Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 octobre 2009

fruit mûr

fraise-des-bois-001.jpg

Elle était dans un coin, au ras du sol sur un tapis de feuilles vertes dentelées. Même pas cachée. Arborant un rouge fier. Au début, je ne l'avais pas remarquée, elle était pourtant dans mon champ de vision. Sous une treille, dans le jardin d'arrière-cour d'un petit restaurant de la banlieue des bords de Seine, j'étais absorbé par une discussion "d'affaire".

Le soleil n'était pas très franc, mais il faisait doux et nous étions au calme, à deviser autour d'une aile de raie. D'un coup, perdant de ma concentration, mon regard a réalisé qu'il s'était plusieurs fois posé sur elle, brillante et captivante, dressée vers le ciel. Pas beaucoup plus grande qu'un noyau d'olive.

Alors je ne pouvais plus la quitter des yeux. Elle me narguait. Pour un peu, je l'aurais crue grandir à vue d'oeil. Elle devint le centre de gravité de ma conscience. Le point focal. Je la fixais quand je parlais, et retournais la voir entre deux bouchées.

Après le café en repartant, j'oubliais de lui lancer un dernier regard.

Pourtant, une fraise des bois au crépuscule de septembre, en pleine banlieue... Comme un sourire dans une rame de métro !

00:18 Publié dans divers | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

La nature fait de petits miracles...

Écrit par : Homer | 01 octobre 2009

Ca fait pareil un sourire dans une rame de métro.

Écrit par : Bougrenette | 01 octobre 2009

-> Homer -> Il paraît que des fois, elle en fait même des grands...
-> Bougrenette -> Bon ben voilà, il me manquait une vraie conclusion, je te pique ton idée... Et ça s'appelle de l'usurpation de propriété intellectuelle ! J'assume ;
-> Madame de K -> Joli... j'avais tout de suite capté l'allusion au caprice, à la réalisation duquel j'entends travailler ce WE, d'ailleurs... Donc rouge, le bout, j'ajoute au cahier des charges. ;-)

Écrit par : Oh!91 | 01 octobre 2009

Ah ! je vois que toi aussi tu aimes les fruits un peu mûrs, brillants et captivants, et dressés vers le ciel. Je le savais !... (en rapport avec mon caprice ;-)

Écrit par : madame de K | 01 octobre 2009

"une troisième métamorphose : la rencontre avec la blogosphère"; j'arrive ici par hasard ou plutot sans hasard: le miracle de la blogosphère...
à pluche !

Écrit par : corto74 | 01 octobre 2009

Fallait la croquer ;-)

Écrit par : deef | 02 octobre 2009

-> corto 74 -> La rencontre hasardeuse, c'est encore la plus grande force de la blogosphère... Merci d'oser ces traces ici, et reviens quand tu veux ;
-> deef -> Je n'ai pas arrêté d'y songer, figure-toi, n'eut-elle été au raz du sol et contre un mur, dans la cour intérieur d'une maison, exposée aux humeurs des animaux domestiques...

Écrit par : Oh!91 | 03 octobre 2009

Tu me ramènes à mes souvenirs d'enfance en Allemagne, quand je partais à la cueillette des fraises de bois. Elles sont délicates et si parfumées.
Moi j'aurais fait comme Deef, je l'aurais délicatement fait rouler dans la paume de ma main.
Les animaux domestiques, on s'en bat les noix comme dirait l'autre, on est plus à ça près avec toutes les merdes que l'on mange -ou boit et je ne parle pas d'alcool, tu l'auras compris)

Écrit par : Fiso | 05 octobre 2009

-> Fiso -> Si j'avais su, je l'aurais surtout cueillie pour te la porter le soir même chez toi, la passer sous l'eau et la porter à ta bouche.

Écrit par : Oh!91 | 05 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.