Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 janvier 2009

sous les bombes

sous les bombes.jpg

G. est un expatrié français à Gaza. Il n'était pas sur place pendant les bomnardements et les opérations terrestres, mais pas loin. Et il est resté en contact, d'une façon ou d'une autre, avec des amis à lui.

Il a reçu ce récit, écrit à la fin de la deuxième semaine d'opérations. La femme de Mohamed Mussalem, un artiste de Gaza, professeur au département des Beaux arts de l'université Al Q'sa. Il vient de me le transmettre et je te le livre tel quel.

Un témoignage sensible sur la situation, le quotidien de la guerre, l'état d'esprit de ceux qui y vivent. Un retour utile, pour que Gaza ne soit pas reconstruit à l'identique : derrière des barbelés, comme un ghetto sans visage.

_________________________

"bonjour

On est toujours vivant ...jusqu'a maintenant  au moins.... après plus d'une semaine de stress et d'horreur qu'on a vécu pendant les bombardements continus sur Gaza. Autour de notre maison, plus de 15 missiles de F-16 sont tombés, vous imaginez la suite… des fenêtres qui ont éclaté, la maison et le sol qui tremblent au dessous de toi, les enfant terrorisés, on n’ose même pas aller aux toilettes de peur d'avoir le plafond sur la tête.

Dès que les opérations des forces terrestre on commencé le 10ème jour, il y a eu des incursions au quartier Atatra et Salatine à 500 mètres de chez nous. C'était l'enfer, toute la nuit on entendait des explosions, très fort, on aurait dit qu’elles étaient juste devant ta porte, on voit de la fumée partout le ciel gris toute la journée, des accrochages continus, des Apatchis, de la mer on nous attaque de partout.

Le pire c’est que dès le premier jour, on avait pas d’électricité, et bien sûr pas d'eau, même les citernes sur le toit on été trouées par  les éclats d'obus. Le seul moyen d'info qu'on avait était le téléphone et la radio, on entendait  les histoires de massacres et on recevait des nouvelles sur des amis des proches massacrés. Croyez-moi, des familles entières ont été massacrées à la fois. Un voisin, son frère était à la mosquée quand on l’a bombardée, ses 2 autres frères sont partis pour essayer de le trouver au dessous des murs quand ils ont reçus un 2ème missile sur leur tête, les trois frères  sont devenus des morceaux de viandes pour ne pas dire des cadavres  - on parle rarement de cadavres mais des morceaux de corps a peine on reconnaît les morts.

Apres 2 nuits  d'enfer, on a décidé de sortir, mes beaux parent refusaient de sortir mais on les a forcé, on était en danger,  les chars bombardaient sans avoir de cibles précises, et on n’était pas en sécurité. On a pris le risque de sortir avec un drapeau blanc moi, mon mari et mes 2 enfants et mes beaux parents, mon sac était déjà près, je savais que ce moment allait venir. Dieu merci, personne n'a été touché. Sur les media on parlait d'une trêve quotidienne de 13 h à16h  pour des raison humanitaires, mais c’était des mensonges, 2 femmes de mon quartier sont sorties chercher des provisions pour leurs enfants, il les ont tuées .

On était hébergés par  la sœur de mon mari  au centre de la ville de Gaza, d’autres n’avaient pas où aller, dans les rues des milliers de familles qui  se sont sauvées de leurs maisons. Une nouvelle génération  de réfugiés.

2 heures après  quelques voisins qui n’étaient pas encore sortis nous on informés qu'une bombe d'un char était tombée sur un côté de notre toit, trois jours plus tard. La Croix rouge  nous a informés qu'il y a une trêve entre 7h et 11h, pour les femmes : pour y revenir chercher le reste de leurs affaires. Et le reste des corps qui sont restés parce qu’on empêchait les ambulances de passer dans cette zone devenue militaire. Dans le quartier Al Atatra, la Croix rouge a découvert 4 enfants a côté de leur mère morte depuis 7 jours, et qui mourraient de faim, on les a sauvés à la dernière minute.

Ma belle mère et partie, toute les portes des maisons sont cassées et des fois explosées, l'armée Israélienne a fouillé toutes les maisons dont la nôtre, tous nos meubles sont abîmés et nos affaires par terre.

