Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 octobre 2009

Mégane, mon nouvel opéra

ilotopie_image_3_lr1.jpg

Il est 5h45 dans le quartier de la Bastille, ce vendredi matin. Petit matin. Tout petit matin. Après une rude nuit, toute en toux retenue. Les bars sont vides, seul un est encore comble, il est enfumé, on dirait, confondu à cette heure avec le trottoir. J'en prends une bouffée, mes essuie-glaces ne sont pas encore actionnés. Mégane, ça pourrait être le nom d'un Opéra, non ? Comme Orphée, Salomé... Un prénom de femme antique, prometteur de grande tragédie.

Tout se mélange.

Les garçons de bar sont pour la plupart occupés à manier le balais ou l'éponge, les tables sont regroupées, on entend des rideaux de fer se baisser. Quelques recoins bruissent de gens qui ne sont pas encore couchés. Les gens déjà levés sont des anomalies. Des erreurs de parcours. Des insomniaques en errance. Des fous.

Aujourd'hui, ma journée sera opéra et voiture. Ce soir, ce sera Wozzek, un autre prénom, mais d'homme. Une figure de soldat, en conflit avec la société. Un des plus grands opéras contemporains, paraît-il, que l'on doit à Alban Berg. L'après-midi, j'aurais récupéré ma nouvelle voiture. Une Mégane, d'occasion certes, mais suréquipée, féline, racée, azuréenne... un personnage d'opéra.

Il est 5h50, on me remet le numéro 36. La dernière fois, j'avais fait mieux avec le numéro 24. A l'appel de 6h, nous sommes 41 déjà à faire la queue devant Bastille pour réserver nos places pour La Bohême. Une femme, encore, mais ici son prénom n'importe pas, signe qu'on sera dans la légèreté plus que dans la tragédie. Ce sera pour le 24 novembre. Cette fois, j'y emmènerai ma mère.

A l'appel de 7h, nous sommes déjà plus de 80. Le numéro 15 manque. Il avait manqué à 6h et il manquera aussi à l'appel de 8h. Son compte est bon, il a du rentrer chez lui et se rendormir. Ou alors il a été agressé par un violeur récidiviste. Ou bien c'était un étranger sans papier tombé sur un contrôle de police. Avec ma petite bande des prosélytes lyriques, on se fait quelques films pour tuer le temps. J'en suis à mon troisième café.

Il est 9h, la file se met en place. Mon voisin de derrière participe à cette foire pour la première fois. L'opéra, il l'a découvert l'an dernier, comme moi, bien qu'étant semble-t-il de ma génération. J'aime et me reconnais dans sa façon d'assumer son ingénuité. Nous parlons et nous rassurons l'un l'autre, revendiquons notre droit d'accès à l'émotion artistique. La place de la Bastille bat désormais fort. Oubliées les heures noctambules, Paris s'ébroue. Vite, courons nous mettre à l'abri !

9h30. Nous entrons dans le hall d'accueil. Nous nous sommes familiarisés les uns avec les autres, ce jeu nous y a poussés, alors nous parlons de nos parcours, on entend parler d'histoire médiévale d'une ville allemande, de mathématique et de K-théorie, de rêves d'écriture... Anne et Franck nous ont laissés, appelés par leurs jobs.

Levé si tôt, saurais-je combattre les somnolences ce soir, à l'heure de Wozzek ? J'ai discuté tout à l'heure avec le numéro 3. Il était là à 2h10. Lui aussi a des places pour ce soir, ma crainte ne se partage donc pas. Mais lui n'a pas une Mégane à aller récupérer, à aller bichonner, choyer, amadouer entre les deux. Un contrat à signer, de gros chèques à déposer...

Allez ! Il y a toujours un acte où la confusion mêle des instincts opposés pour faire jaillir le sang, la vérité ultime. Sinon nous ne serions pas à l'opéra. Nous domperons jusqu'aux débordements. Dans une heure, c'est le lever de rideau.

Commentaires

ben faut être sacrément opéramaniaque pour subir une telle épreuve ! moi je veux bien t'accompagner pour entendre La Bohéme, mais Wozzek ce n'est pas ma tasse de thé ;-)

Écrit par : madame de K | 04 octobre 2009

-> madame de K -> Pour la Bohême, faut se dépêcher : les places sont en vente aux guichets depuis ce vendredi matin... Mais tu sais, le coup de cette queue matinale, ce n'est pas qu'une épreuve, c'est aussi hyper convivial.

Écrit par : Oh!91 | 05 octobre 2009

Je regrette de ne pas pouvoir venir faire le tapin avec vous, (comme dit Chondre), c'est tellement sympathique ce moment-là du petit matin.

Écrit par : Fauvette | 11 octobre 2009

-> Fauvette -> Quelle idée d'avoir souscrit un abonnement, aussi !...

Écrit par : Oh!91 | 11 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.