Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 mars 2009

l'eau en bandoulière

p_hiroshige_gr.jpg

Bon. Je dois parler d'eau. Il a raison Nicolas, si ce n'est pas maintenant, c'est quand ? Le Forum mondial de l'eau vient d'ouvrir à Istanbul. Et le 22, dimanche, c'est la journée mondiale de l'eau. Autant changer le nom de mon blog, sinon.

Donc l'eau. Qu'en dire ?

Que parmi mes achats, au salon du livre dimanche, il y a Le convoi de l'eau, de Akira Yoshimura.

Que j'ai reçu une carte postale du Japon, et que j'ai découvert à cette occasion qu'il est rare de trouver, dans les estampes d'Hiroshige (illustration ci-dessus) des paysages sans eau.

Que j'apprenais l'an dernier, lors d'une conférence d'Augustin Berque, que la notion même de paysage est née de l'eau (水) dans la Chine antique. Et de la montagne (山). Ce sont des mandarins en disgrâce, des érudits bannis de la ville pour des raisons politiques, qui jetèrent pour la première fois un regard esthétique sur des territoires agraires. Le Shan-Shui (montagne-eau) devint le coeur de leur écriture, et grâce à la poésie parcourut le monde.

山水

Que j'ai nagé beaucoup et bien, hier soir, et que rarement, c'est ainsi, il m'arrive de finir la séance après la douche dans une cabine de vestiaire. Que je n'y étais pas seul, avant-hier, et que j'y ai frôlé, astreint au silence, un orgasme prostatique (ne me demande pas de te le décrire, je crois que je ne l'ai encore jamais atteint, mais c'est une autre affaire).

Que l'accès à l'eau figurait en bonne place parmi les Objectifs du Millenium adoptés à Johannesburg en 2002, pourtant pas très ambitieux puisqu'il s'agissait de diviser par deux d'ici 2015 le nombre de personnes n'ayant pas accès à un point d'eau potable de proximité (ce qui, soit dit en passant était une façon de se satisfaire de ce qu'une autre moitié de ce milliard et demi d'individus restât sans eau potable). Mais que la crise économique conduit les grands de ce monde à reconsidérer leurs objectifs à la baisse.

Qu'ils s'apprêtent à adopter un document sans valeur contraingnante (c'est plus confortable), et qu'ils vont probablement se contenter d'appeler les Etats à lutter contre les gaspillages. Leur conscience sera tranquille. Et l'eau contaminée continuera de tuer 30.000 personnes par jour. A mobiliser un lit d'hôpital sur 4 à travers le monde. Et à conduire plusieurs millions de personnes chaque année à émigrer à cause du manque d'eau saine. Pour ceux qui pensent que ce problème ne nous concerne pas.

Que les principaux artisans de la privatisation de la gestion de l'eau à travers le monde sont français, ce sont nos "fleurons technologiques", paraît-il. Nos ambassades protègent leurs intérêts comme s'il s'agissait des yeux de la Nation. Mais que partout où ils sévissent, qu'ils s'appellent Suez ou Véolia, ils génèrent de l'insatisfaction, ou de la colère, au point qu'ils se sont fait jeter sans autre forme de procès de plusieurs capitales latino-américaines. Pas d'investissement pour moderniser les réseaux, pas ou peu d'effort pour relier au réseau les quartiers périphériques les plus populaires, hausse drastique des prix et politiques agressives de "recouvrement" des coûts... Ils ne sont pas plus compétents que les services publics.

Qu'ils sont devenus des empires économiques avec l'argent de l'eau, alors que l'eau, Bien commun, devrait être protégée de toute forme de marchandisation.

Que le Forum mondial de l'eau est une des seules Conférences internationales dont l'organisation est confiée à un organisme privé où dominent ces multinationales, alors qu'il devrait être du ressort de l'ONU de porter des enjeux planétaires aussi essentiels.

Que près de notre maison de famille, dans un coin du Quercy, coule un petit ruisseau longé par un sentier ombragé, agréable à emprunter l'été pour rejoindre la cascade d'Autoire, où je me baignais enfant.

Commentaires

Petit 1 : j'ai toujours raison.
Petit 2 : bon, je vais lire le billet.

Écrit par : Nicolas J | 18 mars 2009

L'eau va malheureusement encore couler sous les ponts, mauvais jeu de maux, avant qu'on ne prenne vraiment les décision qui s'imposent.
le gâchis de l'eau n'a pas fini de faire couler l'encre..
encore un mauvais jeu de mots...

Écrit par : Christie | 18 mars 2009

Ce que j'aime, entre autre chose, chez toi, c'est que tu arrives à glisser un orgasme prostatique au milieu du reste, fort intéressant au demeurant ... :-) t'es fort.

Écrit par : Bougrenette | 18 mars 2009

Un grand , un très grand article ... bravo !

