Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mars 2009

parent ni plus ni moins

comme_les_autres1.jpg

L'avant-projet de loi sur le statut des beaux-parents a donné lieu récemment à un débat sur l'homoparentalité. Il est question - sans accorder de droits nouveaux dans ce domaines aux couples homosexuels désireux de se porter candidats à l'adoption - de reconnaître la situation de fait de dizaines de milliers de parents homosexuels, à travers les droits de parents tiers y compris de même sexe. C'est une avancée, mais pas une révolution.

La situation de fait, je la connais bien. Même si elle me demeure interdite.

J'ai une cousine qui, après avoir fabriqué deux magnifiques filles, s'est séparée de son mari, s'est découverte homosexuelle, et a vécu depuis avec des femmes. Cela fait des années.

Outre que ses filles, aujourd'hui grandes, titulaire pour l'une d'un concours de la fonction publique dans l'administration pénitentiaire, et pour l'autre de diplômes en beaux arts, outre, donc, qu'elles entretiennent une relation conflictuelle avec leur père, qu'elles aiment toutefois beaucoup leur demi-soeur et la voient souvent, qu'elles s'entendent bien et adorent leur mère, ainsi que leurs belles-mères, qu'elles ont sur la vie, sur la politique, des idées assez arrêtées, qu'elles connaissent bien l'homosexualité, l'ayant approchée de près comme un fait ordinaire de leur vie de tous les jours, outre que ces filles, donc, sont belles et intelligentes, agréables à rencontrer et à regarder, outre tout cela, il se trouve qu'elles sont en tout point normales.

Tant et si bien qu'elles ont toutes deux un petit copain.

Ah ! au fait, à ma connaissance, elles n'ont jamais volé, jamais fugué, on ne leur connaît pas de tentative de suicide et elles n'ont ni l'une ni l'autre manifesté un goût particulier pour le RMI, ni pour l'alcoolisme. Il me semble qu'elles fument. Et pas seulement du tabac. Encore que c'est à vérifier.

Mais il paraît que cela ne signifie rien. Des réacs blogueurs - car il y en a, ce qui ne manque jamais de me surprendre - n'en finissent pas de trouver que ces situations contreviennent aux saintes lois de la nature. N'a-t-on jamais, en effet, vu deux hommes entre-eux s'engrosser, l'eussent-ils maintes fois essayé ?

Bien que je doute que ces arguments puissent jamais dérouiller ces dinosaures de la pensée, voici toutefois une étude récente - sur les enfants nés dans des familles lesbiennes grâce aux techniques d'assistance médicale à la procréation - qui montre qu'il n'y a pas d'effets négatifs à long terme.

Depuis les années 80 en effet, l'université libre de Bruxelles accorde les techniques de l'assistance médicale à la procréation aux familles lesbiennes, ce qui a suscité beaucoup de critiques de toutes parts.

La plupart des critiques se centraient sur "les effets négatifs potentiels sur le développement psychologique des enfants nés dans des familles lesbiennes".

Le docteur Katrien Vanfraussen a lancé récemment une étude de suivi en interrogeant 37 enfants et leurs mères, à la fois dans des familles hétérosexuelles et dans des familles lesbiennes. Les enfants ont entre 7 et 17 ans et sont nés grâce à l'assistance médicale à la procréation.

Elle a trouvé que le fait de grandir dans une famille lesbienne n'a pas d'effet négatif sur l'ensemble du développement psychologique des enfants.

L'étude était centrée sur les points suivants :

  • impact de l'utilisation d'un donneur anonyme sur les enfants
  • impact d'une vie dans une famille non traditionnelle sur le bien-être général des enfants
  • réaction des autres enfants et des enseignants
  • la fréquence d'actes de violence

L'étude ne montre aucune différence entre le développement émotionnel et comportemental des enfants des familles hétérosexuelles et des enfants vivant dans les familles lesbiennes.

Les enfants des familles hétérosexuelles et des familles lesbiennes vivent le même degré de violence. La violence est surtout liée à des aspects typiques (apparence, intelligence) mais 25% des enfants ont été victimes de violences liées à la nature de leur famille telle que l'homosexualité de leurs mères. Ce qui tendrait à prouver que ce n'est pas dans la composition de la famille que peuvent apparaître des problèmes, mais éventuellement dans le regard de la société. Et que la priorité est plutôt de sensibiliser, d'éduquer, de promouvoir la tolerance dans la société, plutôt que de prohiber - la prohibition légitimant les attitudes violentes de rejet.

L'Association des parents gays et lesbiens tient à ta disposition de très nombreuses autres études.