Je ne peux vous résumer ces 2 semaines en quelques lignes je suis partie de ma maison pour un appartement où il y a plus de 30 personnes réfugiées !! tous les gens qui habitent sur les limites est, nord, sud et ouest se sont déplacées au centre en disant qu ils sont plus en sécurité
En fait, personne n'est en sécurité, aucun Palestinien à Gaza.

On nous dit que l'objectif de cette guerre est d'exterminer les membres  du Hamas, un autre prétexte comme les précédents  pour exterminer et terroriser  le peuple palestiniens plus de 900 mort civils dont 275 enfants, 97 femmes, des mamans et 15 ambulanciers et 5 journalistes en 2 semaines.

Le message est Clair on fait payer au peuple sa liberté d'expression par ce que il a voté pour le Hamas.

Comme ça les gens vont détester le Hamas, on n'arrête pas de transmettre ses messages et franchir les ondes des chaînes locales pour nous dire tous ce que vous subissez, c'est à cause du Hamas qui vous a trahis et na pas pris la responsabilité de vous protéger.

Voila,

J'étais toujours contre le Hamas, je n'aime pas les islamistes extrémistes,  mais le ne suis pas imbécile pour croire a ces mensonges ! même avant le Hamas, on nous bombardait, on nous insulte sur les frontières, on nous emprisonne à l'intérieur de Gaza,  et devant le monde ils disent qu'ils se sont retirés de Gaza et ils ont leur liberté pourquoi ils se plaignent ?!

C'était Clair depuis que le Hamas était dans le gouvernement, cela fait 2 ans qu'on souffre du Blocus qui nous étrangle,  je rêve d'avoir le droit de voyager et de me déplacer comme toute autre personne dans le monde, d'avoir un pays national libre.

Les lanceurs de roquettes sont un autre prétexte  pour convaincre le monde que les Israéliens sont victimes  et qu’ils ont le droit de se protéger - contre les roquettes fabriquées localement - avec toutes sortes d'armes militaires, même celles qui sont interdites internationalement  (bombes phosphoriques ), sachant que pour la plupart des Israéliens transportés vers les hôpitaux, on a décrit leur état de "blessure" (état de panique et peur) on les comptait  comme victimes! alors que 1 millions et demis de palestiniens sont  terrifiés et les hôpitaux de Gaza  n’ont même pas les moyens de faire des interventions chirurgicales pour les vrais blessés.

Le conflit palestinien, la complicité des gouvernements arabes était aussi une couverture  pour ces attaque  et on s' en était bien servi.

Je doute qu'après tous cela, Gaza aura une vie normale. On est sous le choc et je doute qu'on va s’en remettre, et je doute que après cette guerre, si elle se termine, j'aurais une maison, je prie le Dieu que mes enfants restent vivants et si on va mourir, qu'on meure tous ensemble, je ne veux pas vivre pour voir mes enfants massacrés devant mes yeux .

Merci a tous nos amis de nous avoir envoyé des messages pour nous soutenir, j'apprécie les manifestations qu’on fait partout dans le monde, les aides qu'on reçoit, les actes de solidarité,  mais excusez-moi, je suis tellement désespérée, et en même temps convaincue  que Israël est bien protégé et qu'elle ne va pas cesser le feu, que après qu'elle aboutisse sur tous ses objectifs imaginaires - parce qu’en fait, ce sont les civils qui sont ciblés - et la décision de la fin de ces opérations va venir de ses Généraux, pas de la pression de la communauté internationale.
A part cela on a mangé, c’est le dernier de nous soucis.  Israël fait entrer les provisions nécessaires pour prouver qu 'elle est si humanitaire.
Il y a des grands problèmes pour la distributions d'aide à cause de l'absence des autorités spécialisées,  il n'y a que l'Unrwa et la croix rouge et qui  exercent leur rôle dans des conditions très difficiles.

