Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 mai 2009

vers un juin d'afrique et d'eau fraiche

affiche 2009.JPG

Bon. L'amour, la passion, le chagrin... c'est bien beau, tout ça, ça occupe, ça permet de faire de belles phrases avec de beaux sentiments, mais il n'y a quand même pas que ça dans la vie...

Il y a aussi l'eau. Avec un grand Oh!

Et l'Afrique, avec de grandes affres. Si mal traitée par les règles de notre monde, mais pleine pourtant de vitalité.

Alors puisque des conférences sont données sur ce sujet en ce moment dans le Val-de-Marne, ainsi que quelques films documentaires, je t'invite, en deux clics à partir d'ici, à aller voir une petite vidéo qui en parle fort bien... enfin, fort, quoi (attention, la vidéo sera en bas de la page, je ne pouvais décemment pas me permettre de l'incruster directement ici...)

Commentaires

c'est étrange de te découvrir "en vrai" dans ce mini reportage... (enfin j'imagine que c'est toi!) et là, me vient l'interrogation suprême (et ça n'a rien à voir avec le thème de l'oh!, j'en suis navrée, le vendredi soir, je suis en dessous de tout, même de l'eau!): comment gérer l'anonymat d'ici et ton identité là-bas? je sais que cette question tu l'as abordée dans un post précédent... mais je tremble tellement à l'idée qu'un importun vienne dévoiler la mienne... alors que je n'aborde plus rien de vraiment intime...
transition atificielle pour la suite qui a plus à voir avec la note qui précède... (mais au point où j'en suis, je peux bien me permettre de laisser un commentaire décousu!)
il y a l'amour que l'on peut ressentir pour quelqu'un, ce truc évident qui nous claque dans la gueule sans rien vouloir, et l'idée de l'amour que l'on garde comme ces roses dites éternelles dont la beauté n'est conservée que par la chimie , un peu comme la beauté d'une belle histoire conservée par les souvenirs (qui ne sont que des résidus chimiques de notre cerveau! ou quelque chose comme ça... je ne suis qu'une littéraire!)
cette chimie là qui nous fait avancer mais qui nous paralyse aussi parfois nous appartient et nous construit...
et pour revenir au point de départ (parce que malgré tout, j'ai quand même de la suite dans les idées! ou presque!), certaines des tes allusions me feraient presque regretter de na pas fréquenter davantage les piscines! une histoire d'oh/eau en somme! ;-)

Écrit par : Rouge | 29 mai 2009

oups! merdoum! j'ai fait long!

Écrit par : Rouge | 29 mai 2009

fort et bien, tu peux etre fier :)

Écrit par : Cécile | 29 mai 2009

-> Rouge -> C'est bien moi, en effet (tu parles bien du petit gros qu'on voit manger des petits fours en arrière plan ?). Sur la gestion de l'anonymat, disons que j'aime jouer à le mettre en danger parfois, qu'il ne m'est pas indifférent de te faire rentrer dans ma sphère professionnelle, qui m'occupe assez pour que je puisse dire qu'elle fait partie de moi, et que je me sens assez fort pour faire face, inversement, à une intrusion professionnelle vers ce blog si jamais elle intervient... Et puis l'expérience m'a montré (ça s'est produit deux ou trois fois), la découverte de mon blog par un ami ou un collègue suscite de l'amusement, de la curiosité, de l'étonnement, mais la première minute, après quoi, le blog retombe dans les limbes et cesse d'être lu par la personne en question.
J'ai pas bien compris le lien entre mes allusions et la fréquentation de la piscine... S'agit-il du goût pour l'eau ?
-> Cécile -> Merci, je suis assez fier...

Écrit par : Oh!91 | 30 mai 2009

http://www.deezer.com/track/589742

Écoute comme cette chanson est belle. Je ne parle pas le wolof (hélas) mais cette chanson est une ode aux corps retrouvés sur les plages. Corps africains qui meurent chaque jour à Gibraltar sur les embarcations de fortune pour rejoindre le bon côté du monde.
El Hadj N'Diaye (chanteur, conteur, compositeur d'origine sénégalaise) s'adresse à cette mer qui a pris tant de vies ...
Ton article m'a emmené là bas.
Et ce que tu fais te va drôlement bien en vérité (mais non je ne parle pas de bouffer des petits fours ...)

Écrit par : feekabossee | 30 mai 2009

Je viens ici après avoir vu la vidéo en lien chez Nicolas. Ca a l'air vraiment intéressant. Je vais en parler autour de moi.

Écrit par : marie-georges profonde | 31 mai 2009

-> feekabossee -> Elle est magnifique, cette chanson... Et ce qu'elle exprime !... Sinon, tu as quelque chose contre les petits fours ?
-> marie-georges profonde -> Merci de relayer l'info ... et si jamais tu venais à t'y présenter, tu viendrais me faire signe ?

Écrit par : Oh!91 | 31 mai 2009

... en effet... aucun lien il n'y a... ou alors l'implicite est tellement capilotracté... je crois qu'il vaut mieux ne rien y tenter de concevoir quelque chose de sensé! belle journée!

Écrit par : Rouge | 01 juin 2009

-> Rouge -> belle journée à toi aussi. Tu la commence à la piscine ?

Écrit par : Oh!91 | 01 juin 2009

râté pour la piscine! après une balade en vélo dans les chemins de traverse, j'ai élu le jardin pour domicile, à l'ombre du cerisier, je viens de finir mon Vargas en cours... à chacun(e) ses plaisirs! (je crois que l'intimité des vestiaires n'est pas assez convaincante pour me faire apprécier l'odeur du chlore!)

Écrit par : Rouge | 01 juin 2009

-> Rouge -> L'ombre d'un cerisier... je comprends que tu n'aies pas eu envie immédiatement d'aller te jeter dans le bain sanglant du billet d'à côté... Quant aux vestiaires de piscine, je te jure, mais je te jure que souvent leur intimité aide à oublier l'odeur du chlore. A condition peut-être de fréquenter les bonnes piscines, et aux bonnes heures !

Écrit par : Oh!91 | 01 juin 2009

Oui j'ai une dent contre eux !
Surtout depuis l'arrêt tabac, arghhh ! ;-)

Écrit par : feekabossee | 04 juin 2009

-> feekabossee -> :-)

Écrit par : Oh!91 | 04 juin 2009

Les commentaires sont fermés.