Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 janvier 2009

le flambeau

medium_revegeneral.jpg

Le CPE battu. A plate couture. Les grèves et manifestations furent les plus importantes depuis plus de vingt ans. Bel exploit, Monsieur Sarkozy, avoir mis autant de monde en grève et dans la rue, après même pas deux ans d'exercice du pouvoir, le mieux est que vous remballiez dare-dare vos réformes désastreuses.

Je fus surpris de voir autant de gens qui manifestaient quasiment pour la première fois de leur vie. A quarante balais. Et puis il y avait ces familles, ces jeunes pères avec leur mouflet sur les épaules. Si craquants, les jeunes pères...

A un moment donné, des enfants, de sept à huit ans tout au plus, se regroupèrent au milieu des grands et se mirent à chanter : "Darcos, t'es foutu, la jeunesse est dans la rue". J'ai jeté un coup d'oeil à Yo : "c'est bon, la relève est prête". Et puis il y eut comme un malaise. Et une discussion sur les enfants, la politique et le libre arbitre. Y a-t-il de l'embrigadement ? A-t-on demandé à ces enfants d'apprendre des slogans pour les crier à tue-tête dans une manif ? Ou bien par jeu, se sont-ils mis d'eux même à imiter les grands, et à crier des phrases sans forcément bien en comprendre la signification ? Est-on dans la manipulation, ou dans l'éducation ?

Je me souviens de mes premières manifestations. Je ne faisais pas trois pommes, j'étais sur les épaules de mon père, ou de ma mère. On vilipendait Poniatowsky, à l'époque. C'étaient les grandes grèves de la métallurgie. Je me souviens aussi des longues soirées à la maison où toute la famille s'y mettait, autour de la table, pour plier des tracts en quatre avant d'aller faire la tournée des boîtes-aux-lettres du quartier.

Ah ! évidemment, je ne peux pas nier qu'une bonne partie de mes convictions se sont construites dans ces pratiques, dans cet exercice de démocratie populaire, où la politique était faite par de simples gens, en famille. Ni que, devenant plus tard leader étudiant, je disposais ainsi de réflexes, d'une culture de la manifestation, et du discours politique qui va avec.

Mais y ai-je perdu mon libre arbitre ? Au delà de cet atavisme, n'ai-je pas par ailleurs, à travers d'autres rencontres, d'autres expériences, à travers des ruptures aussi, appris à prendre de la distance et, tout en conservant quelques valeurs fortes, à sortir du chemin d'église pour avancer à la débroussailleuse ?

Il y a en France une culture de la manifestation. Probablement certaines de nos façons de faire proviennent des communards, qui eux-même s'inspiraient sans le savoir des révolutionnaires de 1789, lesquels s'étaient nourris des jacqueries paysannes des siècles précédents. Je suis toujours amusé, vingt-cinq ans après mes premières manifestations étudiantes, d'entendre les lycéens s'exprimer sur les mêmes airs graves ReveGeneral.jpget burlesques, et souvent avec des slogans et des argumentaires voisins. Et puis malgré tout, ces temps de rencontre et de mobilisation sont des moments de création. Comme ce magnifique slogan, "Rêve général", qui fait aujourd'hui flores dans les manifestations, et que nous arborions tous fièrement hier.

C'est peut-être cette capacité à transmettre le flambeau en toute simplicité qui perpétue l'esprit de la résistance, le goût pour l'utopie, et finalement permet à l'espoir de ne pas se perdre dans le cynisme.

Commentaires

Certainement que votre environnement familial a peut être joué, votre histoire, les luttes, petit, sur les épaules de votre père ... Le mien me trimbalait partout, il était de tous les combats, il y en avait bien d'autres, des parents avec leurs héritiers battant le pavé ou lors de grands rassemblements ou de fêtes populaires. Que sont ils devenus ? Je parle des petits devenus grands ? Ont ils tous une conscience politique, des convictions, une envie de ...changer tout pour un monde qui vaille le coup ? Je suis incapable d'y répondre, mais la chose que je crois savoir, c'est que l'esprit critique s'acquiert.
Quand à l'engagement...
Mon père répétait sans cesse, quand on est de de gauche, on est de gauche et on vote à gauche. Je crois que dans ses dernières années ( il était encore de ce monde aux dernières présidentielles) il a voté à gauche pour... juste éviter la droite.
Hier, c'est un comme début d'espoir , un test pour certains (organisations syndicales, politiques) , mais aussi , je me répète, comme un début d'espoir à constater qu'il est possible que privé, public, dans la rue !
Oui, l'esprit critique s'acquiert mais l'injustice sociale grandissante peut parfois réveiller nos consciences formatées à survivre ( pour beaucoup) dans ce monde individualiste (que le meilleur gagne) , ce monde incapable d'imaginer et de travailler surtout pour une meilleure répartition des richesses,un peu plus juste, plus équitable...Je m'égare et je deviens chiant à mourir.
Quand je lis l'autre, en promo, pour un machin qui va sortir en librairie dont le NO fait écho, machin qui va donner de quoi alimenter la télémoche dans ses chroniques spectacles audimat pour du Zemmour et autres bouffons du PAF et ailleurs, l'autre qui ose comparer sa grande messe du Zenith à la fête de l'huma qui elle, est et reste , la fête de l'huma, une grande fête populaire,je me dis qu'il y a quand même des coups de pied au cul qui se perdent !
(Je ne suis ni au PC , ni au PS, on s'en balance,certes, mais je précise)

Écrit par : cultu | 30 janvier 2009

(par rapport au post-it) Tu vas faire du ski après 15ans? Oh, oh, attention aux ligaments! Amuse-toi bien, bises.

Écrit par : Chantal | 30 janvier 2009

C'est beau "rêve général"

en ce qui concerne les enfants:
"C'est peut-être cette capacité à transmettre le flambeau en toute simplicité qui perpétue l'esprit de la résistance, le goût pour l'utopie, et finalement permet à l'espoir de ne pas se perdre dans le cynisme."

je suis d'accord avec toi, et puis entre nous, aujourd'hui on se pose trop de question sur l'éducation et les conséquences éventuelles de ci ou de ça...avant c'était plus simple et je dirais aussi plus sain.

bon ski :-)

Écrit par : céleste | 30 janvier 2009

-> cultu -> Question coup de pied au cul, on n'était pas mal, jeudi, non ? Et vive la fête de l'Huma !...
-> Chantal -> merci, je ferai gaffe, mais si tu savais comment je ressens déjà toutes les sensations, je crois que je n'aurais pas trop de mal ;
-> céleste -> tu vois qu'en France, on sait retrouver les sentiers du pavé quelques fois, y'a pas qu'en Italie. Bon, promis, Bologne, on y réfléchit dare-dare avec Fiso...

Écrit par : Oh!91 | 31 janvier 2009

Toute éducation je crois est manipulation. Il s'agit donc de croire fermement que notre manipulation est de qualité - qu'elle permettra à nos enfants de voir un monde plus beau.

Evidemment, il faut croire au départ que le beau est possible... Moi, les manifs, je les trouve souvent belles.

Sinon, bon ski, champion...

Écrit par : manu | 02 février 2009

-> manu -> le beau est souvent dans la révolte, rarement dans la docilité et jamais dans la soumission... Être môme et être éduqué par toi, ça doit être sacrément quelque chose en tout cas...

Écrit par : Oh!91 | 05 février 2009

Les commentaires sont fermés.