Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet 2009

le regard qui tue

brutos14197_SamDevries.jpg

Je pourrais décliner de toute autre manière ce débat sur le fond et la forme. La façon notamment dont je m'acharne à soigner ma forme pour occulter mon fond. Cette volonté de plaire, au mieux pour être aimé, au pire pour éviter le conflit. La question du regard.

Je dépends trop du regard de l'autre, paraît-il. Je passe mon temps à m'appliquer. Ou à m'excuser. Je donne et je mets en dette. J'escompte plus que je ne demande. Je m'intoxique du regard de l'autre. Je m'y efface. J'en perds le sens de mes propres désirs. Je ne suis personne, comme je l'analysais .

Mon psy m'a proposé lors de notre dernière séance de sortir de ce piège dans mon rapport avec lui. Et de passer sur le divan. "Vous attachez trop d'importance à mon regard, je crois qu'il faut vous en libérer." Puis il a ajouté : "pour moi aussi, ce sera mieux de ne plus avoir à affronter le poids de votre regard."

Comme d'habitude, ce furent ses derniers mots, et l'explication aura lieu à la prochaine séance, après une semaine de cogitation. Mais c'est terrible, parce que dans cette phrase, je revoyais les mots de S. qui, érigeant des principes de distance comme condition à la poursuite d'une relation amicale entre nous, me dit "ton regard amoureux m'étouffe".

En week-end à la campagne avec quelques amis, je les ai vus s'amuser des grands yeux que je leur offrais en trinquant avec eux à l'heure de l'apéro...

Qu'ai-je donc dans l'oeil qui à ce point dérange, ou affole, alors que je me vois transparent comme l'air ?

Commentaires

Une demande, une attente peut-être qu'ils ne sont pas en mesure de te donner.
Je n'en sais rien en fait, tu ne m'as pas fait cet effet là, même si je trouve que ton regard est intense et scrutateur...
Bon week-end.

Écrit par : Fauvette | 15 juillet 2009

Tu sais, je connais peu de gens qui ne soient pas, peu ou prou, dépendant du regard d'autrui.

Écrit par : Olivier Autissier | 15 juillet 2009

Qu'es-tu donc, toi qui m'aimes ? Le miroir où je me regarde ou l'abîme où je me perds ? Gustave Thibon, c'est peut être un peu loin du sujet mais j'aime bien cette citation. On dit aussi que c'est l'âme qui fait le regard. Je n'ai pas fait avancer le kiki mais bon :-) je t'embrasse

Écrit par : Bougrenette | 15 juillet 2009

Le regard c'est une des choses que l'on répère en 1er chez quelqu'un. Sans se parler c'est par le regard que l'on communique lors d'une 1ère rencontre.
Et t'as de beaux yeux tu sais !
(Et c'est vrai)

Écrit par : Christophe | 15 juillet 2009

Je sors de chez Demoiselle Gicerilla et je me demandais si en vous lisant réciproquement vous n'arriveriez pas à comprendre votre souci?!
http://gicerilla.hautetfort.com/archive/2009/06/22/elle-gicerilla-ou-l-art-de-decourager-le-galant.html

Écrit par : Rouge | 15 juillet 2009

-> Fauvette -> Intense et scrutateur... perforateur aussi peut-être ?
-> Olivier Autissier -> Un jour, j'avais entendu Albert Jacquard parler du bonheur en disant que pour lui, c'était "être beau dans le regard des autres". Je crois que c'est à peu près ce que je recherche : simplement le bonheur...
-> Bougrenette -> M'enfin, qu'est-ce que le kiki vient faire là-dedans ?!?...
-> Christophe -> Merci. Et encore, tu n'as vu que les yeux !...
-> Rouge -> Étonnant témoignage, en effet, avec ce curieux effet miroir. Merci pour le lien.

Écrit par : Oh!91 | 16 juillet 2009

you're welcome m'sieur!

Écrit par : Rouge | 16 juillet 2009

Toi tu sais que ton regard je ne l'ai vu qu'une fois, et encore par écran interposé alors ... pourtant, en lisant les lignes qui précèdent, je ne peux m'empêcher d'y répondre car en le voyant, ton regard, de façon si impersonnelle et si fugace, je m'étais fait la réflexion qu'on était naturellement attiré par tes yeux ... Mon manque de connaissance de toi m'a donné deux explications que je te livre pour la très faible valeur qu'elles ont ;-) : ton ouverture d'esprit est très certainement marquée par tes yeux très écartés, beaucoup plus que la moyenne on va dire, donc notre regard est lui-même attiré, comme par tout ce qui est hors de la routine ... et puis tes yeux parlent differemment, aussi ... et enfin ton regard est doux et tes yeux sourient ...