Pour finir, j'ai trouvé sur le blog de Serge Hefez cette intéressante réflexion (l'avis d'un psychiatre) : "Comment sortir de cette opposition très contemporaine entre parent «biologique» et «parent social» ? Alors que chacun sait que l’engendrement n’est pas l’accouplement et la fécondation, que c’est un acte social et non un acte naturel. Comme le souligne Maurice Godelier «nulle part un homme et une femme ne suffisent à faire un enfant»…"

Commentaires

Ah, toi aussi tu est tombé dessus !
Tu t'exprimes beaucoup plus délicatement que moi sur le sujet, nous n'en restons pas moins sur la même longueur d'onde. Tu me rassures quelque part.
Je le paufine, et je le mets en ligne.

Écrit par : Olivier Autissier | 10 mars 2009

"l'assistance médicale à la procréation aux familles lesbiennes".

Rien pour les gays ?

;-)

Écrit par : Nicolas J | 11 mars 2009

"Nulle part un homme et une femme ne suffisent à faire un enfant"
Comme je suis d'accord, encore maintenant à l'âge "respectable"qu'atteignent mes "bébés"eux avec moi, moi même avec ma mère.
Sans le monde extérieur à la "famille" je le dis ,je le cris nous ne sommes pas grand chose,presque RIEN!!!
C'est l'extérieur qui reçoit les enfants de toutes âges blessés dans la famille.
Ces "familles" portées au pinacle ,que l'on en gratte le micron de vernis et il n'y a plus que du combat,pour un emploi,un salaire,une reconnaissance,loin très loin sur la liste l'amour, enfin ce qu'il en reste...
Famille homo ou famille hétéro, je m'en bats les neurones,une famille de respect,de tendresse,d'amour c'est TOUT ce qu'il faut aux gamins!!!!!!!!

Écrit par : mume | 11 mars 2009

Très bien dit.

Écrit par : tifenn | 11 mars 2009

Très bel article et je souscrit aux propros de mume.
Cordialement

Écrit par : AnnA | 11 mars 2009

"Des réacs blogueurs - car il y en a, ce qui ne manque jamais de me surprendre - n'en finissent pas de trouver que ces situations contreviennent aux saintes lois de la nature. N'a-t-on jamais, en effet, vu deux hommes entre-eux s'engrosser, l'eussent-ils maintes fois essayé ?"

ça vous étonne que tout le monde ne soit pas de votre avis?

Contrairement à ce que cvous dites, aucune haine sur mon blog. Juste des opiniosn différentes des vôtres, mais je réserve bon accueil à tous mes contradicteurs. Sans haine.

Écrit par : le chafouin | 11 mars 2009

La sainte-loi de la nature, ça veut aussi dire : pas de médecine ! On n'y pense jamais à ça ! Or, on est bien contents de trouver des médicaments quand on est pas bien !

Écrit par : Dalyna | 11 mars 2009

sans rapport avec le kiki mais j'ai vu Dimanche le film de la photo, il était bien :-) et puis rien ne vaut l'amour quelque soit le sexe ou la façon de faire, moi je dis.

Écrit par : Bougrenette | 11 mars 2009

Les animaux ont aussi une sexualité variée, même si celle-ci a toujours été coupée des films documentaires grand public.
Quant à la dite normalité, j'ai toujours du mal à la voir chez l'ensemble des parents hétéros, l'actualité nous le démontre souvent.
En fait, il y a simplement des parents et même homos, ils ne sont pas plus parfaits que les autres !
:-))

Écrit par : monsieur Poireau | 11 mars 2009

Dans les faits, de toute manière, les homos qui le désirent, se débrouillent pour être parent. On n'arrête pas facilement la vie…

Écrit par : Filaplomb (éditeur de bonnes nouvelles) | 11 mars 2009

Voui je suis bien d'accord avec toi ; et puis il y a aussi des gays qui ont des enfants non ?
Cela me paraît tellement dépassé ce débat que je m'étonne que cela fasse autant de barouf !
Enfin des couples homos qui élèvent des enfants il en existe depuis longtemps bon sang de bois ! Pourquoi continuer à se voiler la face ?

