Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 avril 2009

le cobaye (16) ne pas déserter les vrais lieux de l'action

nosferatu.jpg

Ça se confirme, l'entretien n'est plus très loin de s'achever. Après avoir lu mes toutes dernières réponses ci-dessous, le sociologue-chercheur vient de m'adresser un dernier bouquet de questions, auxquelles je n'ai pas répondu encore, mais qui donneront matière à - quoi ? - deux ou trois billets... et ce sera la fin en attendant les résultats de l'étude.

(Lire l'entretien par le début. Ou par l'article le plus récent)

Le Prof : question volontairement courte et abrupte : le blog permet-il de dépasser les clivages politiques ?

Oh!91 : Non, je ne le crois pas. Il permet des passerelles, pas des dépassements. Il permet d'impliquer, d'intéresser à des sujets politiques des lecteurs pas nécessairement habitués à cela. Il élargit le champ citoyen de la politique, sur des thématiques concrètes, et pas seulement au moment des élections. En ce sens, il peut faire bouger des lignes. Mais franchement, je crois qu'il faut rester humble, l'essentiel de la politique se passe ailleurs, et d'abord dans les vrais lieux d'action et d'échange. La preuve par le mouvement social que connaît notre pays en ce moment.

Le Prof : Le blog limite les possibilités d'un réel débat constructif car on est uniquement dans le langage écrit. La défense d’une opinion passe par l’écriture ? Cela vous aide-t-il ?

Oh!91 : Je ne suis pas sûr de bien comprendre votre question, mais je vais tenter d'y répondre : mon sentiment, avec le blog, c'est d'être en situation d'exposer une opinion, ou une non-opinion, ou une hésitation, pas vraiment d'engager un débat. En général. Quand le débat s'instaure, par les jeux de commentaires, on assiste à deux choses : Ou l'expression d'opinions très arrêtées, connues comme inconciliables, mais acceptées comme tel comme par un respect mutuel qu'on se reconnaît entre blogueur - un petit effet société secrète, voyez.... Ou - suite à des commentaires, qui interprètent d'autres commentaires, d'où naissent des sentiments de malentendus - des tentatives de clarification, d'affinement de la pensée écrite... Le passage par l'écriture est de toute façon exigent. Comme je vous l'avais dit dans une réponse précédente, il m'est arrivé d'être en mesure d'exprimer un avis sur une question politique ou de société donnée du fait même que j'avais été en situation de les formuler par écrit grâce au blog. De ce point de vue, si la défense d'une opinion ne passe pas nécessairement par l'écriture, le travail d'écriture constitue une aide à la pensée, oui, sans doute.

(la suite)

Commentaires

En France, que ce soit sur un blogue ou ailleurs dans la vraie vie, sait-on réellement mener des débats "constructifs" ou n'a-t-on pour habitude que de se jeter des idées-insultes bien arrêtées à la tête ? La lecture des commentaires sur certains blogues ou certains forums est édifiante à ce point de vue...

Écrit par : deef | 29 avril 2009

Mincezut, j'ai mangé mon commentaire de ce matin. C'était l'expression du prof qui me paraissait bizarre, "Le blog limite les possibilités d'un réel débat constructif car on est uniquement dans le langage écrit." Donc, un débat n'est réellement constructif que s'il est oral ? Bin zutmerde, va falloir que je me remette à écouter les émissions politiques et les divers forums radios ou télé, il a dû se passer des trucs depuis que j'ai arrêté.

Écrit par : manu | 30 avril 2009

euh oui "Deef" a malheureusement raison... !! autre preuve le "livre" de F Bayrou... de la critique, de la critique... il a "oublié" de mettre ses idées...(on présume qu'il en a...)
Manu a "parlé" pour moi puisque lorsqu'on écrit ce n'e peut pas être un débat ???? bizarre...

Écrit par : Francis | 30 avril 2009

-> deef -> Sur ce blog-ci, tu peux te lâcher : on pratique rarement l'invective...
-> manu -> Je pense - mais je ne l'ai pas retrouvé depuis ce petit bar du Lot où je fais une courte halte - qu'il s'agit d'un résumé, un peu hâtif, j'en conviens, d'une réponse que j'ai du faire moi, à l'une de ses questions, où j'exprimais l'idée qu'il ne fallait pas se complaire dans les échanges bloguesques, que ce n'est pas là que se faisaient les échanges les plus constructifs, les vraies confrontations d'idées et les constructions politiques...
-> francis -> Ah ! Bayrou, évidemment, si c'est lui la référence, on est dans le mur !...

Écrit par : Oh!91 | 30 avril 2009

Très bonne cette série, je viens d'en lire quelques billets... (oui je sais, Raimu : "Ah ! Te voilà, toi ? Regarde, la voilà la Pomponnette"...)

J'ai une vraie fascination / répulsion pour les "débats d'idées" qu'on trouve en commentaires de blog. Je trouve ça à la fois captivant et désespérant, cette impossibilité radicale de convaincre l'autre, cette sorte de défi qui nous démange pourtant de relever... se casser le dos à trouver cette formule magique qui ferait basculer l'autre...

En ce moment, j'y pense souvent : comme tu le dis bien, je me suis fait cette réflexion : 20% d'idée, 80% de justification. Avancer une idée, rencontrer le malentendu, préciser, etc.

Le débat qui se "fossilise", qui s'enterre dans la rhétorique (point "Godwin" que l'on fait ou accuse de faire, etc.)

Écrit par : balmeyer | 07 mai 2009

-> balmeyer -> Te revoilà, toi ? Tu parles d'une surprise... Enfin, c'en est une bonne. Mais bon, je te pardonne, tu auras peut-être lu, dans un des billets de cette série, que je suis aussi en proie papillonnage, à mon corps défendant, et que j'en nourris une culpabilité qui m'empêche parfois de dormir...
Bon retour en ces lieux, où le débat ne se fossilise pas tant que ça, peut-être parce qu'on y débat peu.

Écrit par : Oh!91 | 08 mai 2009

Les commentaires sont fermés.