Écrit par : Manue | 18 juillet 2009

-> Manue -> C'est gentil ce que tu dis de mes yeux. Je retiens qu'ils parlent différemment. Tu veux dire le droit du gauche, comme dans une polyphonie ? C'est drôle, je ne l'avais jamais entendu dire, encore, ni même qu'ils étaient plutôt plus écartés que la moyenne... Si ce n'est pas du à l'effet écran, je m'en vais mener ma petite enquête auprès de mes proches pour voir s'ils confirment ton diagnostique. Sinon, faudra qu'on s'organise pour nous les voir en vrai, nos yeux, tu crois pas ?

Écrit par : Oh!91 | 19 juillet 2009

Je voulais commenter votre texte et alors que j'affûtais mes doigts sur le clavier, ne voilà t'y pas que je note le commentaire de Rouge. Et je comprends mieux votre intervention chez moi sur la note en question, vous qui êtes d'habitude si discret. Et j'en reviens à l'interprétation des mots de l'autre par l'autre, à ce que met le lecteur dans les mots de l'auteur qui peut-être n'y est pas. Projection ? Interprétation ? Ouverture d'un nouveau champ de réflexion ?

Quoiqu'il en soit, revenons à votre interrogation. Il se peut que votre regard, sans que vous le sachiez, scrute plus qu'il ne regarde. Votre regard est peut-être de ceux qui veulent vraiment voir, c'est à dire, qui veulent aller au-delà de la surface, au-delà des apparences. Votre regard trahit sans doute une véritable volonté de savoir. Et il se peut que celui qui le reçoit ne se sente pas capable de le soutenir par l'effroi qu'il a que vous le perciez à jour`? Je soutiens volontiers le regard de l'autre mais votre texte me fait penser à mon N+2 qui ne regarde pas, il transperce. Vendredi, j'ai dû lui en faire le commentaire tant j'avais l'impression qu'à travers mes yeux il voyait mes entrailles et sondait chaque méandre de mon cerveau. Bref, votre regard est peut-être trop intense pour une majorité habituée à effleurer ? Simple hypothèse. Intuition ?

Écrit par : Gicerilla | 19 juillet 2009

-> Gicerilla -> "l'effroi qu'il a que vous le perciez à jour" : oui je scrute, je détecte, et c'est ma défense. Mais n'est scruté que celui qui veut y voir cela. Un autre dira mon regard doux. Ou le verra profond, on vantera mon écoute, mon attention. Je suis aussi mâteur, et je n'ai jamais su si j'étais décelé dans ce rôle. Mais dans l'amour, je me crois insistant, et ça je ne sais pas le dissimuler. D'où peut être "l'effroi qu'il a que (je le perce) à jour".
Peut-être le mieux serait qu'un jour nous nous donnions la peine de nous les voir en vrai, nos regards...

Écrit par : Oh!91 | 19 juillet 2009

C'est drôle cette remarque sur tes deux yeux qui seraient plus ou moins indépendants l'un de l'autre ...
J'ai en effet, dans ma vingtaine de brouillons de biillets (qui ne seront peut-être jamais publiés), un paragraphe sur mon regard dont je me suis aperçue, il y a peu, qu'il était animé par 2 pupilles très différentes : l'une perçante, l'autre caressante. Ce fut une découverte étrange dont je m'amuse souvent.
Quand à ton regard à toi, puisque je me reconnais parmi ces proches que tu cites, j'ai toujours aimé son acuité. Je suis de celles qui s'amusent quand tu fais les yeux ronds.
Mais je peux imaginer qu'il mette mal à l'aise car sur moi, ton regard n'est pas aussi "envahissant" que sur d'autres. Savoir le moindre de ses gestes guetté, épié et analysé est rarement agréable.
As-tu toi-même, à l'instar de Gi, été mal à l'aise sous un regard trop inquisiteur ?
(perforateur, quel drôle d'emploi que ce mot, il me met mal à l'aise et me rappelle Boby et sa toile d'araignée)

Écrit par : Fiso | 19 juillet 2009

-> Fiso -> Non, je ne me souviens pas avoir jamais ressenti d'intrusion du seul fait d'un regard. A une époque, je me voyais percé et transpercé par tous les regards, en fait, du fait de mon homosexualité cachée, que je croyais trahie par chacun de mes gestes... Peut-être cette épreuve m'a-t-elle mis à l'abri des sentiments d'intrusion ou... "d'invasion". [Que tu emploies des termes forts !...]
Tu me feras le coup des clins d'œil qui caressent et qui transpercent ?

Écrit par : Oh!91 | 19 juillet 2009

Les commentaires sont fermés.