Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 avril 2009

G20 : les anti-pathiques

G20 manif.jpg

Bah ! Il y a bien sûr l'euphorie générale : personne n'a claqué la porte, ils ont triplé le budget de DSK, ils ont confié à leurs ministres des finances le soin d'établir une liste noire, ils vont fixer un cadre à la rémunération des traders... c'est un "nouvel ordre économique mondial" qu'ils nous disent, c'est décidé, on change tout, on ne les prendra jamais plus la main dans le sac, plus rien ne sera comme avant. Sourire, champagne, discours satisfaits... (Tiens, je crois que personne n'a prononcé les jolis mots de travailleurs, ou salariés, salaires, ni même des gros mots comme licenciements boursiers, démocratie dans l'entreprise, sécurité professionnelle... ou alors j'ai mal entendu ?) Tout ça, salué sans coup-férir par l'ensemble des places boursières - et hop, un petit coup de spécul' en passant ! - ce qui nous incline clairement à partager l'allégresse ambiante sans barguiner.

Il y a eu aussi le sourire ultrabrite de Barak, l'étincelante Michele, et donc cette Amérique nouvelle dont on piaffe de voir ce dont elle sera véritablement capable.

Il y a eu aussi ces manifestations. Un mort, mais pas à cause de violences policières, parait-il. Fab pourtant, qui vit sur place, nous a écrit ici-même dans ses commentaires qu'elles étaient très "bon-enfant", ces manifs, mais que le dispositif policier était plus que hargneux.

Bref, il y a eu tout ça. Et puis il y en a eu le traitement par les journalistes. Par nos journalistes à nous qu'on a et qu'on adore. Et alors là, je t'invite à aller voir le billet de Philippe, à qui mon titre emprunte le jeu de mots, sur la lecture systématiquement faite par nos medias de ceux qui résistent et qui s'expriment, de Nous, les méchants, quoi !...

Commentaires

Je ne sais plus si ce sont les grandes manœuvres qui font les évènements majeurs ou l’inverse ?

Le spectacle qui va être donné dans les jours à venir est à mi-chemin entre la frape préventive communautairement individuelle et la désertion responsable votée à l’unanimité des participants.
Le paradoxe du consensus réside dans le fait d’offrir un visage universel à une infinité de particularismes territoriaux, tout en prêchant pour sa chapelle tout en stipulant que l’on connaît encore les rudiments de la guerre sainte.
Quand les mêmes personnes multifonction prétendent et claironnent régler toutes les crises, on peut se dire qu’il n’y a pas un problème de maladie, mais de diagnostic.

L’avenir de la guerre froide va s’appeler la paix palliative. La maladie humaine se condamne elle-même à la mise en bière depuis qu’elle a découvert que la boulimie était plus jouissive que l’obésité.
La suite ici :
http://souklaye.wordpress.com/2009/04/01/bloc-note-le-bal-des-seconds-couteaux/

Écrit par : walkmindz | 03 avril 2009

Ce débloquage de 1000 milliards de dollars m'a aussi rappelé ton billet sur la promesse faite par certaines des nations du G20 à s'engager à niveau d'un milliard par an pendant 10 ans pour avoir accès à l'eau dans certains pays pauvres et qui n'a malheureusement pas été tenue ou si peu... 1000 milliard! On peut en creuser des puits avec toute cette menue-monnaie!

Et pour le ton bon enfant des manifs je persiste et signe, il n'y a rien eu de violent, ce qui aurait été un plein paradoxe de la part des manifestants. Très virulent mais pas violent du tout. Il y avait probablement plus de journalistes que de manifestants d'ailleurs... c'est là que le bât blesse au niveau des médias français!

Écrit par : Fab | 03 avril 2009

-> walkmindz -> ça ressemble fort à du spam, ton affaire, là... Mais je n'efface pas, tu as de la chance, parce que bon, il y a l'air d'y avoir un peu de substance, dans ton affaire...
-> Fab -> Alors, deux jours après, Londres se remet de ses émotions ? Apparemment, à Strasbourg, question casseurs, on vous a surpassés ! C'est un peu triste !...

Écrit par : Oh!91 | 05 avril 2009

C'est vrai qu'à Strasbourg ça ressemblait assez à la description du G20 telle que Le Monde l'avait décrit!...

Écrit par : Fab | 07 avril 2009

-> Fab -> C'est le nouveau journalisme : on en parle d'abord, et ça se passe après, ailleurs ! Mais surtout ne pas y voir de lien de cause à effet !

Écrit par : Oh!91 | 07 avril 2009

Les commentaires sont fermés.