Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 mars 2009

la tendre indifférence du monde

476f565ab6faa.jpg

Hier soir, j'ai enchainé des longueurs en papillon. Il n'y avait pas trop de monde dans le bassin. Je pouvais me le permettre, et j'avais du stress à évacuer : des petites querelles au sein de mon équipe, des réunions tendues pour s'expliquer, et pour essayer de désamorcer.

Un incident de douche a failli me mettre en retard à Paris-Carnet. J'ai du me savonner deux fois.

Je suis arrivé à l'Asssassin, et le temps de garer ma voiture, Michaël Lonsdale lisait les toutes dernières lignes de L'étranger. Il était question de la "tendre indifférence du monde". Je t'en reparlerai, parce que ce texte d'Albert Camus, que je découvrais, m'a envoûté.

J'ai réglé les derniers détails de mon rendez-vous lyrique de vendredi aux aurores, retrouvé Bénédicte, et fait la connaissance de Lony, qui a eu deux-trois anecdotes salées à nous raconter, dont une sur des histoires de branleurs, qui ne pouvait que m'intéresser. Je n'ai pas raconté mon incident de douche.

J'ai fait le taxi, pour approcher ou déposer chez elles trois jeunes et belles blogueuses. J'ai eu au téléphone mon ami d'amour, qui m'a raconté sa journée. Je ne lui est pas dit qu'il m'avait manqué, je crois qu'il le sait.

Il était minuit à mon retour à la maison. J'ai écrit ces quelques lignes, parce que je n'avais pas le temps d'en faire davantage, et que ça m'aurait ennuyé de laisser mon blog sans rien publier une journée encore. Alors je les ai postées avant d'aller me coucher.

Commentaires

:o))
Eh ben...Ça va faire jaser comme entrée en matière lors d'une première rencontre...
En tous cas ravi de cette soirée et d'y avoir découvert des gens sympa dont l'auteur de ce blog.
Merci m'sieur d'avoir fait partie de ce bon moment.

Écrit par : Lony | 05 mars 2009

Malgré la vitesse, on sent toute l'énergie de cette soirée. Parfois, c'est quand on doit se dépêcher qu'on se dépasse... ou en tout cas qu'on laisse tomber les lignes les plus suggestives.

Écrit par : Doréus | 05 mars 2009

-> Lony -> Il fallait bien une entrée en matière. Personnellement, que ce fut celle-ci, ou une autre... Finalement, celle-là n'est pas la plus désagréable. Bienvenue par ici ;
-> Doréus -> Sans doute trop de sophistication tue. C'est bien aussi parfois de s'obliger à la simplicité.

Écrit par : Oh!91 | 05 mars 2009

Et puis tu adores ça ! transporter les blogueuses ;-) j'aime bien ces retours dans la nuit avec toi, même sans incident. C'était un paris carnet sympa, à un détail près (p'tain encore un détail).

Écrit par : Bougrenette | 05 mars 2009

En effet. En plus, je bénéficie des rencontres de Paris-Carnet même si je n'ai jamais mis les pieds là-bas!

Écrit par : Doréus | 05 mars 2009

En fait, c'était bien un Paris-carnet de branleurs...

Bah quoi ? O_o

Écrit par : bénédicte | 05 mars 2009

Alors c'était bien le tapin ce matin à la Bastille ?

Écrit par : Fauvette | 06 mars 2009

ce matin, un tapin a tué...


oui bon je sors!

Écrit par : Lony | 06 mars 2009

-> Bougrenette -> Fais gaffe avec les détails, tu sais bien que c'est là qu'on trouve le diable !...
-> bénédicte -> et de branleuses ?... pas de sexisme ici !
-> Fauvette -> eh bien ma foi, j'ai trouvé cette expérience tout à fait réjouissante Il y a de la fraîcheur et de la joie dans ce petit rendez-vous. Et puis ça m'a fait un prétexte pour rester dormir là où j'aime bien près de la Bastille... Mais personne ne va comprendre de quoi l'on parle. C'est mon prochain billet.
-> Lony -> Et bin je vois que ça rigole fort sur ce coup-là !

Écrit par : Oh!91 | 07 mars 2009

Les commentaires sont fermés.