Merci

@ Bientôt

Écrit par : Eric bloggeur citoyen | 18 mars 2009

En plus de l'orgasme prostatique qui m'a surpris (pas autant que lorsque je l'ai vécu ;-)...) j'ai eu une émotion en lisant les premiers mots : "il a raison Nicolas"....cela étant enocre un post bien documenté et bien rédigé..... j'ajouterai cependant
"que je fais attention en prenant une douche pour ne pas laisser couler l'eau inutilement..." (sauf au sauna, j'avoue...)
"que je ne me baigne pas dans le Limousin, car - au delà de la fraîcheur, les restes d'uranium sont trop présents..."

Écrit par : Francis | 18 mars 2009

Savais-tu, que nous autres les français, nous ne buvions pas assez .. d'eau ? [1,3l/jr contre le 1,5l/jr recommandé].

En espérant, que nous ne boirons pas, en contrepartie, les paroles du Pape ..

... Qui me restent, lourdes, sur l'estomac, et celui affamé des Africains.
Eux qui en manquent, d'eau.
Et de médicaments.
Qui n'ont, pratiquement pour se prémunir du danger, ce que (in)justement le Pape leur déconseille : le préservatif.

Écrit par : Josey Wales | 18 mars 2009

-> Nicolas -> ...et dire qu'il y en a qui pont cru que je parlais de notre Nicolas 1er à nous qu'on a...
-> Christie -> Pour l'instant, les seules réponses un peu efficaces en matière d'accès à l'eau sont venues du terrain. Il suffirait pourtant de 11 milliards d'euro par an, à l'échelle mondiale, pourtant, pour régler le problème sans déposséder les populations. Sensiblement moins que les bénéfice du seul Total en 2008 (près de 14 milliards !) ;
-> Bougrenette -> Chutttt !!! Personne ne l'avait vu, le machin prostatique...
-> Eric Blogger citoyen -> Rien que ton nom me plait. Merci de ton passage, et reviens quand tu veux ;
-> Francis -> Pour le Limousin, tu as raison. Mais la Dordogne, hmmm ! c'est si agréable d'y nager nu l'été ;
-> Josey Wales -> J'ai eu le même coup de colère dans ma voiture ce matin en entendant ces nouvelles. Il va encore plus loin que le précédent. Ca mériterait qu'on le traîne devant une cour pénale internationale pour crime contre l'humanité !

Écrit par : Oh!91 | 18 mars 2009

@oh!91 : se baigner en Dordogne ???!! comment est ce possible... avec ce que j'y mange, j'aurais trop peur de couler à pic !!! (merci de me ramener un Pécharmant à l'occasion...)

Écrit par : Francis | 18 mars 2009

Oui à tout ce que tu dis, puis encore. Ici, dans ce pays aux réserves qu'on a longtemps crues infinies, ça commence enfin à poser question, l'accès à l'eau, surtout dans nos sèches Prairies. Et pourtant, ce n'est pas comme si nous en manquions... Un séjour en Haïti il y a quelques années m'a fait prendre conscience de l'importance de cette ressource. Reste à souhaiter (mais c'est probablement rêver en couleurs) qu'on se réveille avant qu'il soit trop tard et que même l'air que nous respirons ne soit privatisé et décompté.

Écrit par : Doréus | 18 mars 2009

chouchou ! une patate chaude pour toi, un coup du hasard pour un jeu sans prétention, tu me connais ;-)

Écrit par : Bougrenette | 18 mars 2009

-> Francis -> C'est pour pouvoir manger à souhait, que j'y nage, comme un fou, à contre-courant, entre deux séances de pagaye ;
-> Doréus -> Et l'on pourrait aussi parler de ce qu'est devenu le Saint-Laurent, avec ce que l'industrie automobile états-unienne rejette dans les Grands lacs...!
-> Bougrenette -> Chutttt, je te dis...

Écrit par : Oh!91 | 18 mars 2009

Le Saint-Laurent va en fait beaucoup mieux qu'il y a une trentaine d'années, grâce à des programmes ambitieux de dépollution et surtout de filtration des eaux usées des villes riveraines. Ce n'est pas encore parfait, mais au moins il y a eu des efforts.

Quant à l'eau plus près de chez moi, au pied des Rocheuses... eh bien, avec le réchauffement climatique, l'eau des glaciers dont nous dépendons pour notre approvisionnement diminue chaque année. C'est tout ce qui nous empêche de franchement devenir une région désertique... et on peut se demander combien de temps ça pourra durer.

Écrit par : Doréus | 19 mars 2009

-> Doréus -> La Seine aussi va beaucoup mieux, comme quoi les dénaturations ne sont pas nécessairement irréversibles. Celles du climat, on ne peut peut-être pas en dire autant, les inerties ne sont pas exactement les même entre le cycle des eaux de surface et l'équilibre climatique.

Écrit par : Oh!91 | 20 mars 2009

Les commentaires sont fermés.