Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 janvier 2009

l'autre compteur de la guerre

l'huma palestine.jpg

Nous en sommes donc au 16e jour du massacre. Le compteur morbide affiche des chiffres étourdissants :

878 tués,

dont  275 enfants,

et 100 femmes,

3.681 blessés,

dont 400 dans un état critique.

Israël annonce son intention d'intensifier ses opérations, l'a fait savoir par tract aux populations palestiniennes, qui n'ont de toute façon pas le loisir de fuir.

Hier, un autre compteur s'est allumé : celui de la mobilisation. Le cortège parisien était dense et compact. Plus de cent mille personnes. Pour le Moyen-Orient, ça ne s'était pas vu depuis l'invasion de l'Iraq par les Etats-Unis. Il y avait de la détermination calme, et beaucoup de colère. Ce sont les slogans en faveur de la paix qui s'entendirent le plus.

Durant tout le trajet, on vit dans toutes les portions de cortège des posters reproduisant la une de L'Huma de mardi dernier : "C'est la Palestine qu'il faut sauver". J'étais fier de voir mon journal reconnu pour ses accents, son rôle et son courage, au milieu du consensus mou du reste de la presse. Au prix de bouts des doigts gelés, je portais moi aussi, d'un bout à l'autre de la manif, cette bannière combative et pacifiste.

Bien-sûr, il y eut des groupes de fous-furieux. A défaut de braquer leurs caméras sur des vitrines endommagées, ça permit aux télévisions de choper en vol des images de drapeaux israéliens qu'on brûle. C'est bien, les drapeaux qu'on brûle. C'est comme les hymnes qu'on siffle : ça fait choc. Ça heurte les bonnes consciences morales. C'est bien la preuve, quoi !

Les mobilisations, on les sent monter quand on entend parler d'une manif depuis différents cercles. Ce fut le cas toute cette semaine. Mes amis de mon époque arabe, évidemment, beaucoup de mes collègues, ça va de soi, quelques blogueurs, et pas des  moindre (j'ai d'ailleurs fait ma toute première manif avec Boby)... et puis même, un soir de cette semaine, à la nocturne naturiste de Roger Legall, je surpris une conversation entre deux nageurs où l'un cherchait à convaincre l'autre de l'urgence qu'il y avait à manifester. J'eus ainsi un échange avec un plongeur, qui s'avérait être par ailleurs militant de l'Union juive pour la Paix. Tout en me réchauffant dans le contact sensuel et audacieux, mais discret, d'un beau garçon.

Dans le froid de la guerre, parfois il manque la chaleur des caresses.

Commentaires

Malheureusement, les images des manifestations qu'on a préséntées sur nos chaînes, ont privilégié les moments de violence, que ce soit à Paris, à Londres ou à Athènes. Je me demande pourquoi...


http://fr.youtube.com/watch?v=h4BvuIqvoU0

Écrit par : Dana | 11 janvier 2009

Probablement tu as déjà lu ça:

http://blog.mondediplo.net/2009-01-10-Liberer-les-Palestiniens-des-mensonges-de-Bernard

Écrit par : St Loup | 12 janvier 2009

-> Dana -> Bah ! les reportages TV étaient faits à l'avance, les journalistes savaient ce qu'ils cherchaient. Je crois qu'ils ne se rendent même plus compte qu'en sapant leur crédibilité, ils sapent notre démocratie. L'important, c'est de ne pas nous soumettre à leur dictature de la pensée officielle ;
-> St Loup -> je ne l'avais pas lu (ce jour là, j'étais à la manif...) je suis absolument sidéré de jusqu'où ce BHL est capable d'aller. Et le pire, c'est que ça suffise pour inspirer toute notre ribambelle de journaleux carriéristes qui vont se sentir obligés, bon an mal an, de tenir le même discours... Merci du lien, je le relaie dans mon Entre deux eaux Express.

Écrit par : Oh!01 | 12 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.