Les gens n’ont pas perdu l'esprit de solidarité mais la catastrophe est sur tout le monde,  chacun a sa propre triste histoire, moi-même je suis en état de choc et à peine j'ai eu la force de vous écrire

Dania et Mohamed
"

Commentaires

Tout cela est insupportable.Chacun persuadé d'avoir raison et chacun ayant raison sauf que personne ne pense aux civils innocents, aux enfants qui souffrent, aux mères qui perdent leurs enfants...
Je souhaite que cesse toutes ces violences, tout ce terrorisme. La manipulation par les adultes d l'esprit des jeunes isaréliens qui les poussent à faire la guerre.
je souhaiterai que les jeunes soldats envoient des lettres de refus de tuer les jeunes de leur âge à tous leurs représentants, chefs d'état, que ce soit par l'armée ou par les attentats suicide. Car c'est aussi une réalité qui justifie l'utilisation de ces armes au phosphore.
Comment amener la Paix sinon en éduquant les jeunes générations à se parler indépendamment des parents?
J'ai peur d'être utopique, de dire des bêtises tellement on ne peut rester indifférent face à ces massacres.
J'écoutais ce matin sur France info le témoignage de jeunes rescapés palestiniens, j'en avais froid dans le dos..
Comment amener la prise de conscience parmi les peuples civiles si malmenés de part et d'autre?

Écrit par : Christie | 23 janvier 2009

Terrible témoignage, merci de nous le faire partager dans toute son horreur.

Écrit par : Bougrenette | 23 janvier 2009

Bouleversant, merci Olivier de publier ce témoignage.

"Le message est Clair on fait payer au peuple sa liberté d'expression par ce que il a voté pour le Hamas."

monstrueuse notion de "punition" qui infantilise le peuple palestiniens et ouvre la porte à toutes les exactions.

Plus de 1300 morts pour rien, c'est infect, car le risque maintenant est que la prison se referme à nouveau:


"je rêve d'avoir le droit de voyager et de me déplacer comme toute autre personne dans le monde, d'avoir un pays national libre."

toute mon amitié et ma solidarité à Dania et Mohamed

Écrit par : céleste | 23 janvier 2009

Je lis chacun de tes billets. Je referme la page de ton blog avec une boule supplémentaire au ventre, mais en même temps je découvre tellement d'infos chez toi que le lis tout, en silence. Que dire de plus sinon encourager les gens comme toi, parfaitement documentés à continuer d'écrire comme tu le fais, à expliquer encore ce qui nous semble parfois si confus, pour transmettre encore, après lecture à ceux qui cherchent aussi à comprendre .
Te dire que je viens de lire Valse avec Bachir (le roman graphique tiré du film, pour une fois que c'est dans ce sens, faut le noter) en pensant beaucoup au billet que tu en avais fait et que j'en suis encore bouleversée.
Touchant dans son humilité, je suis sûre qu'ils seront des dizaines comme lui dans une vingtaine d'années. C'est vraiment tragique.

Écrit par : feekabossee | 24 janvier 2009

-> Christie -> Mon parti est celui de la paix. Je crois en la paix parce que sans paix il n'y a aucun avenir, j'ai cru en la paix parce que je voyais en 1991 des hommes et des femmes de bonne volonté s'engager sur la voie de la coexistence et de la co-construction, j'y crois encore parce que le peuple palestinien reste digne et que, finalement, quelques rares vois israéliennes savent faire exister une autre réalité que celle de l'État et de Tsahal... Tout cela je le partage et fonde profondément ce que je suis... Mais je me refuse absolument à établir un signe d'égalité entre les deux violences. Il y en a une qui résulte d'une armée surpuissante, soutenue par les plus grandes puissances du monde, et l'autre qui résulte d'une obligation de résistance, car c'est une question de survie. C'est à Israël de donner les premiers gages, et à la communauté internationale de l'y contraindre. Sans cela, on ne construira pas cette "culture d la paix" que tu exprimes si justement ;
-> Bougrenette -> L'essentiel, c'est de garder les yeux ouverts, et encore un peu tournés vers là-bas, car on ne sait pas pour combien de temps les canons se sont tus ;
-> céleste -> Quoi qu'ils fassent, la parole circule, et c'est le plus important. A bientôt ;
-> feekabossee -> oui, ils en traumatisent des dizaines, des centaines, et je pense souvent aussi à ces jeunes appelés israéliens, peut-être parfois volontaires pour cette guerre, sans réaliser comment ce qu'ils en viennent à commettre les détruit eux aussi de l'intérieur. Je suis curieux de cette version livresque de Valse avec Bachir, je vais la rechercher, tiens !

Écrit par : Oh!91 | 24 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.