En tout cas moi sûrement :o) A bientôt pour de nouvelles aventures lyriques et prosélytiques...

Écrit par : Gamacé | 12 octobre 2009

Je te signale, bien "urbainement", que je t'offre la Fête de l'Huma 2010 (et le Buffet), vu l'énorme commentaire que tu me laissais, récemment, chez moi. Encore une fois : brav'oh! .. A bient'oh!

Écrit par : Philippe Sage | 14 octobre 2009

-> Gamacé -> En attendant, je garde ta place pour Salomé bien au chaud, t'inquiète - peut-être jusqu'au prochain Paris Carnet, sinon nous aurons recours aux services de la Poste avant qu'ils ne soient privatisés ;
-> Philippe Sage -> Donc le rendez-vous est pris. Ce sera avec plaisir. Mais on aura bien d'autres occasions de nous en parler d'ici-là, j'espère.

Écrit par : Oh!91 | 14 octobre 2009

En fait l'homme de l'année, c'est toi : tu es invité et on te réclame à corps et à cris partout, on t'aime, on te déteste et on te consacre des billets rageurs, on recherche ta précieuse compagnie pour faire quelques brasses (non coulées), bref : you are the new It Man in town ;-)

Écrit par : deef | 14 octobre 2009

Et ben c'est pas cool du tout de vous lire, tous, là, depuis mon grand nord, à me demander ce que je peux bien foutre là-bas ... je vous rate à chaque fois ... pffff

Écrit par : M. | 14 octobre 2009

-> deef -> Oui, ben le man in town, à ce régime, il pourrait bien finir coulé au fond du bassin, s'il ne fait pas un tout petit peu plus attention... T'es adorable !
-> M. -> Paris-Carnet, c'est pas dur à programmer, ma belle : le premier mercredi de chaque mois. Et si tu annonçais ta venue, dans l'hypothèse où tu aurais réglé les petits détails familiaux connexes, sois certaine que je n'y manquerais pas.

Écrit par : Oh!91 | 15 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.