Écrit par : Fauvette | 11 mars 2009

Cela n'a rien a voir mais quel sera ton mois :
http://calendrier.finis-africae.net/

Écrit par : Fauvette | 11 mars 2009

-> Olivier Autissier -> Délicatement ? Tout le monde ne l'a pas lu comme ça, semble-t-il... Bravo pour ton billet, en tout cas ;
-> Nicolas J -> pour les gays, ils ont trouvé ... attends, je cherche ;
-> mume -> vous dites ça parce que vous regardez toujours le monde avec vos yeux d'enfant... Et du coup vous voyez loin, vous ne vous encombrez pas des conventions, et vous avez bien raison...
-> tifenn -> Merci, et bienvenue dans ces parages ;
-> AnnA -> Tout pareil que pour tifenn ;
-> le chafouin -> merci à vous de vous manifester de la sorte, il y a place ici aussi à la contradiction. Mais la violence, ou la "haine" que vous avez semblé lire dans mes mots ne sont rien à côté de la violence "sans haine" de la situation dans laquelle les discriminations nous enferment.
Il est facile pour vous de plaider "sans haine" la conservation d'une situation qui vous épargne. Et vous rassure.
Mais voyez-vous, je lis malgré vous beaucoup de haine dans votre complaisance, votre acceptation et votre plaidoyer en faveur de discriminations que vous souhaitez voir perdurer. Rappelez vous cette phrase de Brecht : où est la violence, du côté du fleuve, ou du côté des rives qui l'enserrent ?
-> Dalyna -> ça veut dire aussi la loi du plus fort, l'élimination du plus faible, ça veut dire à peu près tout le contraire de la, des civilisation(s) ;
-> Bougrenette -> dimanche : à l'heure du petit déjeuner ?
-> monsieur Poireau -> Je crois que c'est ARTE qui avait produit une excellent série documentaire sur la sexualité des animaux, en effet, on y découvrait des pratiques taboues, en effet. Pour le reste, revendiquons le droit à l'imperfection, peut-être que cela suffirait à lever les obstacles à l'homoparentalité ;
-> Filaplomb -> Moué ! En ce qui me concerne, la question de la parentalité, j'ai tout simplement renoncé à me la poser, puisque je la savait insoluble. Dans ce cas, mon propre désir à été conditionné par le contexte règlementaire ;
->Fauvette -> Tu me rappelles que j'avais promis d'envoyer une photo... et que je ne me suis jamais accompli. Tu crois qu'il est encore temps de viser juin ?

Écrit par : Oh!91 | 11 mars 2009

tous les enfants devraient juste avoir le droit a de l'amour ,du respect , et aussi d'un peu de rigueur éducative.
on a peine a croire que le "modèle"parental actuel soit encore le modèle idéal .Peut être que le temps de réflexion obligé par une sexualité "différente "ne laisse place qu'a des projets parentaux si longuement muris qu 'ils sont porteurs d'un reel espoir .encore de nos jours tellement d'enfants sont issus d'une absence de projet ,conçus a partir de faux espoirs ,d'étourderies ou de désordres affectifs.Parce que l'important c'est l'enfant ! et lui seul !

Écrit par : daniele | 11 mars 2009

-> daniele -> "de nos jours, tellement d'enfants sont conçus à partir de faux espoirs, d'étourderies ou de désordres affectifs"... c'est tellement vrai. L'enfance est tellement loin de ce sanctuaire, qu'au moins on donne la prime au vrai projet affectif ! Merci de ton passage et de ton commentaire. Bienvenue.

Écrit par : Oh!91 | 13 mars 2009

je ne connaissais pas ces études ! j'avoue que c'est mon interrogation...2 hommes ou 2 femmes ont-elles ou ont ils la bonne façon d'élever (quel horrible mot..) un enfant...? donc ces études me rassurent...sans doute pas christine boutin (sans majuscule...)
Petit aparté : vendredi dernier, dans la soirée des enfoirés, 2 chansons m'ont "surpris" :
- je voudrais être noir
- une femme avec une femme (chanson dont je ne me souviens jamais de l'auteur,ni interprète, mais que je trouve magnifique..)... surpris car elles m'ont paru à la fois "hors suejt" et en même temps elles ont leur place....

Écrit par : Francis | 13 mars 2009

-> Francis -> Ton anecdote dit une chose, les combats des minorités ont toujours une valeur universelle. Je vais bientôt faire un billet sur Harvey Milk, à ce propos...

Écrit par : Oh!91 | 15 mars 2009

C'est la connerie qui nuit aux enfants, pas la préférence sexuelle de leurs parents. Mais bon autant pisser dans un piano à queue :p

Écrit par : noée | 15 mars 2009

-> noée -> T'as raison, c'est juste dommage pour le piano -:) C'est sympa d'être venue nous faire ce petit dessin au milieu de ton déménagement.

Écrit par : Oh!91 | 16 mars 2009

Les commentaires sont fermés.